Portraits / Témoignages

De Quartier Japon Wiki.

(Différences entre les versions)
("Ce que j'aime dans le Japon" : pour 12 enfants de 8-12 ans de la classe de japonais)
("Ce que j'aime dans le Japon" : pour 12 enfants de 8-12 ans de la classe de japonais)
 
Ligne 2 006 : Ligne 2 006 :
-
Retrouvez l'ensemble de leurs réalisation sur notre dossier souvenir, accessible via la page dédiée à la classe de japonais pour enfants de Quartier Japon !
+
Retrouvez l'ensemble de leurs réalisation sur notre dossier souvenir, accessible via la page dédiée à la classe de japonais pour enfants de Quartier Japon (https://www.quartier-japon.fr/cours-de-japonais/cours-pour-enfants)!
''Article paru le 10/06/2019''
''Article paru le 10/06/2019''

Version actuelle en date du 10 juin 2019 à 10:29

Vous souhaitez nous faire connaître un Japonais / un Français, ..., de votre connaissance ou un écrivain, un cinéaste… ?

Pour nous donner envie de le rencontrer et partager ce qui vous séduit chez cette personne ; photographie, texte, article, …, exprimez votre créativité !




Sommaire

Raoûl - Gérant de l'auberge Aizuya-Inn à Tokyo

(35 ans) - Au Japon depuis 2007 Gérant du Aizuya-Inn (Tokyo) http://www.aizuya-inn.com/french/facilities.html


  • "Ma vie au Japon ?"

Dans Tokyo la capitale et le pays Nippon en général, mon expérience japonaise a, jusque-là, toujours été enrichissante et satisfaisante : confortable, rarement banale, souvent géniale ! Résident français dans ce pays étranger depuis 4 ans, j’ai un peu l’impression d’être toujours en vacances, chaque nouveau lieu apportant son lot de découvertes. Mon épouse (Japonaise) est parfois surprise de mon enthousiasme enfantin pour ce qui lui paraît quelconque « Voyager 3 heures pour aller voir des singes qui se baignent dans un ‘onsen’, quelle idée saugrenue! ».

Si je trouve ces “découvertes permanentes” excitantes, cet aspect seul ne suffit pas à rendre la vie attirante au Japon. Plus terre-à-terre mais nécessaires, les transports, nourriture et logement sont - entres autres - des détails de la vie qui peuvent empoisonner ou améliorer le quotidien. Et là, j’avoue être comblé ! Les transports publics sont ponctuels, propres, faciles d’utilisation. Les logements sont loués/vendus avec des équipements ingénieux qui facilitent le quotidien. Bien sûr, je peux vivre sans sas anti-pollen/pollution, sans programmateur de baignoire et sans salle de bain qui se transforme en sèche-linge géant… ; mais pourquoi se priver de gadgets qui sont de toutes facons à diposition ?

On ne peut évoquer le Japon sans mentionner la nourriture. Car en effet, il fait bon manger au Japon ! Non seulement la cuisine japonaise est délicieuse, mais elle est aussi très saine et digeste : je peux donc être gourmand sans me sentir trop coupable !! Au supermarché, je trouve de quoi cuisiner japonais ou francais et lorsque je veux manger à l’extérieur, là encore je n’ai que l’embarras du choix : simple izakaya ou kaiseki en passant par le shabu-shabu ou robatayaki, autant d’endroits pour des occasions et des budgets differents. Et lorsque j’ai un peu le mal du pays, je vais à Kagurazaka où je mange français – et breton ! - dans de charmants bistrots/crêperies.

Aussi heureux que je sois de vivre au Japon, il me faut toutefois être objectif et rappeler que, comme tous les pays, “Nihon” n’est pas parfait : des aspects sont moins attirants ou même tout à fait détestable ; à chaque “gaijin” de se faire son opinion…

S’arrêter là serait faire une grande injustice à l’aspect le plus important de mon expérience Japonaise : les relations humaines. La gentillesse, la patience, la politesse des habitants de l’archipel contribuent à créer une atmosphère que je trouve confortable, sereine… A Tokyo, on ne ressent donc pas cette agressivité, cette tension qui existe dans beaucoup de capitales européennes. Plus encore, je dirais que le doux caractère des Japonais est contagieux ; en effet, je me sens changer…. et si je devais quitter le pays demain, je pourrais affirmer que le Japon m’a bonifié.

Je divague ? Je vous souhaite de venir constater tout cela par vous-même !!

Article paru le 01/09/2011

David - Etudiant Mangaka au Japon

(23 ans) - Au Japon pendant 6 mois (2010-2011) Etudiant Mangaka

Atelier de dessin au Japon

Le 15 novembre 2010, mes camarades et moi-même sommes partis 6 mois au Japon, pour une formation de Mangaka. Plus précisément, dans l'école de manga d'Ogaki dans la région de Gifu (centre du Japon).

J'étais un peu stressé au début, je me posais des tas de questions... Arrivés à l'école, nous avons eu un super accueil par les professeurs et les élèves. Cela nous a vraiment décontractés et nous avons passé un excellent moment. Les Japonais sont tellement gentils et aimables.

Les premiers jours dans l'école étaient assez durs. Je me suis rendu compte que la barrière de la langue était vraiment un handicap pour moi, car j'avais du mal à comprendre les explications et conseils de mes professeurs. Et manque de pot, 1 seul de mes professeurs savait parler anglais. Et là, je me suis dit que j'aurais dû réviser mon japonais plus sérieusement en France...

Pendant les cours de dessin, je me suis rendu compte que non seulement les Japonais avaient un joli coup de crayon mais surtout qu'ils dessinaient à une vitesse incroyable ! Il fallait vraiment que je bosse pour ne pas me retrouver loin derrière.

Grâce à mes professeurs, mon niveau a augmenté du jour au lendemain ! J'étais très heureux de voir ma progression jour après jour mais j'étais encore loin de mon objectif. J'avais soif d'apprendre ! De découvrir de nouvelles techniques et de nouveaux logiciels.

Parmi mes professeurs, j'ai eu la chance d'avoir Shinoda-sensei, l'un des assistants du grand Tezuka, l'auteur d'Astro-Boy ! Il m'a appris à exprimer mes émotions et sentiments à travers mes dessins. Un exercice très enrichissant afin de rendre ses personnages plus vivant.

Au bout de ces 6 mois de formation, j'avais atteint mon objectif. Celui de trouver un style de dessin original et qui me plaît. Mon niveau de japonais a (miraculeusement) progressé, ce qui m'a permis de donner des ateliers de dessins à des enfants.

Mes dessins, réalisés à l'école, ont été exposés dans le musée d'Ogaki. J'étais fier et très content de pouvoir montrer mes illustrations aux Japonais et entendre leurs impressions. Un grand merci à ce magnifique pays. Une très belle aventure qui restera à jamais gravée dans ma mémoire.

Article paru le 20/02/2012

Sophie - Aikidoka et étudiante chez Quartier Japon

Aikidoka – Etudiante en japonais chez Quartier Japon (année 2012-2013)

Je me souviens très bien de ma première visite au Kodokan : j'avais suivi un ami qui pratique l'Aikido en Bretagne et qui, étant de passage pour trois semaines à Paris, s'y était inscrit. L'ambiance, Michel le principal Sensei du club, son accueil et sa gentillesse toute bienveillante et puis, ..., le cours !

J'ai été totalement conquise et cela dès les premières minutes, et plus je regardais et plus je pensais « c'est pour moi ça, je veux faire CA ! » Je suis venue regarder une deuxième fois et au troisième cours hop, en scène !, je me suis lancée. L'Aikido me renforce, m'émeut, m'apprend encore le respect, l'échange, car la personne avec qui l'on pratique est un partenaire, non un adversaire, et il n'est pas de compétition au sein de cette discipline ! Comment placer son corps afin de faire de l'attaque de l'autre une force que l'on renvoie en sa direction, qui va le déséquilibrer, l'emmener à la chute ou à une immobilisation, sans le blesser ? Comment placer sa respiration, comment éviter un coup ou se défaire d'une saisie, sans querelle ? Et, petit à petit, cette attitude s'installe doucement dans votre vie de tous les jours.

L'ambiance est excellente, nous nous amusons beaucoup, il existe une réelle vie de club. Echanges entre clubs, stages (notamment celui d'une semaine dans le Jura où nous allions trois heures de pratique avec toutes autres activités, telles que piscine, ski, tir à l'arc, massages, randonnées, ..., rires, beaucoup de rire et, à Paris, des sorties, restaurants, pique-niques... Michel LAPIERRE 5ème Dan et son enseignement constituent la clé de voûte du club, son Aikido est franc, basé sur le respect des techniques, authentique. Eleonore LEMAIRE 3ème Dan, elle, assure le cours enfants et adultes du samedi, une autre approche plus en finesse, en ressenti, également très efficace !

Et depuis deux ans, ce très bel art martial change ma vie, et je n'exagère pas. Aussi, je pense qu'on ne peut pas pratiquer un art martial japonais trois fois par semaine et ne pas s'intéresser plus profondément au Japon, à son histoire, sa culture… C'est ce que je fais, cela m'a d'ailleurs permis de changer de travail (déjà dans le tourisme, je reste dans le secteur mais en me tournant plus sur la destination), ce pourquoi j'en suis arrivée à un autre enseignement : celui de la langue japonaise, avec Saki-sensei ici, chez Quartier-Japon !

Tous les mercredis soir, pendant une heure et demie, nous progressons dans une ambiance chaleureuse. Apprendre le japonais n'est pas chose facile bien sûr, mais les cours sont construits de façon très homogène, simplifiée et très ludique ! De plus le programme se trouve être le moins onéreux que j'ai pu trouver. Enfin, je dirai « Merci l'Aikido, merci Quartier Japon ; cher Soleil-levant, tu donnes des couleurs à ma vie ! »


Article paru le 21/01/2013

Emma - "Mon projet de clip kawaii"

En France


J'ai un projet de clip vidéo sur le thème du kawaii que vous pouvez consulter sur le site https://www.mymajorcompany.com/kawaii.

Mais pour que ce projet puisse se réaliser, j'ai besoin de votre soutien aussi minime soit-il.

Emma Kawaii.jpg
Pour moi, le kawaii est synonyme de joie, bonheur, raffinement, élégance, magique, féerique... C'est une bouffée d'oxygène et d'évasion à une époque où il est parfois nécessaire de lâcher prise.

Je veux contribuer à promouvoir la mouvance kawaii au travers ma passion qui est la musique en réalisant un clip vidéo avec des Lolitas.

Mon action ne s'arrête pas seulement à ce clip. Je souhaiterais à l'avenir et dès 2015 organiser des défilés fashion dans toutes les manifestations de ma ville de Montgeron ainsi que dans d'autres collectivités et proposer des ateliers kawaii pour les enfants de 6 ans à 12 ans.

Je voulais également rajouter que l'idée d'un atelier kawaii en direction des enfants c'est tout simplement parce qu'en dehors de ma passion qui est la musique, je suis auxiliaire de vie scolaire et travaille dans les écoles depuis 15 ans et bénévole dans une association pour l'aide aux devoirs des élèves du cp au ce2.

Par ce projet, je voulais leur rendre aussi toute l'affection qu'ils me temoignent. Je sais que les enfants vont adorer !

J'imagine déjà un spectacle de fin d'année où les filles seront habillées en Lolita et les garçon en Prince ! Croyez moi monsieur Paumier que les enfants s'en souviendront toute leur vie et les parents aussi car en 15 années dans l'éducation nationale je n'ai pas encore vu un spectacle kawaii !!

J'espère n'avoir pas été trop bavarde et vous remercie encore !

Bien cordialement.

Emma

Article paru le 19/11/2014

Interventions japonaises à l'hôpital : témoignages de rencontres

Stéphane

Byo (première syllabe du mot "Byoin" - Hôpital)
Depuis mars 2014, Quartier Japon a la chance d'intervenir une fois par mois pendant 4h, au sein de l'Institut Gustave Roussy, établissement hospitalier spécialisé dans le traitement du cancer. Les Laboratoires Takeda, l'un des plus anciens groupes pharmaceutiques japonais, est à l'initiative du projet et sponsorise nos interventions.

Pour cette action, Mié, calligraphe et origamiste chez Quartier Japon, anime ces journées en compagnie de Stéphane (Responsable de Quartier Japon), de Caroline (Responsable Communication Takeda France) et de différentes personnes du groupe Takeda.

Suite à notre intervention lors de notre venue le 4 novembre 2014 au sein de l’IGR, et à la demande de Nathalie (Responsable du programme "Mieux vivre le cancer" de l'IGR), je vous transmets quelques anecdotes suite à des rencontres marquantes pour moi, survenues dans le cadre des interventions de Quartier Japon depuis mars 2014.

Tout d’abord, chaque fois que je viens à l’IGR pour proposer à l’ensemble des personnes présentes, en soins, en visite, accompagnatrices et en « blouse blanche », je suis toujours surpris et touché de l’accueil qui nous est réservé unanimement par l’ensemble des différentes catégories des personnes présentes.

In (seconde syllabe du mot "Byoin" - Hôpital)
Chaque fois, ce sont des remerciements chaleureux, même de la part de personnes qui ne souhaitent ni participer aux ateliers ni recevoir les livrets de présentation de la calligraphie japonaise et de l’origami. Chacune nous remercie, à minima pour l’initiative.

Quant à ceux qui reçoivent les livrets, chaque fois, leur remettre les livrets en les invitant à nos ateliers et en expliquant notre action, c’est toujours l’occasion d’instaurer un temps d’échange, qui peut être de quelques minutes mais qui peut également s’écouler sur plus de 30mn.

L’échange part de notre action, de la culture japonaise et peut parfois poursuivre sur la raison de leur présence à l’IGR ou encore se prolonger sur le récit de la vie et de la situation actuelle des personnes et même sur leur histoire familiale. Pour de nombreuses personnes, la porte de leur intériorité s’ouvre et elles me donnent à connaître une partie de leur vie. Cela les soulage, cela leur fait du bien et quand elles repartent, leur visage est radieux, du moins plus calme, parfois leurs yeux sont redevenus pétillants !

Il y également les personnes qui demandent à Mié ou à Caroline ou aux autres personnes des Laboratoires Takeda, de se faire réaliser une ou plusieurs calligraphie et / ou un ou plusieurs origami. Egalement toutes les personnes qui ne demandent pas directement, mais pour lesquelles je demande à leur place. Quand elles repartent avec, quand je les leur rapporte, là encore les remerciements sont sincères. Certaines me semblent touchées que l’on soit venu à elles, que l’on leur ait accordé un instant notre attention et, qui plus est, qu’on leur donne leur prénom calligraphié et tout cela, gratuitement, sans rien leur avoir demandé en contrepartie.

Quant aux personnes qui participent aux ateliers et s’essaient à la pratique de la calligraphie et/ou de l’origami. Certaines juste un moment et d’autres, parfois pendant une heure ! Ce serait surtout Mié et Caroline et les autres personnes des Laboratoires Takeda qui pourraient en parler le mieux, car ce sont elles qui passent ces moments importants en leur compagnie. Les témoignages de participants laissés sur le livre d’or sont plus que parlant !

Parmi toutes les nombreuses rencontres, certaines me sont demeurées en mémoire. Je vous les raconte en quelques lignes, car cela pourrait vous permettre de vous faire une idée de ce qui se joue alors, grâce à ce beau projet et grâce à l’implication de tous.


Le monsieur âgé dans son fauteuil roulant

Un vieux monsieur patientait ce jour dans l’une des petites salles d’attente attenantes au plateau, en compagnie de son fils et de sa bru. Le monsieur me regardait d’un regard éteint tout pendant que j’expliquais notre démarche en remettant nos livrets à son fils assis près de lui. Comme il ne me semblait franchement pas en forme, tout triste, j’ai demandé à son fils le prénom du monsieur, qui ne pouvait visiblement plus parler. Et je suis parti le faire calligraphier par Mié, sur notre stand.

Un peu plus tard, alors que la calligraphie n’était pas encore exécutée, car il y avait une liste d’attente ce jour-là, son fils passe devant notre stand en revenant du distributeur à café. Alors, il m’indique que son père, effectivement, est très mal en point et qu’il n’en a certainement plus pour bien longtemps à vivre. Une fois la calligraphie de son prénom réalisée, je vais la lui, la leur, apporter. Le vieux monsieur n’a plus la force de dérouler sa calligraphie, aussi est-ce sa bru qui le fait à sa place et la lui montre.

Son fils et sa femme furent très contents en me remerciant, tandis que je m’apprêtais à repartir. Le vieux monsieur, qui ne pouvaient plus ni parler ni à peine bouger, m’a regardé et, à travers son regard, m’a dit « merci ». Je suis reparti content, et le suis encore à l’évocation de cette rencontre, d’avoir pu apporter ce moment à ce vieil homme, lequel savait, je suppose, l’heure de sa fin proche. Content également, d’avoir apporté cette joie furtive à son fils et à sa bru, à un moment où ils se préparaient à la prochaine séparation d’avec le vieil homme.


La jeune fille au visage très marqué

En fin de journée, nous nous apprêtions à ranger quand une adolescente et ses parents se dirigeaient vers la sortie en passant devant notre stand, vraisemblablement après avoir consulté leur médecin. La jeune femme portait un masque mais il ne masquait pas en totalité son visage.

Un peu plus tôt au cours de cette même journée, j’avais vu une personne au visage très marqué, couvert de tâches et à l’œil quasi fermé, le pourtour meurtri. C’était la première fois depuis que nous intervenions à l’IGR en mars 2014 (nous étions en septembre). Cette jeune femme était la seconde, mais cette fois bien plus jeune que la femme précédemment rencontrée.

Certainement que cela m’a incité à me porter à leur rencontre. Comme chaque fois, je leur ai remis nos livrets tout en expliquant rapidement notre démarche, puis je l’ai invitée à s’approcher du stand, pour que Mié lui calligraphie son prénom. C’était un peu difficile pour moi de la regarder de face, comme n’importe qui, alors que son visage était si marqué par la maladie alors qu’elle était si jeune. En moi-même, je me disais que je me devais, aussi pour elle, de ne pas détourner les yeux tout en m’efforçant que cela soit naturel à ses yeux, afin de ne pas la blesser.

La journée s’achevait et ils devaient probablement être pressés de repartir, pensais-je, mais contrairement à cette idée, la jeune femme s’est dirigée volontairement vers Mié, suivie par ses parents.

En compagnie de Mié, elle a reçu plusieurs calligraphies, de son prénom et des prénoms de ses parents, puis elle s’est essayée un moment à la calligraphie, sous les accompagnements bienveillants de Mié.

Au bout d’un moment passé en notre compagnie, elle est repartie avec ses parents. Son visage était rayonnant, comme celui de tout le monde.


La petite fille et son papa qui ne parlaient pas français

Une jeune adolescente, d’environ 10 – 12 ans, regardait de loin notre stand et plus particulièrement Mié, qui faisait de l’origami avec une participante. Visiblement, la fillette était très curieuse sans pour autant avancer trop près ; elle restait à distance. D’ailleurs, aussitôt, elle a bondi lorsque je me suis adressé à elle tout en m’avançant dans sa direction.

La fillette ne parlait pas français. Peut-être venait-elle de l’un de ces lointains pays du Golfe, comme il semble que parfois viennent certaines personnes en soins. Le teint de sa peau et le noir de sa chevelure le laissaient du moins supposer.

Comme elle se trouvait juste devant l’entrée d’une salle de consultation attenante au plateau, j’en déduisis que ses parents devaient s’y trouver. Ce qui était le cas : son papa effectuait en effet des démarches auprès de la secrétaire médicale. Lui non plus ne parlait pas français, mais à la différence de sa fille, il maîtrisait l’anglais. Je lui expliquais donc que sa fille était très intéressée par ce que nous proposions sur notre stand et qu’il pouvait nous la laisser le temps de sa visite chez son médecin. Il la reprendrait en repartant ; il ne pouvait pas nous louper : nous étions tout à côté de la sortie. S’il était volontiers partant, sa fillette, elle, refusa et s’accrocha à la jaquette de son père, malgré les explications et les invitations de ce dernier.

Un certain moment plus tard, la fille était revenue à son point de départ, quoique plus proche. Cette fois, elle ne se fit pas prier pour venir s’assoir à notre stand, comme je l’y invitais avec quelques gestes. Et Mié fit le reste ! Bien que l’une et l’autre ne parlaient pas une langue commune, puisque la fillette ne parlait qu’arabe et Mié le japonais, le français et l’anglais, elles parvinrent malgré tout à communiquer à travers la réalisation de nombreux origamis. Mié pliait devant elle puis la fillette reproduisait le pliage sur sa feuille et ainsi de suite. Mié lui présentait les différentes planches présentant les schémas des origamis et la fillette choisissait l’origami qu’elle souhaitait faire. Ainsi, elle réalisa une boîte dans laquelle elle disposa ensuite les nombreux origamis qu’elle réalisa.

J’avais averti son papa, auquel il restait à achever des démarches administratives, comme quoi sa fille était avec nous, bien occupée à faire des origamis et qu’il pouvait prendre tout son temps. Nous nous en occupions.

Encore un moment plus tard, le papa est arrivé et il est resté à regarder sa fille, qui n’avait d’yeux et de concentration que pour ce qu’elle faisait sous les conseils bienveillants de Mié. Plus tard, quand le papa l’a invitée à prendre congé, elle est encore restée un moment, le temps d’un dernier origami. Puis, enfin, elle s’est levée, sa boîte remplie d’origamis à la main. Ses yeux pétillaient !

Le papa également était tout content, ravi de voir sa fille si contente et que nous lui ayons donné autant. Il a souhaité nous prendre tous en photos ! Mié avec sa fille, moi aussi avec sa fille et avec Mié. Il a aussi demandé à sa fille de me prendre en photo en sa compagnie. Il m’a serré chaleureusement la main et nous avons échangé nos coordonnées. Et aussi, auparavant, il m’avait demandé de but en blanc « how can i help you ? » (Comment je peux vous aider). C’était si direct, fort ! Je lui ai juste répondu : « en parlant autour de vous de ce que nous faisons ici, à l’IGR ». Puis ils sont repartis, les visages épanouis, les yeux brillants de la fillette.


Les deux messieurs qui me parlent de leurs histoires

Lors de notre dernière intervention en novembre, j’ai rencontré deux hommes, notamment, qui me sont restés à l’esprit, du fait vraisemblablement des similitudes qu’ils présentaient.

Comme à mon accoutumée, je les ai abordés l’un comme l’autre, à des moments distincts de l’après-midi, pour leur proposer nos livrets de présentation de la calligraphie et de l’origami. Ces livrets me sont en effet d’un grand secours pour me permettre d’aller vers toutes ces personnes inconnues et pour me permettre de rompre la glace et entamer avec elles un échange.

Ces deux messieurs m’ont fait le même accueil, en m’indiquant ne pas souhaiter recevoir les livrets, car n’étant pas intéressés. Pour autant, la discussion a néanmoins pu s’engager avec eux deux. Parfois, quand des personnes me disent ne pas être intéressées par les livrets, elles ne le sont pas plus pour échanger. La majorité nous remercie malgré tout pour notre action et pour être venu à leur rencontre.

Cette fois, les deux messieurs se sont arrêtés et ils ont commencé à discuter, principalement pour parler d’eux, de leurs opinions sur x ou y sujets, allant de la politique à tout autre sujet général, comme souvent pour les hommes. Ils ne recherchaient pas vraiment d’échange ni de retour de ma part suite à leur propos. Apparemment, le simple fait que je les écoute et que de temps à autre je ponctue leur suffisait.

Ainsi, de fil en aiguille, leur quasi monologue a glissé vers leur propre situation et leur parcours professionnels respectifs, tous deux étant pareillement retraités depuis déjà un certain nombre d’années. Alors, s’en est suivi le déroulé de leur carrière, les moments marquant pour eux, leurs relations avec leur épouse et leurs enfants… Insidieusement, ils ont d’eux-mêmes abordé des sujets plus personnels, parlant de difficultés relationnels avec certains de leurs proches puis de leur santé et de ce qui faisait pourquoi ils étaient présents à l’IGR : ils avaient croisé le cancer, s’étaient fait hospitalisés et opérés et avaient vaincu la maladie. Ils revenaient désormais de temps à autres pour des contrôles.

De parler de leur maladie, des souvenirs de leur temps d’hospitalisation, cela leur faisait visiblement revivre des épisodes douloureux, cela leur rappelait des amis qui n’avaient pas eu la même chance qu’eux et avaient disparu du fait de la maladie…. Leur voix se troublait à certains moments, leurs yeux s’humidifiaient et des larmes retenues étaient effacées d’un geste de la main, alors qu’elles étaient sur le point de déborder et glisser sur leur visage…

Ainsi, ce cheminement, identique chez les deux messieurs, depuis leur discours fait de mots et de sens, pour glisser progressivement et devenir un discours fait certes toujours de mots et de sens mais désormais également d’affects…

Quand, au bout de peut-être 30mn environ ou même un peu plus, nous avons pris congé les uns des autres, ils m’ont salué, ce n’était plus un simple « au revoir », une banale formule entre gens civilisés, mais bien plus, comme nous le savions tous deux en notre for intérieur.


L’enfant avec son grand Mickey et le petit au crâne rasé

C’est toujours impressionnant de voir des enfants atteints de la maladie. Plus encore quand ils sont petits, sans cheveux ou en fauteuil roulant… C’était le cas pour deux d’entre eux rencontrés lors du dernier atelier de novembre 2014.

En premier, ce petit, garçon ou fille ?, dans les bras de sa maman. Les parents se trouvant proches de notre stand, ils se trouvaient attirés par ce qui s’y passait. L’enfant était-il tout autant intéressé ?, je ne saurais le dire. De voir un petit comme cela, le crâne tout chauve, avec quelques fins cheveux qui repoussaient ici et là, cela m’a ému et je me suis approché de lui, pour le saluer et lui demander s’il connaissait l’origami.

Comme il s’agissait d’un enfant de type asiatique, ses parents étant également asiatiques, je pensais qu’il connaissait. Mais apparemment, ce n’était pas le cas ou du moins était-il intimidé et ne me répondait pas. Je suis donc allé prendre une grue en origami que Mié avait faite et posée sur notre table. Une belle tsuru, cet animal si important pour les Japonais, réalisé en chiyogami, un papier japonais avec pleins de jolis motifs. Et je le lui ai donnée. Forcément, il l’a prise et l’a gardée, sans pour autant qu’il ne m’ait dit le moindre mot.

Peut-être ne parle-t-il pas français, me suis-je dit. Mais les parents parlaient et écrivaient parfaitement français, comme je m’en suis rendu compte un peu plus tard, notamment lorsqu’ils nous ont laissé un message sur le livre d’or. L’enfant, toujours dans les bras de sa maman, est reparti, sans un mot, mais tenant bien sa grue en origami !

Un peu après, un autre enfant passait devant notre stand, à demi allongé dans une sorte de fauteuil-lit roulant, que poussait une femme, a priori sa mère. L’enfant était tout recroquevillé, avec à son côté droit un grand Mickey en peluche, allongé tout contre lui. La peluche semblait tellement grande, plus grande que l’occupant du fauteuil !

Le garçonnet, qui devait avoir environ 10-12 ans semblait bien mal en point. Un œil était caché par un pansement et sa tête penchait vers la droite, vers le drap qui le recouvrait partiellement. Il ne semblait rien regarder de ce qui l’environnait. La maman elle aussi avait un visage pareillement vide d’émotion… Seul le Mickey mettait une touche de couleurs et de gaîté dans ce triste convoi.

Bien qu’ils nous avaient déjà dépassé, je me suis précipité à leur suite, non sans avoir pris quelques origamis sur notre table. Arrivé à leur hauteur, je les lui ai donnés, au garçon, sans trop parler cette fois. Juste donnés… Et ils sont repartis, presque sans un mot, le garçon les tenant dans sa main, entre lui et le Mickey.

Article paru le 24/11/2014


Malyssa - "A l'origine de mon amour et de ma curiosité pour la culture japonaise"

21 ans, étudiante en administration culturelle


Mars 2015, je reçois une demande de la part de Malyssa, étudiante en master d'administration du spectacle vivant, car elle est à la recherche d'une personne travaillant dans une structure culturelle et plus particulièrement liée à la culture japonaise afin de répondre à quelques questions.

Travaillant à l'élaboration de son mémoire, dont le sujet est "L'essor de la culture japonaise en France depuis les années 80", elle est donc à la recherche de toute information susceptible de l'éclairer sur le sujet.

Je lui propose de répondre à ses questions en échange d'un article de sa part, sur le pourquoi de son intérêt pour ce sujet et pour la culture japonaise, ce qu'elle accepte volontiers.


"Mon amour et ma curiosité pour la culture japonaise sont apparus durant mon adolescence.

Née en région parisienne de parents laotiens, je suis, du point de vue « français », une asiatique mais, quand je me rends au Laos, mon pays d’origine, je suis vue comme une française, et non comme une laotienne.

C’est donc durant mon adolescence que ma « particularité » m’a frappée, ma situation d’entre-deux cultures, ni vraiment asiatique ni occidentale.

Cette situation me rendait mal à l’aise car je ne savais pas à quelle culture m’identifier, et, en pleine crise d’adolescence, j’avais besoin de me réfugier dans un univers qui me donnait un sentiment de sécurité, comme un cocon douillet.


C’est tout d’abord avec les mangas et animés que j’ai réellement commencé à m’intéresser à la culture japonaise, qui m’attirait tant par sa diversité, son originalité, ses subtilités mais également par le fait qu’il s’agissait d’une culture asiatique, à laquelle il était plus aisé pour moi, jeune asiatique de France, de m’identifier.

La culture japonaise était devenue mon cocon, à travers toutes les images que je pouvais en obtenir de mon ordinateur.

J’avais enfin la possibilité de m’identifier à des visages asiatiques ainsi qu’à des coutumes et des usages qui m’intéressaient plus que tous ceux que l’on avait essayé de m’imposer toute ma vie.

Comme beaucoup de personnes, je rêvais de visiter ce merveilleux pays, qu’il soit comme je me l’imaginais ou non d’ailleurs.

Durant mon adolescence, je me contentais donc de tout ce qu’Internet pouvait m’offrir comme aperçu du Japon mais, quand j’eus enfin l’âge de pouvoir me déplacer seule (mes parents ne s’intéressent pas du tout au Japon, et ne désiraient donc pas m’accompagner durant mes sorties pour en savoir plus sur ce pays), notamment sur Paris, je pris plaisir à me rendre à des évènements touchant à différents aspects de la culture nippone, que ce soit des festivals comme la Japan Expo, ou encore de plus petits évènements comme la Journée du Kimono, ou bien la dégustation de thé et de wagashi à la Maison de la Culture et du Japon.

J’alimentais doucement mais sûrement ma curiosité pour le pays du Soleil Levant avec un enthousiasme grandissant pour tout ce qui y touchait de près ou de loin.

De ce fait, arrivée en première année de Master d’Administration Culturelle, je décidais de joindre l’utile à l’agréable : le sujet de mon mémoire sera « L’essor de la culture japonaise en France ».

Une bonne excuse pour me rendre au plus grand nombre possible d’évènements ayant trait à cette culture et, évidemment, préparer en douceur la réalisation de mon rêve d’adolescente dans quelques années : visiter enfin ce merveilleux pays.


Article paru le 06/04/2015

Muriel - "Mon séjour au Japon m'a incitée à lancer mon activité de vente de vaisselle japonaise"

Vaisselle japonaise.jpg


Le Japon où j’ai vécue 6 ans avec ma famille, aura été une vraie révélation !

Je suis totalement tombée sous le charme de ce pays.

Il faut du temps pour bien les comprendre mais au-delà des convenances, les Japonais sont attachants, respectueux avec un sens inné du devoir et du service.

J’ai adoré leurs traditions, leur culture : la cérémonie du thé, la philosophie de l’ikebana, le sumi-e … et surtout l’art de la céramique, d’une richesse étonnante de décors, de formes, de couleurs magnifiques et d’une qualité rare !


De retour en France, en Bretagne, j’ai créé ma société « La Malouinière » et importe du Japon une grande variété de bols, d’assiettes, de plats, que je vous invite à découvrir à l’adresse suivante : https://www.vaisselle-japonaise.fr

Je confectionne aussi des nappes, des sets de table avec de superbes tissus japonais.

L’idée est de réunir nos deux cultures et d’associer la subtilité de l’art de la table au Japon au raffinement français avec lequel nous aimons recevoir et décorer nos tables.

Je suis heureuse et fière d’essayer de promouvoir la culture et les traditions de ce pays envoûtant.


Article paru le 16/05/2015


Michel - "Le Kyûdô, mon expérience et mon chemin"

Pour la sortie de son dernier ouvrage, sur le Kyûdô (l'art japonais du tic à l'arc) « Le Kyûdô, art sacré de l’éveil » Editions Chariot d’Or, 2015, Michel Coquet a la gentillesse de nous faire parvenir cet article très intéressant, dans lequel il revient, de façon très intime, sur ce qui l'a conduit sur cette voie du Kyûdô tout en nous dressant un rapide historique de l'évolution de cet art japonais et de sa portée au-delà du visible.


M COQUET 1.JPG
Le hasard n’existant pas, en 1949 (j’avais à peine cinq ans), ma mère, abandonnée par son mari, se retrouva seule avec moi. Nous étions au Havre, démunis de tout comme bien d’autres après la guerre. Ma mère demanda de l’aide au maire de Sainte-Adresse et l’on nous mit en relation avec un homme exceptionnel, monsieur Roger Talbot, responsable au service contentieux de la Compagnie transatlantique, conseiller du Président René Coty, Franc-maçon, et mille autres cordes à son arc, si je puis dire ! Il deviendra mon mentor et mon parrain.

Après des années mouvementées où nous habitâmes une ancienne prison sur les falaises du Havre, puis des blockhaus et enfin une maisonnette, ma mère se remaria et nous partîmes vers la région parisienne en 1952. Mon parrain était japonais de par son père et, pendant toute ma jeunesse, ce grand chrétien ne cessa de m’instruire en me conseillant deux choses : pratiquer la méditation yogique chaque matin et me mettre au judo aussitôt que possible.

A seize ans, je fis une expérience spirituelle qui me poussa à m’introvertir totalement afin de redécouvrir cette source de lumière et d’amour qui m’avait véritablement transfiguré. La conséquence fut un désintérêt pour les choses du monde. Je vivais dans une petite cabane derrière la maison, qui fut mon refuge jusqu'à mon départ au Japon en 1969. Pendant cette période, je commençai la discipline d’une école de Râja-yoga, ce qui m’imposa des méditations de plusieurs heures, une diminution du temps de sommeil, un strict végétarisme et l’abstinence d’alcool. Mis à part mon travail à l’usine ou sur des chantiers, mon temps était consacré à la méditation, aux lectures religieuses, spirituelles et philosophiques ainsi qu’aux écoles auxquelles j’appartenais : cela allait du martinisme à la théosophie en passant par les écoles de yoga, de védantisme et de Zen.

Après des années difficiles, ma famille vivant bien en dessous du seuil de pauvreté (tel qu’il est défini aujourd’hui), je fis mon service militaire puis, de retour dans le civil, je m’inscrivis dans une salle de sport parisienne où enseignait un grand expert japonais, maître Hiroo Mochizuki. Avec lui, je commençai le Iaï dô (l’art du sabre), l’Aikidô et le Karaté dô.

Progressivement, je m’éveillai à d’autres horizons de l’Esprit et je décidai d’approfondir la vérité en partant aux sources. J’avais le choix entre l’Inde et ses yogas ou le Japon et ses arts martiaux. Le destin fit son choix et je partis pour le Pays du Soleil Levant, invité chez le père de mon instructeur, maître Minoru Mochizuki qui demeurait à Shizuoka. C’était une légende vivante dans le monde du Budô, ayant été l’un des meilleurs élèves de deux grands fondateurs, Morihei Ueshiba pour l’Aikidô, et Jigoro Kano pour le judo. Il avait atteint des grades élevés dans d’autres disciplines, notamment dans l’école de sabre de l’école Katori.

Maître Tokura
Mon compagnon de route et moi allions vivre dans sa vieille demeure dont tout le rez-de-chaussée était constitué d’un dojo d’entrainement. Cette demeure, connue sous le nom de Yoseikan, avait accueilli les plus grands noms du Budô. Mon objectif était d’approfondir la sagesse mise à ma disposition tant dans les écoles de bouddhisme que dans les groupes d’ascètes de montagne issus du Shugendo ou dans le shintoïsme omniprésent au cœur de nos pratiques martiales. J’espérais transmettre en France des arts martiaux peu connus, et transmettre la partie spirituelle des arts martiaux (le Budô) inconnue dans notre Occident trop polarisé sur le sport de compétition.

Au cours d’un grand festival de Nouvel an, je pus assister à un tir à l’arc de cérémonie qui fut suivi d’un tir de compétition. Le maître qui exécuta le tir inaugurant la nouvelle année était maître Matsui Masakichi, 10e dan hanshi. J’ai eu le coup de foudre pour cette nouvelle discipline et dès ce moment, je n’ai pas cessé de la pratiquer pendant mon séjour de cinq années. J’ai ainsi pu bénéficier de l’instruction intime et constante d’un expert de cet art, maître Masahiko Tokuda.

C’est l’enseignement de ce maître que je me suis efforcé de transmettre dans mon ouvrage (Le Kyûdô, art sacré de l’éveil) en espérant que nombreux seront les disciples à s’engager dans cette merveilleuse technique d’éveil qu’est le Kyûdô. A travers ce livre, je souhaite témoigner de la présence d’un maître contemporain qui, et cela n’est pas si commun, unit en un tout harmonieux une haute compétence technique, une grandeur de l’âme, le tout associé à une infinie compassion pour le genre humain.

Bien que l’archerie nipponne (kyûdô) soit maintenant répandue en Occident, peu de gens en connaissent les caractéristiques, même si nombreux sont ceux et celles qui ont lu le petit livre d’Eugen Herrigel, intitulé Le Zen dans l’art chevaleresque du tir à l’arc.

Comme tout art guerrier oriental, l’archerie a suivi une évolution, l’arc ayant été utilisé en tant qu’arme de défense et d’attaque ou de chasse, jusqu’à devenir un véritable objet rituel religieux. Sa première utilisation fut donc défensive, c’est le Kyûjutsu, qui est similaire à toutes les formes d’archerie. Dans un second temps, apparaît la dimension spirituelle, l’arc devient un symbole et, à ce titre, se retrouve dans les mains des divinités où il va représenter un principe ou une qualité spirituelle (la compassion par exemple). L’arc aura même souvent un rôle dans les rites d’exorcisme. Cette dimension commença en Inde, puis se déplaça en Chine pour atteindre sa perfection au Japon.

Si dans le Kyûjutsu il s’agit de toucher la cible vite et bien, il reste bien différent de ce qui se fait en Occident où l’archerie est un sport et une distraction. Au Japon, le kyûjutsu exigeait les mêmes qualités que celles de n’importe quel archer mais en insistant sur l’acquisition de qualités mentales, comme le courage, la droiture, la grandeur d’âme, etc. L’archerie était totalement intégrée dans la culture, à l’égal de la Chine ; on ne tirait pas seulement pour se défendre mais pour progresser intérieurement.

Cette manière de concevoir l’utilisation de l’arc aboutira au Kyûdô, l’art d’atteindre la cible de son propre cœur.

M COQUET 2.JPG
La technique reste la même, il faut atteindre le centre de la cible mais dans un cadre permettant à la personnalité humaine et mortelle de se préparer à entrer dans une dimension de transcendance. Cette préparation implique le respect des dieux ou kamis, les formes élémentales de la nature dont l’homme est partie intégrante. Respect et imitation des kamis par le geste, le souffle, le son et par cet esthétisme harmonieux qui est l’un des grands objectifs de la religion shinto, l’écrin dans lequel l’archer va tirer en vue d’atteindre l’état de vacuité selon la pensée bouddhiste.

Le kyûdô, tel qu’il est actuellement conçu, est l’art de faire un avec l’univers, de fusionner sa conscience à celles des kamis. L’harmonisation entre ces deux mondes, le monde objectif des hommes et le monde invisible des forces (supposées intelligentes) de la nature par la connaissance et le respect des lois de l’univers doit permettre à l’archer d’établir en lui une pureté et une réceptivité telles qu’il pourra devenir le réceptacle d’une force illuminatrice et inspiratrice. Pour ce faire, l’arc, la flèche et la cible doivent être le support de cette illumination et chacun va donc être le porteur d’un symbole auquel pourra s’identifier l’archer.

Si le shintoïsme forme l’écrin du kyûdô, c’est bien le bouddhisme Zen qui en est la finalité et le joyau. En effet, lorsque tout a été mis en place pour un tir parfait, il s’agit ensuite d’atteindre l’état le plus élevé de conscience possible et de réaliser la nature de son propre Esprit, sa nature de Bouddha, un état pré-nirvanique appelé vacuité par les bouddhistes et qui correspond au satori du Shintô. Le tir de la flèche devient alors un simple moyen, une technique devant permettre à l’égo humain d’entrer dans le silence pendant que quelque chose au plus profond de son être prend le relai et libère la flèche vers la cible. Si l’ego ou la pensée « je tire » est absente, l’action sans cause devient le moyen d’atteindre son propre Esprit, c’est-à-dire une conscience divine non polluée par un égo bavard et perturbant, un égo qui fragmente et limite la conscience universelle et la force à n’être qu’une conscience limitée à son petit moi égoïste, à son corps physique, à son affectif et à des pensées tournées vers les désirs des cinq sens. Un égo heureux lorsqu’il gagne et malheureux lorsqu’il perd. C’est cette manière de pratiquer que l’on nomme le kyûdô, le tir intérieur.

Réaliser la nature vide de toute pensée et l’état de pure vacuité qui est la prise de conscience de l’absolu n’est pas une mince affaire et implique un véritable don de soi, une totale adhésion à l’objectif du bouddhisme qui est la libération du cycle perpétuel de vie et de mort. Tout cela implique une discipline patiente et rigoureuse, une éthique et surtout une vision plus large que la simple distraction ou l’obtention d’une médaille dans l’optique d’une compétition sportive. Mais épurer l’égo de ses désirs pour le dissoudre dans la lumière, l’amour et l’unité n’est pas chose facile, c’est pourtant la seule et unique voie qui mène à l’accomplissement.


Un second point dissocie définitivement l’archerie nipponne de sa sœur occidentale, il s’agit de la sacralisation emblématique de l’arc et de la flèche lesquels, depuis l’Inde ancienne jusqu’à la Chine, ont été l’objet d’une vénération religieuse et mystique en tant que symbole de purification et d’émancipation. Les maitres archers du Japon se sont donc efforcés d’extraire tout ce qu’il y avait de meilleur dans l’archerie mongole et chinoise afin de l’adapter à leur mentalité et à leur culture propre. L’arc va ainsi atteindre le sommet de la perfection dans un style qui n’appartient qu’à l’âme nipponne.


L’histoire de l’arc au Japon

Le Kyudo.jpg
Sans remonter trop loin dans le temps, l’archerie envisagée comme moyen d’atteindre l’illumination et la libération est la conséquence du développement culturel et religieux et politique du Japon.

Jusqu’à l’époque de Takeda Shingen (1521-1573), un guerrier aux ardeurs sanguinaires et ambitieuses, on utilise encore l’archerie à dos de cheval lors des guerres. A cette méthode va s’opposer un autre grand soldat, Oda Nobunaga, qui le dominera en remplaçant l’arc par le mousquet. N’étant plus désormais l’arme idéale, la pratique de l’arc va devenir, sous l’influence de moines bouddhistes, un art tout à fait adéquat pour acquérir une maîtrise mentale. L’archerie, qui reste encore associée à l’équitation, devient ainsi une voie d’accomplissement à part entière, une voie d’éveil. Cette finalité va s’affirmer tout au long de la période de paix des Tokugawa (1603-1868).

L’une de ces écoles (ryû) est celle d’Ogasawara, école qui délaissa complètement l’aspect militaire de l’arc pour en faire un instrument de culture et de maîtrise de soi dans un sens religieux. Un autre personnage va ancrer encore plus profondément cette manière d’être, il s’agit du samurai archer Heki Danjô Masasugu qui, suite à une inspiration intuitive, synthétisa le meilleur de toutes les écoles et mit au point une nouvelle méthode de tir qu’il baptisa Hi-kan-Chû ; le style Heki ryû de Kyûjutsu était né.

Toutes ces écoles vont mettre au point l’arc (yumi) tel que nous l’utilisons aujourd’hui, à savoir un arc fait de bois et de bambou et mesurant plus de deux mètres avec, comme caractéristique unique, d’être tendu à l’inverse de sa courbure. L’arc devient une œuvre d’art incomparable tant pour sa beauté et son efficacité que pour sa symbolique.

Cependant l’histoire n’est faite que de flux et de reflux et le Kyûdô n’y échappe pas. C’est ainsi que pendant presque cinq siècles l’arc va tomber en désuétude, sauf pour un petit troupeau de traditionnalistes restés fidèles et grâce auxquels la tradition de l’arc va se maintenir contre vents et marées. En 1724, le Shogun Tokugawa, homme de cœur et excellent archer lui-même, ordonne à Heibei Tsuneharu Ogasawara, descendant direct de l’école Ogasawara, de faire revivre l’école. Cette fois, des règles et des rites vont permettre des tirs de cérémonie (à pied ou à dos de cheval) accomplis dans des temples bouddhistes ou des sanctuaires shintos. Le Kyûdô acquiert ainsi ses lettres de noblesse et s’inscrit dans la religion, facteur essentiel d’unité nationale.

Lorsque le Japon entra dans la modernité pendant l’ère Meiji (1868-1912), mettant en péril toutes les institutions se réclamant d’une tradition séculaire, le Kyûdô en premier lieu, apparut un grand archer du nom de Honda Toshizane. Ayant perçu le problème du désintérêt pour l’archerie divisée en une multitude de styles, il s’efforça de recréer une unité en combinant les éléments du tir de cérémonie formel du Ogasawara ryû avec les techniques du Heki ryû afin de créer une méthode hybride qui deviendra le Honda ryû. C’est cet archer exceptionnel qui fut le maître instructeur du maître Kenzô Awa (1880-1939), le fondateur de l’école Daï Shadô kyô, qui développa à un très haut degré l’art de pratiquer le tir à l’arc dans l’esprit du bouddhisme Zen, une voie d’éveil appelée aussi le Shadô qui sera transmise à son disciple Anzawa Heijirô.

Au moment de l’occupation américaine, les arts martiaux furent interdits jusqu’en 1948. En 1949, les autorités d’occupation autorisent tout de même la création de la Zen Nihon Kyûdô Renmei (ZNKR) en vue de fédérer le Kyûdô dans le pays. Elle avait pour objectif de normaliser les enseignements divers donnés par les différentes écoles mais aussi et surtout d’établir une pratique commune entre elles (les hassetsu). Une possibilité de travailler dans l’unité même si, au demeurant, chacun restait libre de pratiquer le style de son choix. Cette normalisation est éditée sous le nom de Kyûdô Kyuhon, et traduite en français sous le titre : Manuel de Kyûdô.

Le Kyûdô n’est pas une voie martiale mais une voie spirituelle qui, au même titre que le Zazen où méditation assise, permet l’accès à la vacuité de l’Esprit, ce qui fait du Kyûdô une pratique de Zen en action (ritsu zen).

A travers cette discipline, un chercheur sincère et patient trouvera tous les outils nécessaires à sa perfection, psychologique, psychique et surtout spirituelle. Mon vœu le plus cher serait de voir les nouvelles générations se tourner vers une telle discipline car elle leur apporterait la paix intérieure et l’harmonie, et lorsque les individus sont en paix c’est la nation toute entière qui s’apaise.

Michel Coquet

« Le Kyûdô, art sacré de l’éveil » Editions Chariot d’Or, 2015.

http://editions-chariot-dor.fr/livre-54738-Le-Kyudo-Art-sacre-de-l-eveil.html#.Vbs2nvldpYM


Article paru le 30/07/2015


Delphine - "Faire de ma passion pour le furoshiki, mon métier !"

Delphine a tout d'abord contacté Quartier Japon pour nous présenter son activité autour du furoshiki à la recherche d'une cooptation par une association franco-japonaise. Un beau projet, que nous soutenons bien évidemment, qui donnera lieu à des initiatives communes et d'ores et déjà à cet article bien détaillé, sur la naissance de son projet !


Logo du site de Delphine
Mon premier séjour au Japon date de 2004. J’en connaissais peu de choses, mais ai longtemps été intriguée par la découverte de ce pays et sa culture si différente de la notre… j’ai eu l’impression d’arriver sur une autre planète, ne comprenais pas ce qui m’entourait et ai adoré !!! Une vraie découverte…

Ce qui me plait le plus, c’est l’omniprésence de l’esthétisme. Les japonais s’appliquent à mettre en valeur tout ce qui les entoure : la nature, l’architecture, la gastronomie… c’est une attention de chaque instant, jusqu’au moindre détail. Par ailleurs, j’apprécie le mélange entre le traditionnel et le moderne qui cohabitent naturellement. Etant architecte d’intérieur, depuis maintenant 15 ans, je suis très sensible à ces aspects et ce fut une véritable révélation.

Dès mon retour de ce voyage, j’ai voulu en savoir plus : j’ai participé à de nombreux cours de cuisine, à un atelier de calligraphie et un autre de furoshiki. Progressivement, j’ai intégré un peu de Japon dans mon quotidien… et notamment dans la décoration de mon appartement. Le Japon est devenu une passion.

J’y suis retournée en 2008 : seule pendant 10 jours à Tokyo, j’ai découvert la ville à mon rythme, en flânant et m’imprégnant de ces ambiances si spéciales… J’ai trouvé quelques kimonos d’occasion dans une brocante en pensant les transformer dès mon retour, pour leur donner une seconde vie, sans encore savoir comment… j’imaginais déjà une façon de conserver ces objets précieux, traditionnels, tout en leur permettant de continuer d’exister sous une autre forme, plus moderne. J’ai également conservé quelques journaux trouvés dans l’avion. J’aime le graphisme que représente l’écriture japonaise et souhaitais alors utiliser ce papier comme on pourrait le faire avec une peinture ou un papier-peint. Les kimonos sont restés dans un placard pendant plusieurs années… puis j’ai utilisé les journaux pour recouvrir le cadre d’un miroir, avec du verni-colle. Ce vieil objet était transformé… et, au lieu de partir à la poubelle, il a trouvé une nouvelle vie !

FUROSHIKI DEL SAN.jpg
J’ai eu deux enfants et ils m’ont donné envie de reprendre quelques activités manuelles… comme la couture et le tricot pour leur confectionner quelques vêtements ou un peu de peinture, de bricolage et petits objets customisés pour décorer leur chambre. Mes journées étaient bien remplies, ce qui laissait peu de place à toutes mes idées. Néanmoins, j’ai tout de même continué de cuisiner avec une inspiration japonaise et ai lu de nombreux livres d’auteurs japonais, particulièrement Haruki Murakami.

Et c’est en 2009 que j’ai commencé une première approche pour créer mon entreprise. J’avais envie de changer d’activité, de travailler pour moi et d’allier ma passion pour le Japon à mon travail. J’ai profité d’un congé maternité pour concrétiser cette envie et commencer à réfléchir à un projet. C’est à ce moment là que j’ai créé mon logo… je voulais qu’il représente mon inspiration japonaise tant par le nom que par le graphisme. Il m’a servi depuis lors pour quelques créations, même si je n’ai pas concrétisé le projet à ce moment là. Je n’étais pas encore prête…

En Novembre 2014 j’ai quitté mon emploi et cette opportunité m’a permis de lancer enfin ce projet qui me tient tant à cœur depuis toutes ces années : faire de ma passion mon travail.

Avant de réaliser toutes mes idées de création, je tenais à construire et organiser ce projet. J’ai décidé que mon objectif principal serait de faire connaître le furoshiki aux français et développer mon univers créatif autour de celui-ci. La couture de furoshiki nécessite un carré de tissu, ce qui engendre de nombreuses chutes… j’ai donc décidé de développer un esprit global de création : éviter le gaspillage, utiliser le plus de matière possible, donner une seconde vie aux objets. C’est alors que s’intègrent les anciens kimonos… ceux que j’ai ramené du Japon mais aussi, depuis, ceux que mes amies japonaises retrouvent au fond des placards familiaux.

Mes furoshiki sont des pièces uniques, ils sont marqués par une étiquette-logo et un nœud de couleur. J’en réalise de différentes tailles et utilise de nombreuses sortes de tissus que je trouve à Paris, au marché St Pierre ou en mercerie. Je ne travaille pas les tissus japonais puisque ce type de furoshiki existe déjà. Pour les accompagner, j’ai développé une méthodologie. Je propose une pochette en papier dans laquelle le furoshiki est présenté en quelques paragraphes et le principe du nœud détaillé. A l’intérieur, on trouve 4 fiches par collection (printemps-été / automne-hiver) qui présentent quelques idées de nouages. J’ai réalisé l’ensemble de la mise en page, la création des graphismes (dessins et motifs) et le choix des couleurs, qui est associé à la collection.

Grâce aux chutes de tissus, je crée différents objets « textile ». Par le mélange des matières et des couleurs, je réalise des coussins en faisant une sorte de patchwork. Je propose également des trousses, des pochettes, des sacs de petit et moyen format pour lesquelles j’utilise des tissus enduits pour l’extérieur et les différentes chutes pour l’intérieur.

Côté décoration, je transforme des objets, avec comme base des éléments existants que je trouve dans les vide-greniers ou chez Emmaüs. Je les décape, les peints, y colle des feuilles séchées ou du papier journal… japonais évidemment ! J’ai réalisé plusieurs tabourets, miroirs et plateaux, ainsi que quelques autres petits objets. J’aime l’idée de pouvoir transformer pour donner une seconde vie… pour moins jeter et rendre beaux ces vieux objets délaissés. Enfin, en continuité avec mon expérience professionnelle et ma formation je propose du coaching déco. Il s’agit d’aider ceux et celles qui ont un projet mais ne trouvent pas les bonnes idées ou manquent de temps. Le coaching permet une approche simple pour définir une idée, un concept puis des couleurs, des matières, du mobilier et même des accessoires. Je réalise un document qui identifie tout ces points, pouvant aller jusqu’au conseil pour les achats avec le référencement des différents produits et/ou objets.

Pour présenter mon travail, j’ai entièrement réalisé un site internet en y intégrant mes dessins, mes couleurs et mes créations en photos. Pour la vente, je propose un contact direct pour les réalisations sur-mesure et le coaching. Pour les objets existants, j’ai ouvert en ligne une boutique sur LittleMarket. Je propose également des réalisations en petites séries pour des boutiques proches de chez moi et dans Paris. Par la suite, je rêve de pouvoir ouvrir une boutique-atelier où je pourrais réaliser puis vendre mes créations et développer des événements « atelier furoshiki », voire même un espace mercerie.

Ce projet m’apporte beaucoup et je suis heureuse d’avoir chaque jour une activité qui me plase. J’aime partager, échanger, être proche des gens et pouvoir les aider à embellir leur quotidien.

Merci de votre attention et à très bientôt pour partager vos envies et pourquoi pas participer à vos projets…

Pour découvrir le site de Delphine et ses furoshiki : http://www.delsan.fr/

Article paru le 29/08/2015


Notre dôjô - la culture japonaise indissociable de la pratique !

Aurore, Présidente du Dôjo Daikokuten, nous présente son dôjô et pourquoi il lui est important de présenter la culture japonaise à ses adhérents.


Daikokuten Dojo est né en Bretagne il y a plusieurs années, sous la forme d’une association.

Dès sa conception, ce Dojo avait pour raison d’être de permettre à ceux qui le souhaitaient, de découvrir la pratique de l’Aikido de Sumikiri enseignée par Jean Daniel Cauhépé. Basée à présent à Paris, dans le 10ème arrondissement, elle est rattachée aux Arts Classiques du Tao.

Il s’agissait donc de rassembler un groupe de personnes désirant travailler sur elles-mêmes en toute confiance et dans une atmosphère conviviale.

Sumikiri signifie en japonais : « Action de tailler les 4 angles d’un carré ». Cette image physique et symbolique exprime le travail d’harmonisation de l’esprit, des animæ et du corps du pratiquant.

Aikido de Sumikiri.jpg
• Art-martial sans compétition, nous travaillons seul ou avec partenaire(s), avec ou sans bâton, dans le respect et à l’écoute de l’Autre. Il s’agit avant tout d’un travail sur soi-même.

• La martialité s’exprime à travers nos valeurs et le comportement que nous adoptons.

• Le geste harmonieux nécessite de l’équilibre, une bonne coordination, une belle rythmique et de la justesse.

• A travers la souplesse et la relaxation active du corps et de l’esprit, il s’agit d’être capable de se centrer, de se mettre en mouvement sans se désaxer et de s‘enraciner afin de rayonner le KI.

• L’état d’esprit est en effet fondamental. Nous évoluons avec bienveillance en préservant notre santé tout comme celle de nos partenaires. La convivialité est au centre de la Pratique. Il s’agit d’avancer sur la Voie avec des compagnons de route où chacun a sa place.


Dès sa création, le partage était au centre de la pratique. Dans ce cadre, des stages rassemblant plusieurs Dojo ont été organisés. Puis Daikokuten Dojo a déménagé à Paris. Un nouveau noyau s’est donc formé grâce à la volonté de quelques personnes et au dojo Kikentai (19ème) qui nous a proposé une petite salle.

D’autres personnes nous ont ensuite rejoints et une salle équipée de tatamis a été nécessaire. Nous avons alors eu l’immense chance de pouvoir nous enraciner chez Tenchi (10ème) où nous pratiquons encore aujourd’hui.


Dès son installation à Paris, le projet était de faire découvrir la culture japonaise aux élèves.

Les principes que nous développons dans notre Pratique se retrouvent bien évidemment dans d’autres Enseignements, mais c’est surtout l’état d’esprit que nous souhaitions faire toucher du doigt à ceux qui découvrent cette culture.

Nous nous sommes donc rapprochés de Quartier Japon qui propose toute sorte d’activités. Nous avons débuté par le Furoshiki car je souhaitais faire découvrir quelque chose de vraiment nouveau aux élèves.

Ludique, très esthétique, écologique et utile, ceci résumait aussi bien le Furoshiki que l’Aikido de Sumikiri.

Ensuite, ayant travaillé toute l’année sur la fluidité, la calligraphie s’est naturellement imposée. Chacun a pu voir combien il est difficile de faire un point ou un trait.

Puis, afin d’alterner les plaisirs et renforcer la cohésion, nous avons fait un stage de cuisine, activité qui rassemble facilement les gourmands ^^.

Même s’il ne s’agit que d’initiations, ces petits stages participent à l’ouverture qu’offre notre Enseignement et qui est la richesse de ceux qui le suivent.

• Aller au-delà des apparences et s’efforcer de comprendre le sens profonds des mots, des gestes, des comportements, des idées, de ce et ceux qui nous environnent.

• Changer de point de vue, percevoir l’Autre comme un partenaire qui peut nous aider à progresser sur ce Chemin tel un compagnon et non comme un adversaire.

• Ecouter puis Entendre, Apprendre puis Transmettre. De cette expérience nait une belle Transformation.


Alors si vous êtes curieux, que vous avez de l’humour, que vous voulez rencontrer des gens improbables, partager de bons moments, apprendre sur vous-même, bouger et lâcher-prise, venez nous rendre visite.


Cette pratique est ouverte à Tous, sans distinction de sexe, d’âge ou de culture.

Elle ne nécessite pas d’être un athlète non plus.

Quelles que soient vos motivations, vous trouverez ce que vous apporterez !

https://aikidosumikiriparis.wordpress.com/


Article paru le 22/09/2015


Cécile - "Être auteur du Katana of Gion, vivre la naissance d'un manga et le faire vivre !"

KoG Quotidian Life.jpg
Avoir écrit le Katana of Gion est l'une des plus belles expériences que j'ai eu à vivre en tant qu'auteur. Je ne prétends pas être professionnelle ou être une « mangaka » à l'instar des célèbres Clamp que j'admire tant.

Je suis juste quelqu'un qui a voulu « faire » un manga et qui y est parvenu.

Cela a commencé quand j'étais adolescente. Fan du club Dorothée, j'ai vécu des moments inoubliables à regarder cette émission, à suivre les anime qu'elle proposait.

J'ai été enthousiasmée par les anime tels que Laura La Passion du Théâtre, Gwendoline, Maison Ikkoku de la célèbre Takahashi Rumiko, Lamu et Ranma 1/2 de cette même auteur. Je me suis passionnée pour les anime autour du sport comme Olive et Tom, ou bien encore Cynthia et le Rythme de la Vie, puis Jeanne et Serge. Je regardais aussi d'autres anime très divers comme Kathy la petite fermière, Charlotte, Dans les Alpes avec Annette, les Quatre filles du Docteur March. Et plus tard, je suis devenue fan de toutes les Magical Girls, entre autres Creamy, Vanessa, Suzy. Et dans un genre tout à fait différent, qui ne connaît pas Dragon Ball Z et les Chevaliers du Zodiaque.

Cependant, ce ne sont pas ces anime qui m'ont décidé à écrire un manga et faire en sorte qu'il soit dessiné. Ma passion pour ce genre est venue dans les années 2000s, quand j'ai découvert les Clamp, et surtout Kenshin le Vagabond. C'est ce dernier opus de Watsuki Nobuhiro qui m'a fait tomber en amour avec le manga. C'est donc après 2006 et le visionnage de Kenshin et le très beau film Duelist, que j'ai décidé de créer mon manga.

Akirako katana.jpg


Le Katana of Gion est un hommage au Japon , à son histoire, à cette époque si particulière qu'est le début du Shogunat. Bientôt docteur en histoire médiévale et actuellement chercheuse en Allemagne, l'histoire du Japon est quelque chose de fascinant. Les Geisha étant l'un de mes thèmes de prédilection, j'ai décidé d'en faire le sujet principal de mon manga. Je voulais leur rendre hommage. J'ai ensuite créé ma lignée de femmes samurai maudites et une communauté de Geisha entoure l'héroïne principale de ce manga.

En 2008, je me suis inscrite sur DeviantArt et je suis tombée sur la page du dessinateur indonésien Bob-Raigen. C'est à partir de là que tout a commencé. Nous avons parlé, nous nous sommes artistiquement entendus et c'était l'un des rares qui dessinait des pages de comics. Je lui ai traduit mon script en anglais et nous nous sommes mis à collaborer ensemble. Cette collaboration ne s'est jamais arrêtée depuis et nous en sommes à trois tomes ensemble. Bob est le meilleur partenaire dont je pouvais rêver et nous nous entendons très bien, lui et moi.

Nous travaillons en anglais, langue qui n'est pas notre langue maternelle et j'édite le texte en français. Le manga Katana of Gion est donc en français et est une œuvre franco-indonésienne.

Pourquoi ai-je voulu tenter l'aventure du financement participatif ? Parce que je suis quelqu'un qui va jusqu'au bout des choses et surtout qui a envie de partager son univers. J'adore évoquer l'histoire des Geisha de Gion et bien que je ne sois pas tout à fait dans le cadre historique, je fais en sorte que le but de ce manga soit un hommage à ces femmes artistes. J'ai envie de transmettre mon expérience aux jeunes gens qui souhaiteraient produire leurs propres mangas et leur dire qu'il faut foncer et ne pas se décourager.

Si le coeur vous en dit, découvrez l'histoire de mes Geisha de Gion et laissez-vous emporter dans les méandres de ma famille de femmes samurais au katana maudit.

Cécile


Pour aider Céline à concrétiser son projet : lien de la plateforme de financement: http://fr.ulule.com/katana-of-gion

Article paru le 13/11/2015


François Berthier « La mystérieuse beauté des jardins japonais »

Jardins japonais.jpg
François Berthier né le 19 septembre 1937 à Château-Thierry est un historien de l'art, spécialiste du Japon.

Il «  s’en est allé » le 10 juillet 2001 à l’âge de 63 ans à Mériel.

Fils de l'archéologue et archiviste paléographe André Berthier, François Berthier obtient en 1961 un diplôme de japonais à l'École nationale des langues orientales vivantes. Il part ensuite au Japon, et étudie, de 1970 à 1973 à l'université de Tokyo, où il suit notamment les cours du professeur Terukazu Akiyama. Il se consacre, au cours de ses études, à l'étude des origines de la sculpture bouddhique japonaise de la période Asuka(飛鳥時代)(fin du VIème et début du VIIème siècle).

François Berthier a résidé 13 ans au Japon et il a vécu pendant 2 ans dans un monastère Zen à Kyôtô. Revenu en France, il devient professeur à l’INALCO où il se voit confier la chaire d'histoire de l'art japonais. Japonologue réputé, ayant une grande connaissance de la langue japonaise ancienne, François Berthier fut également chargé de recherches au CNRS.

Au moment de sa disparition, il travaillait à un ouvrage important, somme de ses recherches sur les peintures de l'album du Roman de Gengi de Tosa Mitsuyoshi ,conservé au Musée National de Kyôtô, qu'il n'a pu achever. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles sur l'art japonais.

Bien que tous ses livres soient épuisés, l’an dernier en janvier 2015, une lectrice passionnée par son œuvre,actuellement éditrice, qui avait lu et relu avec émerveillement « le jardin Ryôanji » publié en 1989 a souhaité rééditer ce livre.

Au manuscrit original sur le jardin Ryôanji, des articles sur les jardins japonais que François Berthier avait rédigés ont été rajoutés.

C’est donc, en 2015, 14 ans après sa disparition, grâce à l‘enthousiasme d’une éditrice passionnée que le livre "La mystérieuse beauté des jardins japonais » est paru. C’est une très belle renaissance et reconnaissance.

Dans ce livre, François Berthier nous révèle quelques clés de la beauté des jardins japonais. C'est un livre profond d’un spécialiste authentique. Sincèrement il aimait le Japon, ses traditions et la beauté de ses jardins. Ce livre, écrit dans un style agréable, avec de belles photos en couleurs, vous fera découvrir des aspects inconnus du Japon.



  • フランソワ・ベルチエの本 « La mystérieuse beauté des jardins japonais » について


フランソワ・ベルチエ(François Berthier、1937年9月19日(シャトー=ティエリ生) - 2001年7月10日(メリエル没)は、フランス国籍の日本美術史家、INALCO フランス国立東洋言語文化研究所教授、フランス国立科学研究センターCNRS研究員 。 母方祖父のエルネスト・ロストは、AFNOR、フランス規格協会代表取締役社長。父のアンドレ・ベルチエは考古学者。

François Berthier フランソワ・ベルチエは、フランスを代表する日本学者です。約13年間、日本滞在し、禅寺にも2年住んでいました。

東京大学大学院美術史科では、アカデミーフランセーズ会員、日本美術史の最高峰の秋山光和先生のもとで、国家博士論文の指導を受けました。

日々の研究に専念し、日本美術関係の記事、日本美術展のカタログ、百科事典 など多数の書物を出版しました。


残念なことに、2001年、フランソワ・ベルチエは、この世を去りました。

1989年、 Le jardin Ryoanjiが出版されました。 2015年に、26年の歳月をこえ、出版社ARLEAの編集者の熱意から オリジナルのLe jardin Ryoanji に、未公開の日本庭園の記事を加え、la mystérieuse beauté des jardins japonaisの本が出版されました。

フランソワ・ベルチエは、この本の中で、日本庭園の美しさを話しています。

日本を心から愛し、外国人の目から見た日本の美、日本の伝統歴史を再確認する上でも、素晴らしい本だと思います。 


Article paru le 17/02/2016


Caroline Tokar « Le Souffle du Japon, dans l’univers d’une artiste française »

Expo calligraphie C Tokar.jpg
Caroline Tokar est artiste peintre.


Quelques emprunts à la calligraphie japonaise m’ont permis de rencontrer ma propre liberté créatrice, sous la forme d’idéogrammes occidentaux transcrits à l’encre sur papier et avec la réalisation d’une peinture gestuelle, pour laquelle la culture japonaise a servi de révélateur.

Il s’en est suivi un parcours d’artiste référencé, pour un travail d’abstraction lyrique, élaboré sous cette influence extrême orientale.

Au-delà de cette exposition, c’est le souvenir de la découverte de la culture japonaise que j’ai partagé avec mon mari - il était excellent élève en calligraphie et littérature, en dehors de ses responsabilités professionnelles - que je prolonge avec émotion.

Au fil des temps, j’ai rencontré une littérature souvent poétique et sensible, l’art des jardins et de l’Ikebana, l’art du thé et sa profonde sagesse, l’architecture, la musique, le théâtre et la danse. En résumé, le raffinement dans bien des aspects du quotidien.

Derrière une apparente rigueur, j’ai trouvé un savoir vivre ritualisé permettant la discrétion, la modestie et le respect de la hiérarchie, des valeurs qui facilitent la vie en famille et en société.

Actuellement, des liens étroits se nouent entre nos deux pays, et des échanges se font au niveau des métiers d’art. Des mélanges d’influence se produisent au niveau de l’art floral, la couture, la gastronomie, et bien des disciplines. Chacun garde son identité profonde, mais de temps à autre, des partitions se jouent ensemble, entre Français et Japonais, alorsqu’auparavant, chacun demeurait sur la réserve.

C’est dans ce courant que je veux m’inscrire, tout simplement parce que je m’y sens bien

Article paru le 06/06/2016

Jeanne "Ma première exposition de mes dessins manga"

JEANNE CORNU 062016.JPG
Jeanne prend des cours avec Quartier Japon depuis septembre 2014

J’ai 14 ans et je dessine depuis quatre ans. Je suis arrivée au dessin de manga presque par hasard après avoir lu des séries telles que One Piece et Naruto lorsque j’étais plus jeune. J’avais envie de dessiner, et c’est un manuel de dessin découvert à la bibliothèque qui m’a mise sur la voie.

Mon seul matériel à l’époque : un crayon HB et des feutres… Je me suis d’abord contentée de recopier les exemples du manuel pour comprendre les bases du dessin, du visage et du corps humain. Ensuite, j’ai voulu dessiner mes propres personnages tout en continuant à me perfectionner, toujours à l’aide de manuels, grâce auxquels j’ai approfondi les notions d’anatomie, de volume, d’ombres, etc.

Il y a un an, j’ai rejoint un cours de dessin de manga qui m’a permis de rencontrer d’autres passionnés et d’enrichir ma technique : la couleur est entrée dans mes dessins, j’ai abordé la composition et appris à utiliser des outils tels que les marqueurs, l’encre et l’aquarelle.

Si mes premiers dessins étaient surtout des copies, depuis un an, je multiplie les approches et les styles : types de visages, traits, yeux, encrage, mise en couleur… J’explore sans cesse de nouvelles possibilités, de nouveaux rendus, de nouveaux styles, comme récemment le « cartoon ».

Je dessine chaque jour, passionnément… Debout, assise, et même en marchant ! J’ai toujours un cahier de dessin sur moi et me replonge dans cet univers des que j’ai un moment. Le dessin me permet de m’affirmer, de m’évader, de m’amuser, de me faire remarquer d’une manière positive, d’échanger.

J’espère que cette exposition vous permettra de découvrir et d’apprécier mon travail artistique.

JO


Article paru le 23/06/2016


Nikka Zubon - Redonner un second souffle aux pantalons traditionnels japonais au-delà du Japon

Tobi, dans la tradition japonaise
Nikka-Zubon est une entreprise basée à Osaka proposant une large gamme de marques de pantalon prêt-à-porter, à la fois confortables et originaux.

Jeune start-up, nous avons pourobjectif de faire connaître ces produits originaux, à savoir les pantalons de style « Tobi » et « Nikka-pokka » au public européen.

Aujourd’hui, les artisans japonais réalisant ces pantalons souffrent de la concurrence internationale avec des produits comme le « Jean » occidental. Pour essayer de redonner un second souffle à cette tradition artisanale, nous avons décidés de vendre ces pantalons non pas dans un premier temps au public japonais, mais au contraire de le diffuser dans le reste du monde, en commençant par la France. En effet, l’initiateur de ce projet, Brathish Thevarasan, est d’origine française, bien qu’expatrié au Japon depuis 2 ans.

Derrière notre projet d’exporter en Europe et dans le reste du monde ces pantalons, nous voulons en réalité que ces artisans puissent continuer d’exercer leur art vieux de plusieurs siècles.

Tobi, adapté au goût occidental
Actuellement, l’équipe Nikka-Zubon se compose de trois personnes à temps plein, ainsi que d’autres intervenants extérieurs.

Pour rapidement présenter l’équipe :

  • Brathish Thevarasan, âgé de 28ans, est l’investigateur de ce projet et actuellement le directeur de celui-ci.

Passionné de la culture japonaise depuis son enfance, faire naître un projet comme celui-ci, à savoir intégrer et aider la société japonaise, a toujours été un de ses rêves.

  • La deuxième personne participant au projet s’appelle Mami Kajiwara, âgée de 26 ans.

Férue d’histoire japonaise, elle a aussi une grande passion pour la langue française, pays où elle a étudié durant un an dans la même université que Brathish, à savoir l’université de Cergy-Pontoise.

  • Enfin, la troisième et dernière personne est un autre ancien étudiant de cette même université, se nommant Loïc Monin qui, comme Brathish, partage une grande passion pour l’Histoire et les traditions du Japon.

Ensemble nous travaillons sur Nikka-Zubon depuis le mois de décembre 2015, date à laquelle nous avons lancé notre site internet (http://nikka-zubon.com/). De plus nous avons agrandi notre gamme de produits aux accessoires, en vendant des chaussettes de style japonais dites « Tabi » ainsi que des bandanas traditionnels japonais, appelé kaizoku-bô « 海賊帽 ».

Ces chaussettes ont comme particularité d’avoir le gros orteil séparé des autres doigts de pieds. Les bandanas, quant à eux, sont utilisés principalement durant les fortes chaleurs lors d’entrainements sportifs mais aussi très prisés par les chefs traditionnels japonais, tel que les gérants de restaurant à Sushi, Takoyaki, etc.

En ce qui concerne les pantalons «鳶» Tobi ou «ニッカポッカ» nikka pokka, ils étaient portés à l’origine par les guerriers japonais. Ces pantalons possédaient comme caractéristique d’être à la fois un tissu robuste et résistant mais également très ample permettant une meilleure mobilité aux soldats lors des batailles.

Ces spécificités étaient très utiles durant les longues marches et résistaient bien en milieu montagneux ou dans les forêts denses du Japon. De plus les artisans réalisant les temples en bois au Japon les portaient.

Puis, lors de la reconstruction d’Après-Guerre, ces pantalons furent beaucoup utilisés par les ouvriers du bâtiment. Ceux-ci s’en servaient principalement pour détecter d’éventuelles bourrasques de vent pouvant être dangereuses en haut d’un building en construction, mais également pour ne pas être trop crispés au niveau des jambes en restant dans la même position pendant plusieurs heures.

A l’image du jeans, de nos jours, ces pantalons sont portés pour leurs côtés décontractés et tendances. Aujourd’hui on peut en voir sur certains personnages de mangas et de jeux vidéo comme GTO, One punch man, etc.


Article paru le 05/07/2016


Marie "Mon expérience de la calligraphie chez Quartier Japon"

  • Marie (élève en cours de japonais et en cours de calligraphie chez Quartier Japon depuis février 2014)nous explique tout d'abord comment se déroulent les cours, avant de nous faire partager son expérience plus intime de la pratique de la calligraphie.
MARIE 09072016.JPG

- A notre arrivée, Ayano (le professeur de calligraphie) a préparé les tables avec les pierres, les protections noires, les encriers et l'encre. Chacun vient chercher son pinceau ou sort son propre matériel s'il l'a.

- Les débutants, s'il y en a, se placent devant ; sinon, le placement est libre. Les "anciens" commencent à s'entraîner en autonomie (révision de l'appui en forme de larme, des traits vus la dernière fois...).

- Ayano nous distribue à chacun un kanji (ou une combinaison de kanji pour les plus avancés) que nous travaillerons. Ce kanji est choisi selon une progression établie par elle. Il peut arriver parfois que nous retravaillions deux fois de suite le même kanji s'il est difficile ou nous pose problème ; nous pouvons aussi le demander.

Parfois, Ayano nous demande si nous souhaitons revoir ce que nous avons commencé la dernière fois ou avancer (en particulier si nous sommes un peu restés bloqués sur un kanji). Il arrive aussi que ce soit "simplement" un nouveau trait nécessaire à l'élaboration des kanji suivants (par exemple "migi barai" pour moi récemment). Dans tous les cas, Ayano nous explique les étapes principales de ce trait ou de ce kanji, les difficultés dont il faut tenir compte.

--> Je sais que ces kanjis et traits suivent aussi la progression des feuilles "mode d'emploi" qu'elle nous donne (feuilles où se trouvent expliqués les principaux traits et les kanjis avec des dessins pour montrer le lien entre le kanji et l'objet) mais je ne sais pas d'où viennent ces feuilles.

--> Dans un premier temps, nous travaillons des kanji en style "carré" au gros pinceau, puis des hiragana sur page entière (par exemple "sushi"), puis, je crois, du travail au petit pinceau pour apprendre à signer, puis les plus avancés (deux ou trois personnes seulement) alternent entre style carré et style cursif plus rond, parfois sur le même kanji, successivement exécuté des deux manières. Je n'ai pas dépassé le niveau des kanji carrés, troisième feuille, donc, pour les autres stades, c'est moins clair, parce que je l'ai seulement vu chez les autres.

- Nous travaillons ensuite en autonomie, sur papier journal puis sur papier de calligraphie ou papier blanc selon le choix de chacun (Ayano nous encourage cependant tous à faire des essais sur "vrai papier" de calligraphie régulièrement).

- Ceux qui en sont capables signent leurs oeuvres, souvent après avis d'Ayano qui indique les plus réussies, celles qui peuvent être signées. Ils alternent donc petit et gros pinceau.

- Au bout de deux heures environ, pause-thé.

- Quand nous en éprouvons le besoin, nous lui présentons notre travail, soit pour qu'elle évalue nos progrès, soit parce qu'on est bloqué sur une étape. Nous discutons ensemble ; parfois, elle prend notre main pour refaire avec nous le trait compliqué.

- Si nous ne lui présentons pas notre travail, elle passe de temps à autre voir où nous en sommes (ceci dans l'optique où elle n'a pas de débutants, sinon elle est occupée à les former).

- 10-15 minutes avant la fin, chacun s'occupe de laver pinceau et encrier et de nettoyer les éventuelles taches sur la table. Chacun range son plan de travail. Catherine et moi aidons ensuite Ayano à finir de ranger et à vider la poubelle.


  • Marie nous fait part de son expérience de la calligraphie, à l'occasion de sa participation à l'un de nos ateliers d'été de création japonaise, en juillet 2016, comprenant une partie consacrée à la calligraphie.


Mon moment préféré : calligraphie. Je sors mon matériel pendant l'introduction générale ; j'écoute mais, comme je connais un peu, je commence à m'entraîner sur du journal. Moment drôle quand j'explique que je préfère protéger l'ensemble de la table avec du journal et que Mariko, un peu surprise, objecte que les enfants avec qui elle pratique n'en ont pas besoin. Nous protégeons toutefois tous nos tables, par sécurité ; c'est bien entendu ce jour-là que mon journal sera impeccable, sans aucune tache (normal). Nous nous entraînons directement sur papier japonais : d'abord l'appui en forme de goutte, puis la ligne horizontale, puis verticale, puis la courbe sur le côté.

Mariko a dessiné au tableau l'ordre des traits pour le kanji choisi : hoshi (étoile). En plus de l'adaptation aux circonstances (la fête des étoiles), ce kanji me semble très bien choisi : il est spectaculaire mais, vu qu'il est composé essentiellement de lignes horizontales et verticales, peut-être plus accessible aux débutants.

Très rapidement, l'état d'esprit si particulier et propre à la calligraphie m'envahit : je me tiens plus droite, mes pieds sont posés sur le sol, bien enracinés mais sans tension, mes épaules plus relâchées. Je fais quelques mouvements quand je sens une légère crispation : sans égoïsme, la calligraphie invite cependant à se recentrer sur soi. Je suis également amenée à m'interroger : qu'est-ce que je veux dire avec cette étoile ?

Des souvenirs heureux me reviennent, je constate une fois encore à quel point la calligraphie est à la fois un exercice très guidé ET un moment d'expression personnelle au plus près de soi, dans une obligatoire sincérité. Comme les samedis où je pratique, je pense à la légèreté ; si le trait n'est pas assez appuyé, il est trop fin, comme haché, vraiment pas agréable à regarder. Mais, en voulant être sûre, bien appuyer, j'arrive à un trait là aussi haché, avec des brisures, voire je peine à décoller mon pinceau ! Et une fois encore je me dis que c'est une leçon de vie pour moi qui ai tendance à zigzaguer parfois entre ces deux extrêmes (légèreté et gravité), et je me dis aussi que je n'ai pas encore trouvé la véritable réponse.

Malgré tout, un grand calme m'envahit, je suis centrée, en harmonie avec moi-même, et à peine surprise quand Mariko explique que l'odeur de l'encre de Chine est faite pour détendre le calligraphe (j'ai toujours aimé cette odeur...)!

Leçon à nouveau : après une première calligraphie qui me satisfait plutôt, je suis un peu moins concentrée et rate mes deux essais suivants ! Ce n'est pas grave, je recommence, en pensant au premier trait sur le papier, décisif pour le résultat, un peu comme l'état d'esprit avec lequel on aborde chaque événement. Pour la première fois, je tiens un petit pinceau pour signer : surprise, je n'arrive pas à écrire petit, ma signature est énorme !

Passé le sourire devant le ratage de mes premiers essais, je comprends que là aussi il y a un enseignement à découvrir, à comprendre : dans une réalisation, quelle est la place de notre individualité et celle de ce qui n'est pas nous ? Je regarde le modèle donné par Mariko : la signature ne disparaît pas, elle est assurée mais à sa place, laissant les "feux de la rampe" au kanji réalisé. Ou peut-être l'oeuvre est-elle l'union des deux?

Article paru le 24/07/2016


David et ses élèves "Notre premier fanzine, une expérience commune"

Interviews du 29 juin 2016 autour du projet « Fanzine 2016 »

Parce que cela aura été une grande expérience à la fois pour David comme pour l’ensemble de ses élèves et pour les autres personnes concernées par ce projet, j’ai proposé à David et à plusieurs participants au fanzine de les interviewer sur cette expérience.

Tout d’abord, David Dao, chef de projet des activités manga chez Quartier Japon et plus particulièrement de sa formation annuelle de mangaka, nous parle du projet de création d’un Fanzine Quartier Japon, qui sera présenté et vendu à l’occasion du prochain festival Japan Expo de juillet 2016.

Couverture Fanzine.jpg
David Dao Ngam

QJ : En quoi consiste ce projet de création de fanzine ?

DD : Un fanzine, c'est un maga de prépublication. Au Japon, cela s’appelle « shonen jump ». En France, il n'y a pas de fanzine de professionnels, mais seulement des fanzines d'amateurs. Pour un amateur, c’est le meilleur moyen de faire de la publicité pour son travail et de montrer ce qu’il sait faire.

QJ : Pour toi, cela représente quoi ce projet de fanzine ?

DD : Parmi mes élèves, certains sont chez Quartier Japon depuis plusieurs années. Ils sont donc arrivés au stade où ils ont de bonnes bases pour commencer à réaliser des planches manga. C'est l'étape d'après pour eux ! Ainsi, tous ceux ayant participé à ce premier fanzine ont deux ou trois années minimum de cours de manga, pris avec moi chez Quartier Japon et d’autres structures auparavant. Ce fanzine c'est aussi par rapport au prochain Japan Expo. Japan Expo demandait à ce que l’on ait un fanzine pour nous allouer un stand et en même temps, je voulais représenter Quartier Japon à travers un fanzine et faire quelque chose de plus professionnel que ce que nous avions fait jusqu’à présent. Nous participons à des festivals manga et on vend juste des dessins, des portraits et on n'a pas le choix de faire autre chose.

QJ : Comment as-tu mis en place ce projet avec tes élèves ?

DD : Quand j’ai annoncé ce projet (en septembre 2015) pas mal d'élèves étaient motivés. Car pour pas mal des élèves, c'est leur rêve de devenir mangaka et de créer leur propre histoire. Donc, ils étaient très motivés. Mais c'est du boulot de créer un fanzine et il faut s'y mettre le plus tôt possible. Pourtant, on s'y est mis un peu tard. Des élèves ont fait un one shot (histoire courtes de 20 à 60 planches) en rapport avec leur propre rêve, leur propre projet de devenir mangaka. Une histoire manga, normalement c’est 200 planches réparties en chapitres de 20 planches. Les « shonen jump » au Japon correspondent aux chapitres, qui sont publiés un à un.

QJ : Concrètement, comment vous avez avancé, sur le choix des histoires, le thème… ?

DD : Chaque samedi, on a donné des cours en rapport avec les différentes étapes nécessaires pour créer une histoire. J’ai annoncé ce projet en septembre et ensuite, pour les vacances de Noël, j’ai demandé à chacun de réfléchir à un scénario. Chacun des élèves devait donc créer un petit scénario pour 20 planches. C'est long mais ça va assez vite. Et début janvier, on devait commencer le travail sur le scénario.

QJ : Tous les élèves ont été partants ? Quels genres d'élèves ont été tout de suite investis ?

DD : Ceux qui ont pour rêve de devenir mangaka et ceux aussi qui avaient déjà une idée de scénario. Ensuite, pendant un cours de début janvier, chacun est passé au tableau faire un pitch de son histoire. Les autres les ont écoutés et on les a aidés à avancer, à éclaircir leur idée. C’est un travail de groupe : chacun a sa propre histoire mais on travaille en groupe, on s'aide, comme une petite famille.

QJ : C'est important pour toi cet aspect ?

DD : Oui, c’est important. Pendant ce cours de janvier, tout le monde était concentré. D’ailleurs, j'ai insisté sur cette concentration nécessaire, afin de pouvoir aider au mieux celui qui passait au tableau. On était tous à fond pour aider son voisin.

QJ : D'une façon générale, comment ce projet a ensuite pris forme ?

DD : Assez vite, car chacun avait bien réfléchi à son histoire. Ce qui a été un peu compliqué, ça a été le storyboard. Le storyboard, c’est un brouillon, un croquis de la planche finale : où placer les cases, combien de cases par planche, où placer les personnages, les bulles de dialogue… C’est la partie la plus importante du manga, car c’est elle qui permet au lecture de comprendre l'histoire, de l'aider à suivre le fil de l’histoire à travers les transitions. C’est sur cette étape que les élèves ont eu pas mal de difficultés. C’est l’étape qui a été la plus longue. En fait, chacun a son histoire en tête et faire passer ce que l’on a en tête, c'est dur. Les élèves n’ont pu passer au crayonné que quand ils ont eu fini leur storyboard et après que les différents professeurs intervenants l’avaient approuvé.

QJ : Après cette étape, comment la suite s’est enclenchée d'une façon générale ?

DD : Certains des élèves ont fait leur storyboard et ont poursuivis alors que chez d’autres, le storyboard les a bloqués et ils ont abandonné le projet. De rares élèves ont voulu passer directement du scénario au crayonné sans passer par le storyboard et il a été difficile de leur faire comprendre l'importance du storyboard.

QJ : En quoi cela leur a-t-il été difficile, cette étape du storyboard ?

DD : Je me pose encore la question, je ne sais pas. 3 ou 4 élèves par groupes de 10-15 soit 10-12 élèves au total ont été bloqués, surtout les débutants. C'est normal. Sur les élèves que j'ai depuis plusieurs années, une seule s’est arrêtée. Du coup c'est dommage, qu’ils se soient arrêtés là, car cela traduit que l'élève a du mal à faire passer ce qu'il a en tête. Ensuite, une fois que l'on encre après le storyboard ou sans passer par cette étape, après c'est fini ; on ne peut plus revenir en arrière et apporter des corrections.

QJ : Pour ceux qui ont continué, comment cela s’est-il passé ensuite ?

DD : Le storyboard passé, on est passé au crayonné. Pour certains, le storyboard leur avait pris beaucoup de temps. Certes, il est important de prendre son temps, mais quand on a une dead line, comme cette fois avec le festival Japan Expo, il faut speeder. Pour moi, j’avais en tête le déroulé suivant sur le déroulé de ce projet : scénario en janvier-février, storyboard en février-mars, le crayonné en mars-avril, puis l’encrage en avril-mai. A l’origine, la dead line était fixée à la mi-mai, pour qu'on ait ensuite le temps de faire la trame, le cleanage des planches et la couverture. En fait, on a été hors line, sauf certains élèves qui ont été très en avance. Ces deux élèves-là, très en avance, ont fait tout étape par étape sans que je n’ai rien eu à redire. Ils ont tout fait ! Pour les autres, dès passé l’étape du storyboard, on est passé à l’étape du crayonné, ce qui a été assez vite car on a alors le schéma des planches. Mais cela n’a pas été si évident, car pour certains, il a fallu que l'on travaille sur des détails - sur leurs personnages, les proportions… Un des élèves mettait en scène un nombre de personnage important à reconnaitre et ce en seulement 20 planches. Il était donc nécessaire de différencier chacun des personnages avec des détails propres à chacun (coupe cheveux, habit ou accessoires, expressions des visages...) Ca a pris du temps pour lui, cette étape du crayonné.

QJ : La suite, cela a été quoi ?

DD : Après le crayonné, nous sommes passés à l’encrage. C’est une étape importante, car si on se loupe, si l'encrage est foiré, le dessin est moche. Ce qui explique pourquoi l’encrage prend beaucoup de temps. Certains ont sous-estimé l'encrage et le temps que cela prend. Par exemple, dans mon propre cas, je pensais encrer mes 30 planches en une semaine et finalement j'ai mis plus d'un mois à les encrer ! Pour d'autres élèves, cela a été pareil. Il s’est passé une chose sympa que j'ai bien aimée : un des élèves était très à la bourre au niveau de l’encrage ; même arrivé au mois de juin, il n’avait pas fini. Eh bien, les autres élèves l'ont aidé, chacun a pris une de ses planches et elle l’a encrée. Même des personnes qui ne sont pas de mes élèves l’ont aidé !

QJ : Est-ce que cela se voit que l’encrage est effectué par différentes personnes ?

DD : J'avais peur de cela et j'ai donc attendu au dernier moment pour demander à différentes personnes de lui donner un coup de main. Mais non, c’est fou d’ailleurs ! : ils ont réussi à reproduire le style de l’élève en question !

QJ : Aujourd’hui, ce soir, le fanzine se présente comme étant presque fini ?

DD : Pas encore pour tous, mais avec les participants qui ont fini leur histoire, on a fait la couverture du fanzine. On a aussi réfléchi à la composition du fanzine et à sa couverture. Finalement, chacune des personnes ayant dessiné une histoire, a dessiné son personnage afin qu’il figure dans la couverture, et finalement c'est sympa !

QJ : A présent, c'est quoi l’étape suivante ?

DD : Michel, autre intervenant mangaka, doit faire la composition du fanzine avec un logiciel prévu pour : faire la mise en page, en premier la couverture puis ce que l'on met après - le sommaire, quelle histoire apparaîtra en premier, en second... Il s’est aussi passé un autre moment sympa à cette étape : les élèves qui n'ont pas pu faire de one shot ont fait des fanart. Un fanart, c’est quand on reprend un personnage de manga ou autre, mais on le redessine avec son propre style et son propre univers. Les élèves qui ont fait un fanart ont utilisé les personnages de ceux ayant réalisé le one shot pour le fanzine. C'est top et sympa, de retrouve ses personnages redessinés par quelqu'un d'autre ; c'est un début de gloire !

QJ : Avant de terminer, as-tu autre chose à nous dire ?

DD : Oui. J’ai été impressionné par les histoires de tous, je ne m'attendais pas à un tel résultat ! A travers leurs planches, je me rends compte de leur progression. Je me rends compte des résultats des cours qu’ils ont pris. Au début de leur formation, certains élèves avaient du mal à dessiner des personnages en mouvement et pour le fanzine, ils ont réussi à faire 20 planches avec des personnages dynamiques. C'est beau, c’est une réussite et une fierté, pour moi, pour Quartier Japon comme pour eux ! D’ailleurs, je le leur ai dit, Michel aussi, quand on a regardé l’ensemble de leurs planches : c'est hallucinant le niveau qu’ils ont atteint ! Michel et moi, nous avons fait une école de mangaka, pendant plusieurs années et si on compare les planches des participants au fanzine à celles de nos condisciples de l’époque ayant fait l'école de manga, il n'y a aucune différence de niveau. Même, pour certains, c'est meilleur ! C'est impressionnant de voir cette progression !

QJ : D'un point de vue humain, en tant que chef de projet, tu as autre chose à nous dire ?

DD : j'ai beaucoup apprécié car cela a été un projet d'équipe. Pour moi, c'est ma vision du manga : faire ensemble, avancer ensemble et ne pas laisser quelqu’un à la traîne. J'apprécie beaucoup.

QJ : Manager un groupe sur un projet aussi long, c’est complexe ?

DD : Ce n’est pas si évident que ça, c’est du boulot. Je ne pensais pas que cela allait être aussi dur. Dur de réussir à motiver les gens et remotiver les gens qui l'étaient au début et qui ont arrêté. J’ai aussi dû montrer l'exemple : je les critique sur des erreurs que je fais habituellement sur mes planches et là, j’ai dû faire attention à faire ce que je disais… Ce soir, nous sommes dans la dernière ligne droite, avec comme point de mire Japan Expo dans une semaine !! Nous n’avons pas encore fini et on se tape donc des nuits blanches et certains élèves s'y mettent à fond. Des élèves sont tellement motivés, notamment un, qu’il a déjà commencé à créer le scénario et le storyboard pour l'an prochain !! C’est beau de voir un jeune de 15 ans finir ses 20 planches en non-stop et toujours aussi motivé qu’il est déjà parti pour le projet de l’an prochain ! Moi-même qui ai fait 30 planches, j'en peux plus... Les planches manga c'est dur : c’est beaucoup d'heures de travail, c'est dur surtout si on travaille à côté ou que l’on est étudiant. C’est notamment le cas de cet élève qui a pris du retard, car il travaille en parallèle, mais il va faire au mieux, il ne va pas lâcher l'affaire malgré le retard. C’est aussi un peu de stress, car ce n’est pas encore comme si le fanzine était déjà sorti et prêt à être présenté. On l'envoie après-demain au plus tard à la boite d’impression, qui imprime sous 8 jours. Et Japan Expo commence dans, …, 8 jours ! Je serais dégoûté si on ne le sortait pas pour Japan Expo. Ce serait dur pour les jeunes. J'ai à présent super hâte de voir le résultat de ce projet et d'avoir les retours des lecteurs, ce qu'ils vont en penser. On va avoir des critiques, des erreurs pointées du doigt.... Quelle sera la réaction des élèves participants face aux critiques et aux compliments ? Si on est à Japan Expo et qu’à notre stand, des jeunes visiteurs regardent et critiquent le fanzine et qu’ils le jettent par terre, comment vont réagir les élèves ? Je pense que non, nous n’aurons pas cette réaction, car on sent l'amour des participants, ceux qui l’ont fait, dans le fanzine. On va voir…

________________________________________

J’ai ensuite interviewé deux des participants, un peu représentatifs finalement du groupe : car l’un est super en avance et travaille déjà sur le fanzine de l’an prochain, quand l’autre est en retard et fait son maximum pour terminer ses planches dans les temps.

Ernest, 15 ans – en seconde année de formation de mangaka

QJ : Comment tu vis ce projet ?

EF : C'est la première fois que je participe à un tel projet. On a eu beaucoup de chance de pouvoir participer à ce projet, car les jeunes de mon âge n'ont pas cette possibilité. Ils n’ont pas la possibilité d’être encadrés, de recevoir des directives et de l'aide. Du coup, on peut prendre cette expérience comme un entraînement pour la vie active : on veut tous être mangaka !

QJ : Y a-t-il eu des aspects difficiles au cours de ce projet ?

EF : Au début, on pensait que c'était simple lorsque l’on voyait le travail des grands mangakas. Mais le monde du dessin est très sélectif et ce n'est pas simple et on s'est rendu comment c'est difficile. D'autre temps difficiles ?? Comme on s'y est pris un peu tard, nous avons eu du mal avec la dead line : on s'est dépêché et on a véritablement couru après la dead line. Mais ça a été.

QJ : Y a-t-il eu des choses que tu as aimées et auxquelles tu ne ‘attendais pas ?

EF : Plutôt la réaction des autres. Quand on fait une histoire, on pense que cela ne concerne que soi-même, mais en fait, je me suis rendu compte que les autres nous ont aidés et qu’ils s’y sont intéressés. Ca, ça m’a surpris.

QJ : Autre chose ?

EF : Grâce à ce projet, on a vu l'envers du décor du manga : au début que l’on prenait des cours, on venait juste apprendre des choses et là, à présent que l’on a un projet, cela nous a permis d’apprendre sur les autres, quel est le vrai regard des autres.

QJ : Tu penses que cette expérience, cela te servira à l’avenir ?

EF : Oui, je pense que je veux me donner une chance, de travailler dans cette filière. Si on s'y prend tôt et bien et on se prend en main tôt, on peut donc se donner une chance dans ce milieu.

QJ : Tu as autre chose à ajouter ?

EF : Un remerciement à Michel et à Stéphane : grâce à Michel, on a pu tenir les délais et grâce à Stéphane, nous avons pu bénéficier d’un investissement suffisant pour pouvoir réaliser ce projet.

________________________________________

Eric, 23 ans – en seconde année de formation de mangaka

QJ : Il y a des choses que tu veux dire au sujet de ce projet et de cette expérience ?

ES : Dans un premier temps, merci à tous ceux qui ont aidé. Même si cela ne les concernait pas, ils étaient là et ils ont aidé.

QJ : Autre chose ?

ES : C'est enfin fini, enfin !

QJ : Ca a été dur ?

ES : Très. C’a été extrêmement difficile ; la motivation, l’envie. J’ai effectivement eu envie d'arrêtertout le temps.

QJ : Par rapport à quoi, cela a été difficile pour toi ?

ES : Par rapport au temps que cela prend. J'ai été arrogant par rapport aux planches. Oui, de l'arrogance ! Car je pensais pouvoir claquer ça comme je le voulais, rapidement. Finalement, le résultat obtenu, je le trouve moyen, en dessous de ce que je pensais. Je n’ai d’ailleurs pas de réelle satisfaction en dehors du fait que ce soit fini. Je me sens à présent, comme pour une course, dans laquelle on arrive 10e et on se contente de finir…

QJ : Mais à travers cette expérience et cet aspect-là, tu as acquis quelque chose ?

ES : Oui. J’ai appris qu’il faut que je m'améliore. Je suis en fait assez mauvais perdant. Ca fait partie de mon caractère. Je suis assez mauvais perdant mais je ne le montre pas. J'aime aussi les challenges. C’est parce que j’aime les challenges que j'ai continué. Au final, le fait que je n'ai pas réussi, ça porte un coup.

QJ : Y a-t-il eu des choses que tu as appréciées ?

ES : L'entraide, le soutient, franchement le soutient de tout le monde. Cela est très moralisant pour moi : tout le monde est venu m’aider alors qu’ils auraient pu se dire « qu’il se débrouille », alors que chacun aurait pu être individualiste. Chacun n’aurait très bien pu s’occuper que de ses planches, mais ils m’ont beaucoup aidé. Je ne peux leur en être que très reconnaissant !

QJ : Si tu n'avais pas été à la ramasse, tu n'aurais pas pu expérimenter cette aide de la part des autres ?

ES : Oui. Mais j’ai ce côté arrogant chez moi, qui fait que j'ai surtout du mal à digérer le fait que mes planches, ce soit mal fait et bâclé… Je savais que cela allait être difficile, mais je pensais que tout se déroulerait comme je le souhaitais malgré la difficulté, que j'aurais les planches telles que je les avais souhaitées, imaginées.

QJ : Autre chose à ajouter ?

ES : Je pense que je reviendrai l'année prochaine meilleur. Ca ne m'a pas dégouté. Au contraire, j'adore les défis ! J'aime bien quand il faut combattre, donner.

QJ : Eric, tu as un frère (12 ans) qui suit aussi les cours de manga depuis cette année, avec toi. Tu penses que quelque chose de cette expérience l’a touché ?

ES : Je pense que le premier point qui l’a touché, c'est de ne pas avoir pu participer au fanzine. Il lit beaucoup de BD. Au début, travailler avec David sur ce projet, cela l'a motivé, de vouloir faire des planches. Mais au final, il n’a pas participé, car Il était en retard et malheureusement, je n'ai alors pas eu le temps de l’aider. Il avait fait un storyboard et je n'ai pas pu l'aider à le corriger car j'étais moi-même trop concentré sur ce que je faisais. Il était pourtant encore plus motivé que moi... Je crois que c'est cela qui m'attriste. Il ne me l'a pas dit, mais je le sais, je l'ai vu. Quand je lui ai dit qu'il ne pourrait pas être publié cette année, il était très déçu. Par contre, dès qu’il a eu ensuite une occasion de participer, par exemple pour la couverture, l’encrage, il a toujours été là.


Article paru le 25/07/2016


Glwadys "Ma rencontre avec le kimono"

Nice Kimonoya Rouge.png
*Glwadys est l'animatrice du site et de la boutique de vente en ligne de kimono et de vêtements originaux créés à base de kimono "Nice Kimonoya". http://nicekimonoya.com/

Elle nous raconte sa rencontre avec les kimonos et comment elle a fait de sa passion l'une de ses activités professionnelles.

La couture : pas d’apprentissage pendant l’enfance

Je suis de la génération qui n’a jamais appris la couture, quant à ma mère, qui est gauchère, elle n’a eu le droit d’apprendre à coudre que des boutons. En effet, on estimait à l’époque qu’il était laborieux d’enseigner la couture à une gauchère, car les travaux manuels ne pouvaient pas être le fort d’un gaucher ! Donc, je n’ai pas reçu d’apprentissage particulier à la maison ou à l’école.

La mise en selle dans un atelier de couture de la ville de Paris

J’ai toujours voulu apprendre à faire des robes, et ce n’est seulement que très tardivement, vers 34 ans, que je me suis mise à prendre des cours de couture, dans un atelier de la Mairie de Paris. Sans ce guidage vers les premiers pas, j’aurais eu du mal à me lancer malgré tous les livres de couture que j’avais amassés au Japon. Se mettre à la couture seule requiert beaucoup d’enthousiasme, mais aussi une certaine discipline.

La mise aux travaux manuels, revigorante

Je voulais coudre avant tout pour m’évader du quotidien, et créer quelque chose de beau de mes propres mains. L'école a été pour moi un peu castratrice en tendant à brider l’imagination, et parfois j’estime qu’elle cantonne chacun dans un domaine cloisonné, ce qui peut annihiler les désirs de création des élèves un peu trop sérieux.

Nice Kimonoya Bleu.png
La découverte de l’upcycling de kimono à Kyoto

J’ai découvert l’upcycling de kimono – ou le “kimono remake” comme disent les Japonais – il y a cinq ou six ans. Je suivais des cours de japonais à Kyoto, et c’est là-bas que j’ai déniché mes premiers kimonos, j’en étais toute fière. De retour à Uji, la mère de ma famille d’accueil m’a parlé du Kimono Remake.

J’adore recycler (pour des questions à la fois morales et créatives) et l’idée du Kimono Remake m’a séduite d’emblée. Le concept consiste à découdre un kimono et réutiliser les tissus pour donner naissance à une robe ou à un pantalon, modernes et seyants. Je me suis donc procuré des livres sur le kimono remake à Kyoto mais c'est seulement au bout d’un an que j’ai utilisé les patrons.

Des heures qui passent très rapidement

Au début, cela était très difficile. Je mettais des heures car je recommençais souvent la même ligne. J’ai fait pas mal d’erreurs et aujourd'hui, je souris quand je vois les points maladroits que j’ai pu exécuter au tout début...

Une fois piqué(e) par le virus de la couture, c'est s’arrêter qui devient pénible ! Quand je commence un nouveau modèle qui attise mes envies, je ne vois vraiment pas le temps passer et je me couche parfois à 3 ou 4 heures du matin... Néanmoins, quand on débute, le mieux est de commencer en fin de matinée, le samedi, pour avoir une robe prête pour le lundi.

La couture, pas une perte de temps mais une activité de luxe et de liberté Selon le modèle, découdre un kimono et le transformer en robe peut prendre de cinq à près de trente heures. Beaucoup peuvent évidemment considérer que c'est une perte de temps... Cependant, à présent, je n’achète plus aucune robe car j’estime qu’il vaut mieux porter une robe que l'on a entièrement élaborée et pour laquelle on s’est donné du mal que d’en acheter une sur un coup de tête… Ce sont des philosophies à l’opposé l’une de l’autre. Moi, je considère que créer quelque chose d’unique et de modulable selon mes envies du moment est une réelle forme de luxe et de liberté.

Je conseille ainsi de consacrer au moins 5 heures à la couture au début, car s'interrompre dans cette activité ralentit beaucoup trop la confection. En effet, à la fin, vous n’arrivez à rien de bon et vous vous découragez si vous faîtes trop de pauses.

Le kimono, source d’inspiration précieuse Selon moi, c'est surtout le motif du kimono qui inspire. Sa matière compte aussi. Face à certains kimonos, je ne ressens rien et je ne peux donc rien créer.

Un kimono moyen est construit à partir d’un rouleau qui mesure entre 34 et 36 cm sur 11 à 12 mètres. Il permet de créer au moins 5 objets : une robe et une tunique, un sac, un haut, et une écharpe-cravate.

On peut aussi jouer avec la doublure, s’il y en a une, pour varier et compléter des œuvres, quand le tissu vient à manquer. Certaines doublures sont parfois en soie et sont plus belles que le tissu visible.


Article paru le 25/10/2016


Les bienfaits du kyûdô - la Voie traditionnel de l'arc japonais

Ressentis de deux participants de la semaine d'initiation du 18 au 24 mai 2009 organisée par l'association Kyûdô à Paris (http://www.kyudoaparis.info/)

  • Annie
Annie Kyudo.jpg
Il est dans notre vie de ces moments de beauté, grâce et félicité où notre esprit et notre environnement s’alignent en harmonie.

Lors de cette semaine d’initiation au Kyudo, au Domaine d’Avalon, j’ai découvert que cet art martial japonais, par la rigueur et la symbolique de sa gestuelle et de ses postures, permet d’accéder, en une forme de méditation active et dans une grande sensibilité, à cette harmonie, à cet équilibre. Entre l’arc, la flèche, la cible et notre esprit se produit comme une symbiose, tel un échange, l’intérieur et l’extérieur devenant parfaitement et entièrement coordonnés, permettant ainsi à l’énergie de circuler dans l’infinitude de cet espace limpide.

La pratique du tir à l’arc m’attirait depuis longtemps déjà, mais la vie ne m’avait pas jusqu’à ce jour offert l’opportunité de l'aborder et c’est fort heureux. En effet, s’initier au Kyudo dans ce magnifique lieu d’Avalon a quelque chose d’exceptionnel, la pratique et le lieu se complétant à merveille. De plus, je ne pouvais souhaiter meilleur enseignant que Philippe Dallinga qui vous transmet cet art souvent de manière non verbale, mais toujours avec une grande bienveillance et beaucoup d’ouverture, entouré de la chaleureuse présence des « anciens », Édouard, Véronique, Béatrice et Dominique, et de leurs précieux conseils.

Cette semaine d’initiation m’a solidifiée, fortifiée, en m’ancrant, m’enracinant dans le sol, et par cette connexion établie entre la terre et le ciel, m’a également élevée. De même, la douceur, l’harmonie, la beauté des gestes de cette pratique m’ont remplie d’une merveilleuse gratitude, gratitude de ce don qui m’a été offert d’être un canal, un récepteur – transmetteur d’énergie entre des mondes. Remplie aussi d’humilité, car lorsque s’est produit le « hanaré », la décoche, l’instant où la flèche s’envole vers sa cible, ce n’est aucunement ma volonté qui s’est manifestée au travers de cet acte, mais juste l’expression d’une union où le « moi » s’efface. Lors de cette pratique, je me suis sentie tout à la fois seule, en face à face avec moi-même et en même temps reliée aux autres, aux mondes dans un espace infini.

Comment exprimer l’énergie, la félicité et la plénitude ressenties lors de ma première flèche face à la montagne ? Pleine présence en l’harmonie illimitée des mondes visibles et invisibles !

Ici, dans le Kyudo, l’essentiel est au-delà des mots, il réside dans cette ouverture intérieure du cœur et de l’esprit, cet état d’être et de conscience, cet harmonieux équilibre dont les mots ne sont que simples reflets et dont seule la pratique permet l’entière compréhension. Aussi, je souhaite à tous que l’occasion vous soit offerte de faire un jour un pas dans cette belle « voie de l’arc ».


  • Pierre
Pierre Kyudo.jpg
Rendez-vous vers 10H à la Maison de la Sagesse..

Sourires des participants. Espace empli d’énergie. Montagne et vallée près des nuages.

« Hikitori » Ouverture. Arc et flèches sur leur support. Une cible à moins de deux bras. « Makiwara » de paille tel un épouvantail pour nous éloigner de l’objectif et nous rapprocher de nous-mêmes. Un arc surdimensionné. Juste du bambou et une corde. On appuie doucement sur l’arc pour tendre la corde. Déjà le geste prévaut sur l’action.

YOHI… Connexion terre ciel. On respire de bas en haut, de haut en bas. « comme un arbre ancré » dont les branches peuvent alors avec assurance être souples dans le vent. Ici, l’art du zen dans le tir à l’arc que l’on utilise aussi dans un travail de voix me paraît évident. Il s’agit d’équilibre. De médiation. De centrage.

Le « Dozokuri », enracinement, est aussi primordial que les 7 autres étapes du tir. Au loin, la neige est encore présente. Le silence du lieu et des participants apporte un calme et une sérénité inhabituelle pour un art martial. Kyudo pour occuper les Kamikazes qui n’avaient plus à combattre. Nous étions là aussi pour espérer porter une arme à l’autel de la paix pour qu’elle y reste.

Et puis, premier tir au bout de 2 ou 3 jours... Tout un temps à travailler un rituel, pour y réfléchir, pour affronter la cible, pour nourrir la flèche, « Aya ou Otoya », femme ou homme, de notre bienveillance et respect.

Respiration, tirs, méditation, force dans le faible et douceur dans la tension...au fur et à mesure que le temps passe, il n’existe plus.

Une maison s’est construite pour nous accueillir afin de tirer plus loin. Notre place. Chacun en place, les maîtres comme les élèves.

Une semaine à combattre… avec paix et harmonie.


Article paru le 27/10/2016



Alice, stagiaire au Japon dans une entreprise de Miso

La société
La voie du Miso – Ou être stagiaire au Pays du Soleil Levant

Stagiaire au Japon, c’est possible !

J’ai 21 ans et je suis étudiante à VetAgro Sup, une école formant des ingénieurs agronomes. Afin de prendre conscience des réalités d’une entreprise agro-alimentaire, j'ai dû trouver un stage au sein d une entreprise de ce genre. Etant partie au Japon au cours de l’été 2015, seule et en sac à dos, j’ai voulu retenter l’expérience mais dans un cadre plus professionnel. Le problème arrive ici. Les entreprises japonaises n’ont pas la tradition du stage qui existe en France et les entreprises étrangères implantées au Japon ne souhaitent pas se charger d’une stagiaire. Après avoir contacté de nombreuses entreprises francaises possédant un siège social au Japon, bien souvent des multinationales non intéressées par des stagiaires agronomes.., des entreprises japonaises exportant en France, et des compagnies étrangères, je commençais à baisser les bras. C’est alors que la compagnie Kakukyu Hatcho Miso, dont j’avais retrouvé un prospectus distribué lors d’un salon à Paris, m’a répondu.

Le Miso, un produit « noble » issu de procédés centenaires

Hatcho Miso produit deux types de miso, le Hatcho miso (à base de soja, leur produit phare, et le Akadashi miso(à base d’un mélange soja riz. L’entreprise localisée à Okazaki, ville proche de Nagoya, fabrique des produits réputés dans la préfecture d’Aichi. En effet, utilisant des savoir-faire transmis depuis 19 générations (1645), ils produisent du miso de grande qualité utilisé pour la confection de plats traditionnels. Le musée dédié au Hatcho Miso retrace l’évolution des techniques de fabrication. Les 30 artisans-ouvriers travaillant à la confection du miso, de sa préparation à son emballage, perpétuent les traditions tout en s’aidant des moyens technologiques actuels pour faciliter leur travail et produire du miso de la meilleure qualité possible.

Le hatcho miso est issu du soja, trié, lavé, cuit à la vapeur puis ensemencé d’une moisissure noble, Aspergillus oryzae (c’est le même principe que pour le fromage) il est ensuite stocké dans de grands tonneaux de bois ou oke pendant 2 ans minimum au cours desquels s’effectue une fermentation naturelle. Des visites guidées de la manufacture sont organisées tous les jours afin d’accueillir chaque année plus de 200 000 touristes. En France, c’est principalement le Hatcho Miso que l’on peut commander via des sites web tel que Lima (réputé dans le milieu de la macrobiotique) ou Clearspring. La Maison du Sake à Paris vend également certains de leurs produits ainsi que certains magasins bio.


Dépôt des pierres au sommet du oke, jour 1 de la fermentation. Le oke sera ouvert 2 ans plus tard.
Vie en entreprise et vie quotidienne

Je suis donc leur première stagiaire, et leur première stagiaire étrangère. Leur volonté, en m’acceptant comme stagiaire, est de développer leur ouverture sur le marché français. Mon rôle est de promouvoir leurs produits, leurs savoir-faire et leur image. Pour cela je contacte par mails des magazines francais, des sites web, des restaurants, des magasins et des associations potentiellement intéressés par ce sujet. Je suis également chargée de la réalisation d’une vidéo de présentation de l’entreprise ainsi que de prospectus pour le SIRHA de Lyon.

Ma vie quotidienne est bien loin de celle décrite par Amélie Nothomb dans Stupeur et Tremblements ! Comme dans tout pays étranger, certaines choses surprennent et interpellent (comme les 5 minutes de gymnastique collectives dans la cours chaque matin) mais rien de bien méchant. J’ai été accueillie très chaleureusement et j’ai la chance de pouvoir participer à des activités en lien avec la découverte de la culture japonaise (cérémonie du thé, mizuhiki, cours de cuisine), visites (visite d’une manufacture de matcha, fabrication de taiko) etc. D’après mon expérience, il est assez difficile de trouver une structure d’accueil au Japon, mais cela n’est pas impossible.

Avoir un très bon niveau de Japonais est clairement un avantage mais pas forcément obligatoire. J’ai pour ma part un niveau débutant à l’oral mais une bonne maitrise des caractères japonais. Une volonté mutuelle de partage et de compréhension de l’autre et de sa culture est le plus important, l’anglais et les dictionnaires tel que Nichifutsu Jiten sont alors des outils magiques. Concernant les aspects pratiques notamment financiers, il peut être intéressant de demander s’il est possible d’obtenir un logement par exemple ou une compensation financière pour les frais de nourriture.

Le système des bourses d’études est bien développé en France et il est possible de trouver des aides en passant par sa fac, son école, le Crous etc ou par des associations aidant à partir en voyage (chercher dans vos villes d’origine !).

Je vais poster une série de petits articles concernant le miso et sa fabrication sur la page facebook de Ichigo Kai https://www.facebook.com/kidseventclermont?fref=ts , l’amicale franco japonaise du Puy de Dôme où se situe mon école. Vous trouverez également des recettes en français sur la page facebook de Kakukyu Hatcho Miso https://www.facebook.com/sato1382/ . Voici le lien menant vers leur site officiel, en japonais majoritairement, cependant des recettes bien illustrées sont disponibles en cliquant sur le premier onglet de « Community ». http://www.kakukyu.jp/recipe.asp

Si vous avez des questions ou des remarques concernant le stage en lui-même ou bien le hatcho miso, vous pouvez me contacter par facebook et je vous répondrai avec plaisir.

Article paru le 04/11/2016


Ivan, créateur de Yôkai et de tsukumogami

Yôkai, par Shunkosai Hokuei


Le mot Yôkai (妖怪 en japonais) est composé des kanjis 妖, que l’on retrouve dans les mots «Bizarre », « étrange » et怪, que l’on retrouve dans le mot « mystère ». 妖怪 renvoie donc à « une apparition horrible », à « une apparition monstrueuse ».

Dans la culture japonaise, les Yôkai sont des créatures surnaturelles très présentes dans le folklore japonais.


Les Yôkai représentent une grande famille, avec de nombreuses variantes, chacune avec ses propres caractéristiques et représentant toutes la gamme des caractéristiques allant de l’espièglerie à la malveillance.

Plus rarement, certains d’autres eux sont censés porter chance.

Au sein de cette grande famille, on trouve les Kappa, les Tanuki, les Kitsune…




Yôkai, par Ivan Sigg


Je m'appelle Ivan Sigg.

Je suis peintre, illustrateur et écrivain, ancien élève des arts décoratifs de Paris, ancien élève de l'historien de l'art Daniel Arasse et consultant en innovation et créativité.

J'ai été douze ans dessinateur au quotidien Le Monde et à Libération.

Je suis passionné par le Japon : pratique de l'Aikido pendant dix ans, écriture de haïkus, cuisine japonaise végétarienne...

Et je m'apprête à faire mon huitième voyage au Japon : en effet ce 1er mars 2017 je pars trois mois à Kobe où j'exposerai mes "Suiseki peints" du 7 avril au 7 mai.


Quelques jalons pour expliquer mes yōkai et tsukumogami :

1987 : Je suis membre du groupe de streetartists Banlieue Banlieue (notamment avec l'artiste Kenji Suzuki )et nous projetons des Yōkai sur les murs d'une église lors des "Nuits noires du Havre". À l'époque, nos spectres facétieux sont gravés sur des diapositives et déplacés sur les voûtes avec un projecteur à main. On en est encore à l'époque de la lanterne magique ^_^.

2015 : Connaissant mes spectacles en peinture numérique animée (sur tablette numérique), l'agent d'artiste Yoshiaki Takafuji et l'artiste Kenji Suzuki me proposent de projeter mes yōkai dansants sur les rochers du cimetière de Nara non loin des grandes fresques hindo-bouddhistes vieilles de 2000 ans.

Tsukumogami, par Ivan Sigg
2017 : J'offre au collectionneur Pierre Stéphane Proust la possibilité de présenter à Oyonnax (Ain) sa magnifique collection qui retrace toute l'histoire du Manga du XVIIIe siècle à nos jours : gravures, emakimono, nobori, kamishibai, figurines, manga, anim, affiches, mailart...

Chantal Farama, la commissaire d'exposition me propose de donner des visites improvisées de l'exposition à de nombreux groupes pour apprendre aux spectateurs à décrypter les images et les principes fondateurs du Manga :

1) Ga = dessin ; Man = libre, spontané sans but, sans volonté (ou = 10000)

2) Observation du quotidien (monde flottant ukuyo-e, impermanence)

3) Exagération, déformation, caricature

4) Satire, dérision, humour

5) Superstitions, animisme

Je ne suis pas Mangaka, mais les 10000 croquis de La manga en 15 volume du vieux fou de dessin Hokusai (1760-1849) sont fascinants pour un peintre comme moi et surtout, ses principes sont les miens (excepté le 5e :). J'apparente cette encyclopédie du vivant aux 72 pages du Codex de Léonard de Vinci (1452-1519). Une soif insatiable de tout observer, tout savoir et tout comprendre, relie ces deux génies.

Je propose donc à la Commissaire d'expo et au collectionneur, de réaliser en direct devant les visiteurs, des yōkai contemporains, sur un emakimono de 15m x 0,8m. J'emploie une technique de mise en couleur au chiffon et d'estampage au pastel à la cire noir (tout relief est bon : linogravure, gravure sur bois, semelles de chaussures...) Je propose également à tous les groupes de jeunes visiteurs et fans de Manga de réaliser des Tsukumogami à partir de cafetières, réveils, cocottes minutes et parapluies (au Japon, au bout de 100 ans les objets usuels se transforment en Tsukumogami qui font les pires bêtises dans la maison ^_^).

Vous pouvez me suivre sur mon blog et mon Instagram. Blog : http://ivansigg.over-blog.com/ Site : http://ivan-sigg.com/

Article paru le 02/03/2017


La vie de ma propre boutique japonaise YODOYA, à Paris

YODOYA (淀屋) signifie « magasin de Yodo ».

YODOYA.jpg

Yodo est un quartier d'Osaka, au même titre que Yodo-gawa (la rivière de Yodo), Yodo-bashi (pont de Yodo), parce que mon père est né à Osaka. Mon ancêtre, un grand marchand d'Osaka, se nommait aussi YODOYA Tatsugoro. C'est même lui qui a construit le Yodobashi. On peut le retrouver dans les livres d’histoire japonaise ! Il était incroyablement riche, donc le gouvernement l’a détruit. C’est la raison pour laquelle nous sommes devenus une famille pauvre. C'est tout ce que mon père m'a raconté quand j'étais petite...

Mes parents avaient un petit restaurant familial du nom de YODOYA à Tokyo, la ville dans laquelle je suis née. À l’entrée, il y avait un lampion de Matsuri (la fête de quartier japonaise) et le noren (un petit rideau présentant le nom du magasin). Malheureusement, ils ont déménagé. Et je l'ai oublié en grandissant.

Quand ma mère est décédée, j'ai trouvé le noren du YODOYA au fond de son tiroir. Et d’un coup, une énorme idée est née dans mon cœur ! « C'est moi qui perpétuerai l'enseigne de mes parents à Paris !!! » Je ne sais pas pourquoi j'ai pensé à ça !? La suite est un rêve devenu réalité. La vie est vraiment mystérieuse !

Au début de mon séjour à Paris, j'étudiais la langue française à la Sorbonne. En même temps, j'ai plusieurs fois fait du baby-sitting d’enfants franco-japonais. En effet, au Japon j’ai d’abord été institutrice.

Dans l’appartement des parents de ces enfants, un couple franco-japonais, il y avait de jolies décorations mélangées. Par exemple, dans un appartement ancien, il y avait un kimono aux beaux motifs, un kakejiku, un masque de Kabuki... C’est alors que je me suis dit : « Pourquoi ne pas ouvrir une boutique japonaise ? »

Au début, je préférais ouvrir un petit restaurant comme mes parents. Mais on m'a dit que c'est très dur et vraiment très coûteux. On m'a demandé si j’avais les ressources nécessaires.

Oui c'est vrai. Je n'avais pas beaucoup d'argent. Et petit à petit, j'ai pensé qu’une boutique de vente d’objets japonais m’irait mieux, parce que j'adore les objets de décoration et en céramique !

Un jour dans le journal, j’ai lu une annonce à propos d’une boutique dans le Marais à louer. Quand j'ai visité ce local, j'ai eu un coup du cœur ! Le mur était en pierres et il y avait une poutre ancienne. J'ai tout de suite imaginé que ce local serait parfait pour accueillir des objets japonais !

J'ai donc commencé à entreprendre de créer une société. Mais comment ??? J'étais encore une étudiante, en France depuis même pas 3 ans. Je ne parlais pas encore bien le français et je ne connaissais rien de la loi ou du droit en France. Il y avait beaucoup de difficultés...

Mais voilà, cela fait maintenant 15 ans que je tiens ma propre boutique japonaise à Paris, en gardant l'enseigne de mes parents, YODOYA. C'est vraiment un miracle pour moi !

J'ai participé à Japan Expo pendant 10 ans pour faire des Matsuri, présenter des kimonos et des objets japonais, mais surtout pour présenter la pêche aux poissons rouges et une pêche de yoyo-fusen, très populaires au Japon ! J'ai aussi quelque fois participé à des salons et à des foires internationales. Quand je présente la culture Japonaise, je porte un Happi (une petite veste traditionnelle) et un tenugui autour de la tête pour éviter de transpirer. C'est vraiment une atmosphère de Matsuri que j'adore depuis toute petite et c'est aussi un peu comme si j’étais dans la petite boutique de mes parents ^^ Je voudrais continuer de présenter la culture Japonaise authentique en France et servir de passerelle entre la France et le Nippon ‼

Miyako Ando

Site Yodoya : http://www.yodoya.fr/


Article paru le 01/08/2017


Pratiquantes devenues enseignantes d'ikebana

Karine Galinier, Valérie Gaudin et Ghislaine Benoit, ont été formées par Akiko Gishi pendant plusieurs années, jusqu'au passage du grade "Waki-san", qui leur permet de réaliser des compositions rikkas et de transmettre leurs connaissances et leurs expériences en ikebana à des élèves. Toutes les 3 sont ainsi diplômées de l'école Ikenobo.

Quand leur Maître, Akiko, a souhaité se lancer dans une nouvelle activité professionnelle, elle leur a proposé de prendre sa suite, à la fois en s'occupant de l'association qu'elle avait créée (Atelier Mizuki de Paris) et en assurant ses cours d'ikabana.


Jiyuka kARINE gALINIER.jpeg
Karine Galinier

"Quand j’ai commencé à pratiquer l’Ikebana, jamais je n’aurais pensé pouvoir enseigner.

C’est Akiko GICHI qui m’a fait comprendre qu’en rentrant en contact avec les végétaux on pouvait nouer une conversation intime avec eux. Ce professeur a déclenché chez moi l’envie d’aller beaucoup plus loin.

Aujourd’hui, en tant que membre actif de l’association, une de mes tâches a pour objectif de permettre à ses membres d’échanger, d’observer et d’avoir une approche intime avec les végétaux. Comme dans de nombreuses disciplines japonaises, l’ikebana n’est pas uniquement de la technique mais c’est surtout de la pratique. L’art floral japonais naît du respect envers la nature et apprend à faire preuve de patience et d’effort pour vaincre les difficultés, se dominer, se dépasser. Ainsi, l’ikebana repose sur une manière de vivre, une philosophie.

Je regrette un peu que peu d’hommes ne fréquentent les cours d’Ikebana. Je ne pense pas que les hommes soient moins sensibles où moins capables d’aimer cet art puisque les samouraïs, à l’époque, pratiquaient l’Art des fleurs en temps de paix pour travailler leurs concentrations.

Déroulement type d'un cours : Le cours d'une heure et demie est destiné aussi bien pour les débutants, qu’aux personnes ayant déjà pratiqué.

Il commence par la mise en place des contenants et les outils nécessaires à la réalisation de votre composition. Chaque élève débute avec les mêmes types de végétaux. L’intervenante donne une explication concernant le style d’Ikebana à réaliser et donne des conseils sur la meilleure manière de couper, d’implanter et d’orienter les végétaux, puis l’aide à ajuster la composition. Après avoir achevé votre arrangement, place à la correction devant une tasse de thé et petit gâteau.

L’étape importante à ne pas oublier est de prendre une photo, car au moment où on commence à s’attacher à notre composition, on vous demandera de la démanteler afin de faire un nouvel essai chez vous."


Valérie GAUDIN rikka 092017.jpg
Valérie Gaudin

"Les oiseaux et les hommes s’accordent pour parler des fleurs. Et pour preuve, j'aimerais partager avec vous ces deux citations : « Heureux celui qui... comprend sans effort le langage des fleurs et des choses muettes ». Baudelaire, Les fleurs du Mal.

« Dans la grise et tremblante lumière d'une aube de printemps, n'avez-vous jamais senti, en entendant murmurer les oiseaux dans les arbres, avec une cadence mystérieuse, que ce ne pouvait être que des fleurs qu'ils parlaient entre eux ». Okakura Kakuzō, Livre du Thé.

Pour moi, l'Ikebana est tout à la fois une invitation à la beauté, un apprentissage, et une méditation sur la relation de l’Homme au Cosmos.

Ikebana vient de Ikeru « faire vivre » et Hana « fleurs ». Il s'agit de faire vivre des fleurs dans de l’eau.

Sécateur en main, avec précaution et discernement, on raccourcit un rameau, on dégage une fleur. Un corpus de règles de composition établi par une tradition transmise de maîtres à disciples depuis environ 600 ans, guide la main afin que la composition traduise l’essence naturelle des fleurs, leur beauté intrinsèque, et la vie qui les anime. Lorsque l’élève aura intégré les règles, ces règles lui permettront d’exprimer librement tout son potentiel créatif, de révéler le trésor de beauté qui se cache en chacun.

La composition terminée, celle-ci devient un instant simple et éphémère de partage poétique.



YODOYA.jpg
Ghislaine Benoit

Faire et refaire, prendre le temps d'essayer, se donner le droit de se tromper, partager un moment d'harmonie, toujours dans le plaisir de l'instant…

J'ai appris l'art de l'arrangement floral japonais avec Akiko Gishi. Akiko m'a fait prendre conscience que c'est avant tout en faisant qu'on apprend et que l'expérience est le plus sûr chemin d'apprentissage. Comprendre "avec la tête" vient ensuite.

L'ikébana met de l'harmonie dans ma vie : chaque fleur a sa propre personnalité et c'est ce qu'on cherche à percevoir quand on s'exprime en Ikebana. C'est ce moment de présence aux fleurs, pour moi proche de la méditation, que j'essaie de transmettre aux autres avec le plus grand plaisir."



Sites : http://www.quartier-japon.fr/ateliers-culturels/atelier-creation/ikebana http://ikebanaparis.fr/


Article paru le 01/08/2017




Valérie "EtegamiCall - des cartes peintes du monde entier"

L’E-tegami ou l’art du message illustré

Un échange au de la des différences et des frontières.


Je pratique l'etegami depuis 2013 en parallèle avec la peinture traditionnelle japonaise "nihonga". Chaque année, à l'occasion du grand salon de culture japonaise Japan Expo, j'organise avec l'association Pigments et Arts du monde, un Etegamicall, qui consiste en un appel à envoi de cartes peintes que nous exposons ensuite sur le stand.

Créée en 2004, il me tenait à cœur que cette association soit porteuse de valeurs humaines à travers les arts. C’est alors que j'ai trouvé dans L'etegami, ("e": image "tegami": message) support accessible à tous dans sa technique et dans son esprit, destiné à être offert, un médium idéal. Ainsi, la devise de son fondateur Koike Kunio "he ta de ii, heta ga ii" (Si c'est maladroit, c'est bien, soyons maladroits), permet à chacun de faire tomber les carcans quels qu'ils soient.

Le projet Etegamicall est né de ma rencontre avec Caroline Kojnok, présidente de l'association Zigzag Color.

1 alter.jpg
Etegami.jpg
Ainsi, c'est un challenge que nous nous sommes proposé de relever : proposer à de jeunes autistes d’échanger des messages peints à travers l'etegami avec des etegamistes du Japon, puis du monde entier.

Les jeunes autistes, peu habitués aux petits format pour la plupart, ont découvert ce support avec bonheur. J'ai fourni les cartes gasenshi et les gansai (couleurs à l'eau) commandées au Japon, les outils ont été adaptés pour certains. Les gasenshi sont des cartes très absorbantes et les gansai doivent être utilisées très diluées. J'ai formé aux règles proposées par Koike kunio (le fondateur du mouvement de l’etegami au Japon) les éducateurs et animateurs des ateliers qui encadrent plus de 29 ateliers d'arts plastique dans la région parisienne. Ceux-ci ont ensuite intégré le procédé à leurs ateliers.

La ville d'Issy les Moulineaux, qui soutient notre association, nous a encouragés à faire des échanges avec la classe Kaze no kai d'Ichikawa, ville partenaire d'Issy les Moulineaux. C'est ainsi que nous avons commencé les échanges avec eux, ce qui nous a permis d'être représentés lors de l'exposition annuelle de « Kaze no Kai » à Ichikawa en mars de cette année.

Au fil de nos recherches, nous avons fait la connaissance avec Fumiko Miyazaki qui anime une classe d'etegami à Tokyo. Elle a eu la bonne idée de proposer aux enfants de 3 classes de l'école primaire Hayashiko à Tokyo, de peindre des etegami pour nous les envoyer. L'etegami étant habituellement enseigné aux adultes dans des classes qui existent dans toutes les villes grâce au sponsoring de la poste japonaise. Un atelier fut organisé spécialement pour l'occasion dans l'école pour trois classes d’enfants de 7/8 ans.

Une partie de ces etegami et ceux que nous avions envoyé, a été présentée lors de l’exposition annuelle à la Metropolitan Gallery de Tokyo ; elle portait le nom de « Let’s exchange hearts through arts ».


Sites :

- association Zigzag Color : http://zigzagcolor.wixsite.com/zigzagcolor

- association Pigments et Arts du Monde : www.pigmentsetartsdumonde.com

Article paru le 10/08/2017



Mathilde et Jonathan, à la rencontre du Japon alternatif

Mathilde et Jonathan.jpg


Nous sommes Mathilde et Jonathan, deux Français passionnés du Japon. En 2016, nous nous sommes retrouvés dans une situation de grands changements géographiques et professionnels.

Soucieux d'inscrire nos projets futurs dans un mode de vie durable, respectueux de l'environnement et d'une manière générale en accord avec nos valeurs, nous avons entrepris de voyager en tant que bénévoles par le biais du Wwoofing (World Wide Opportunities on Organic Farms) pour découvrir la campagne japonaise et les pratiques des habitants japonais ayant un mode de vie correspondant à nos valeurs. Nous sommes alors partis à la découverte du Japon alternatif, organique, écologique et durable.

Pays de contrastes, mêlant tradition et modernité, le Japon est fascinant et sa campagne est méconnue de l’Occident et des Japonais eux-mêmes.

Derrière le Japon en proie à de nombreuses problématiques sociétales, un Japon alternatif révèle de nombreuses initiatives locales, qui s’inspirent des modes de vie traditionnels pour proposer des solutions durables aux différents enjeux contemporains.


Bandeau Alternative Japan.jpg
Ainsi, depuis plus de cinq mois, nous sommes en reportage pour la réalisation d’un documentaire inédit sur les modes de vie « Alternatifs » du pays du Soleil Levant.

Nous allons à la rencontre des acteurs du monde de demain, qui façonnent les solutions du futur, respectueuses de la nature et de l'humain dans un contexte culturel et sociétal très peu connu des occidentaux.

Après 3 mois d'immersion, arrivés à Yakushima, les discussions avec nos hôtes et les autres bénévoles, ainsi que les différentes rencontres faites jusqu'ici nous ont convaincus de la nécessité de faire connaître au grand public français, japonais et de la planète, les initiatives positives et alternatives qui sont en cours de développement actuellement au Japon. Il existe en effet très peu d'informations sur le sujet, que ce soit en anglais, en français et même en japonais.

Voici la bande-annonce de notre projet. Celui-ci a pour objectif de répondre au vide d’informations concernant les différentes initiatives actuellement existantes au Japon. Notre documentaire met en perspective les problématiques de la société contemporaine japonaise. Notre enquête nous emmène ainsi au cœur de la communauté alternative et active nippone pour aborder l’écologie, l’agriculture, l’éducation, l’économie, la santé ou encore la politique. Elle nous permet de rencontrer ces personnes engagées qui œuvrent pour un avenir durable et qui apportent dès aujourd'hui de nombreuses solutions qui serviront de modèles aux populations de demain en partageant leur quotidien.

Nous vous présentons deux extraits :

> L'un, dans un éco-village, à Yakushima,

> L'autre, dans une école alternative, à Kagoshima.

Nous continuons notre parcours dans beaucoup de lieux du Japon et la liste de nos contacts s'allonge au fil de nos rencontres et de notre parcours qui dure encore plusieurs mois. Nous avons déjà réalisé plus de dix interviews. Le documentaire sera également disponible en Japonais et nous ajouterons également des sous-titres en anglais.

Par exemple :

> Un village qui recycle 85% de ses déchets,

> Une ville faisant partie du mouvement Transition Town, dans laquelle auront lieu des conférences sur la paix entre étudiants coréens, chinois et japonais.

> Une communauté avec un Maker Space,

> Une communauté qui pratique la permaculture,

> Rencontrer des militants politiques sans étiquette...


Sites :

https://youtu.be/jkmvMq7VS_U

https://www.tipeee.com/sakura-wwoofing

https://www.facebook.com/Alternative.Japan.Movie/?ref=bookmarks


Article paru le 29/08/2017

David et ses élèves "Notre expérience de la 2nde édition du fanzine !"

Interviews de juillet 2017 autour de la 2nde édition « Fanzine »

Pour cette seconde édition du fanzine, j’ai pensé qu’il pouvait être intéressant de retrouver David et Eric, afin de recueillir leurs expériences respectives sur cette nouvelle expérience.

D’autant plus qu’ils avaient tous les deux déjà vécu l’expérience de la première édition du fanzine en 2016, ils allaient pouvoir nous parler de leur motivation, sur une si longue période, de leur évolution quant à ce projet et à leurs réalisations respectives. David allait également pouvoir nous faire part de sa prise de recul, d’un point de vue pédagogique et du point de vue du chef de projet.

Dans le cours de l’interview avec Eric, Eric m’a tout naturellement parlé d’Alex, un nouveau participant à la formation de cette année et néanmoins déjà retenu pour participer à la 2nde édition du fanzine. Ainsi, Alex pourrait nous donner son point de vue, tout neuf, d’un nouveau participant à ce beau projet. Quartier Japon les remercie tous les trois pour leur contribution, ainsi que tous les participants, de près comme de loin, qui auront contribué à la réalisation, à la publication, ainsi qu’au succès de ce Fanzine tome 2 !


TOME 2 COUVERTURE RECTO.jpg
TOME 2 COUVERTURE VERSO.jpg
David Dao Ngam

Interview réalisée quelques semaines après Japan Expo, fin juillet, après la publication du fanzine.

QJ : David, tu as proposé aux élèves, cette année, de faire une version 2 du fanzine. Ca a été reçu comment ?

DD : Le fanzine, c’est le projet des élèves qui prennent des cours de manga à l’année. Chaque année, je propose donc de continuer et de faire le tome suivant. Les élèves sont à fond sur ce projet : c’est comme s’ils allaient sortir leur propre manga. Je me mets leur place : à leur âge, si j’avais la possibilité de sortir le manga que j’ai en tête et de le sortir pour le plus grand salon d’animation, Japan Expo, je serais moi aussi à fond.

QJ : Aussi bien les anciens que les nouveaux élèves ?

DD : Surtout les anciens. Les anciens comme les nouveaux élèves, ils sont tous à fond. Au début, ce projet, ça enchante tout le monde, mais au bout d’un moment, après plusieurs semaines de travail sur son manga, certains se rendent compte que c’est difficile de finir un chapitre. Il y a des élèves motivés au début, qui se rendent compte, par la suite, que c’est difficile de créer son manga. Mon but à moi, c’est de leur dire « oui, c’est difficile de faire un manga jusqu’à la fin, mais ce n’est pas impossible ». C’est ça, ce que je veux leur montrer. Par exemple, si on prend l’exemple d’Eric - je me sers souvent de l’exemple d’Eric – j’aime bien montrer aux élèves la première et la seconde version de l’histoire d’Eric, réalisées respectivement pour le premier et le second tome du fanzine. Pour montrer l’évolution d’un élève et l’évolution de son travail, Eric, c’est vraiment l’élève typique : quand il a rendu son manga pour le premier fanzine, il était vraiment déçu par son travail (voir interview d’Eric à la fin de fanzine 1). Par contre, après avoir rendu son manga pour le fanzine 2, il était satisfait de son travail. Eric n’est jamais satisfait à fond, mais là, ça se voyait dans son regard. Pour le tome 1 du fanzine, il avait honte de montrer son travail, à la fin mais là, pour le tome 2, il était content.

QJ : Toi, par rapport à l’expérience de l’an passé, tu as abordé comment ce projet ? Tu étais partant ou tu y allais un peu à reculons ?

DD : Non, du tout. Quand je vois des jeune aussi motivés, cela me booste, j’ai envie de tout faire pour les accompagner dans leur projet. L’an passé, il y avait eu des moments difficiles ? Oui, c’est justement ce que j’ai dit aux élèves, qu’il y a eu des moments difficile pour la réalisation du tome 1. Tous ces moments difficiles, des propres erreurs de l’an passé, il faut les prendre en compte pour corriger et améliorer l’expérience pour le tome 2 du fanzine et c’est ce qu’on a fait et ce second tome a été plus agréable à faire que le premier.

QJ : C’était quoi ces erreurs du premier tome que tu as surmontées ?

DD : Le temps, en premier. Cette année, on s’y est pris plus tôt que l’an passé, pour ne pas être dans le rush de l’an passé. L’an passé, à une semaine de Japan Expo, on en était encore à corriger certaines des planches. Encore par rapport à Eric, après le premier tome, l’an passé, j’étais un peu déçu qu’il n’était pas fier de lui et que de son travail il en avait honte. Pour moi, c’était un échec, car je suis le prof et mon but à moi, c’est que les élèves donnent tout pour donner le meilleur d’eux-mêmes. L’année dernière, j’aurais dû stopper Eric au moment quand je me suis rendu compte qu’il n’avait pas le niveau pour sortir un manga dont il aurait été fier, et lui dire qu’il n’était pas prê. Cette année, pour le tome deux, c’est ce que j’ai fait avec certains élèves.

QJ : Et leur dire « non », c’est… ?

DD : C’était dur. Quand j’ai lancé le projet du tome deux du fanzine, pleins d’élèves étaient à fond, dont les anciens mais aussi et surtout les nouveaux, qui avaient un aperçu du tome un et qui se disaient qu’eux aussi ils pouvaient faire pareil que les élèves du premier tome. Mais non, tous n’avaient pas le niveau. Il fallait trouver les bons mots pour leur dire qu’ils n’avaient pas le niveau pour figurer dans le tome deux du fanzine. Il fallait aussi leur faire comprendre que ce n’était pas une question de niveau, mais d’expérience et que le but, ce n’était pas qu’ils sautent des étapes et qu’ils se précipitent pour faire sortir leur manga. Car je ne voulais pas qu’ils aient ensuite la même réaction que celle qu’avait eue Eric. C’était mieux qu’ils soient plus patients et qu’ils travaillent bien les bases du dessin, pour que l’année suivante, ils puissent produire quelque chose dont ils seront fiers dans le prochain fanzine.

QJ : Cette expérience, au sens général, elle t’a apporté quoi, humainement et pédagogiquement ?

DD : Humainement : c’est plus le plaisir de voir les élèves être à fond dans leur projet qui m’a poussé à poursuivre ce projet. Moi, perso, c’est un projet que j’avais déjà réalisé avec d’autres amis auparavant et j’avais déjà vécu cette expérience, ce sentiment d’excitation tout au long du projet. Je voulais les faire partager aux élèves. Pédagogiquement : sortir son manga, cela fait qu’on va beaucoup plus loin que de travailler et d’enseigner les bases du dessin. On va jusqu’à l’étape ultime, sortir ses planches manga, jusqu’à la plus grande finition dans ce que l’on va montrer au lecteur.

QJ : Je reviens sur le fait que tu as eu à dire « non » à certains élèves. C’était comment pour toi cette expérience ? J’insiste sur ce point, d’autant que je te connais et que je suppose que cela n’est pas quelque chose que tu sois habitué à faire.

DD : Je savais que si je craquais face à ces élèves, qui n’avaient pas le niveau pour publier leur manga dans le fanzine, et que je leur disais « ok on y va », je savais que leur déception une fois le fanzine terminé et publié, cette déception, elle allait être multipliée par dix. Je savais aussi que les réactions des clients, des lecteurs de Japan Expo notamment, allaient être fortes ; ils critiquent beaucoup. Et ces élèves, que j’aurais laissé publier leur manga alors qu’ils n’avaient pas le niveau, ils se seraient pris en plein front ces réactions et ces critiquent des lecteurs. Si je prends l’exemple d’un élève du cours du samedi matin, qui 8 ans, auquel j’ai refusé qu’il publie son travail dans le fanzine : il faisait partie des nouveaux inscrits de cette année méga motivés par ce projet ! Motivé, certes, mais avec un grand manque d’expérience ; cela se ressentais à travers ses planches manga. A différentes reprises, je lui ai dit de corriger certains erreurs, mais je ressentais qu’il ne comprenait pas ce que je voulais dire, les corrections que je lui suggérais de faire, et qu’il continuait plutôt de n’en faire qu’à son idée. En mars-avril, pendant les vacances scolaires, il avait réalisé environ quinze planches de son manga pour le fanzine, chez lui. Au retour des vacances, quand il me les a montrées, j’ai été honnête avec lui : je l’ai félicité car c’était du boulot ce qu’il avait fait. Mais je lui ai dit que l’on ne comprenait pas son histoire et qu’il y avait trop de blanc entre certaines parties et dans certaines vignettes… Et je lui ai dit qu’il n’était pas prêt mais que l’an prochain, par contre, il pourrait peut-être publier dans le prochain fanzine. Il n’a pas compris et s’est mis à pleurer. C’est dur de faire comprendre ça à un enfant. Prenons le cas d’une autre participante à laquelle j’ai également dû refuser de publier son manga dans le fanzine : c’est une adulte du groupe du mercredi. Pareil, avec elle aussi ça a été dur. Avec elle, j’ai été plus sec et plus franc qu’avec l’enfant, car c’était une adulte. Comme pour l’enfant, dans son manga, il y avait beaucoup de cases dont on ne comprenait pas l’utilité, trop d’éléments qui ne servaient à rien, de mauvais choix de plans… C’était dur de lui refuser de publier et de lui pointer ses erreurs, car malgré ses lacunes, elle avait beaucoup travaillé et lui annoncer qu’elle n’était pas prête pour le second tome, je crois qu’elle l’a mal pris. C’est une personne un peu figée dans ses idées et quand je lui disais ce qui n’allait pas dans ses planches, elle trouvait toujours une excuse pour contrer ma critique ; elle n’acceptait pas trop les critiques. C’est le genre d’élève qui progresse le moins possible.

QJ : J’ai l’impression que c’est plus facile pour toi, désormais, de dire les choses par rapport aux années précédentes ?

DD : Oui, d’autant que là encore je me sers de l’exemple d’Eric et de la déception qui a été la sienne pour expliquer aux élèves que s’ils réagissent pareils que lui, l’an passé, ils auront le même résultat qu’Eric, au sens où si je les laisse persévérer alors qu’il est pourtant clair qu’ils n’auront jamais le niveau à temps pour figurer dans le fanzine, ils auront eux aussi cette semblable déception. C’est beaucoup de travail, que de terminer son manga, et si, au final, tu es déçu par ce que tu as réalisé, ce n’est pas le but… Il faut se lancer à fond et aimer ce que l’on fait.

QJ : Prêt pour le tome 3 du fanzine ?

DD : Oui ! Et encore plus motivé, car les nouveaux élèves de cette année qui n’ont finalement pas pu être publiés dans le tome deux, certains d’entre eux ont bossé comme des fous pour sortir leur histoire pour le tome deux et ont accepté de reporter leur travail pour une publication de leur manga corrigé et amélioré dans le tome trois et j’ai hâte de leur montrer qu’ils n’ont pas attendu pour rien et que la patience, ça paye ! Il faut de la patience, il faut être persévérant. Dans le tome deux, ce que l’on n’avait pas fait dans le tome un, ce sont des planches teasers, qui annoncent le tome trois et les histoires qui y figureront. Les élèves ont fait chacun une illustration qui tease leur histoire qui apparaitra dans le tome trois. Je suis persuadé que le tome trois sera encore meilleur que le deux. C’est le but, d’ailleurs, que chaque année, le tome suivant est encore meilleur que le précédent. Et c’est le cas. Dans le tome deux, il y a trois histoire du tome un qui continuent et je suis content car on voit nettement une progression. Le chapitre de Mila et Evan, deux sœurs très soudées et élèves de l’an passé, l’an passé, elles ne se sentaient pas prêtes pour publier dans le tome un. Depuis l’an passé, elles ont travaillé beaucoup pour sortir leur manga dans le tome deux et finalement je suis content de leur histoire et c’est l’une des histoires qui accroche le plus le lecteur.

QJ : Justement, quelles ont été les réactions du public face au tome deux du fanzine ?

DD : Il y a eu quelques messages sur Facebook. En termes de qualité, le tome deux est plus pro que le tome un. Pour certaines histoires, on n’a pas l’impression que ce sont des élèves, comme par exemple l’histoire d’Alexandre (Alex), 15 ans, qui les ont faites Alex, c’est l’exception : c’est le seul participant du tome deux qui était nouvel élève cette année. Aux nouveaux élèves, je leur avais dit qu’il vaut mieux être patient et travailler cette année pour sortir leur histoire dans le tome trois. Finalement, pourquoi Alex a été le seul élèves nouveau à avoir participé au tome deux ? Car il est l’élève modèle : malgré son haut niveau en dessin, il prend en compte tout ce qu’on lui dit, les conseils venant aussi bien de moi que d’élèves débutants. Il les prend en compte pour progresser. Alex, il a un bon niveau en dessin mais, niveau planche, il a eu du mal pour raconter son histoire sous forme de planches. C’est pour cela que j’avais d’abord réagi avec lui comme avec les autres élèves quand j’ai vu ses planches au début : on ne comprenait pas son histoire, ce qu’il voulait dire et où il voulait en venir… Il fallait qu’il corrige car ce n’était pas bon. Dans ma tête, je pensais qu’il n’était pas prêt, comme les autres et qu’il fallait qu’il attende l’an prochain. Mais finalement, je me suis bien fait avoir, car j’ai sous-estimé sa détermination à devenir mangaka. Il a travaillé son manga à fond, alors qu’en parallèle il devait se préparer pour un examen scolaire et, malgré cela, il a travaillé comme un fou, il a pris pleins de manga dans l’armoire-bibliothèque de l’école, pour s’en inspirer et, vers les derniers mois, il m’a montré son travail, qui n’avait plus rien à voir avec ce qu’il m’avait montré au début. En fait, c’est ça le secret, de prendre en compte les critiques et les conseils et, avec cela, travailler aussi bien pendant les cours de manga qu’à la maison. C’est ça qui fait qu’il a pu sortir son histoire dans le tome deux et, selon moi, il a largement toute sa place dans le tome deux.

QJ : Un mot final ?

DD : Je suis content du résultat de ce second tome du fanzine. Les retours des clients à Japan Expo, ils n’étaient que positifs et cela motive encore plus les élèves à croire en eux : avec de la volonté, du travail et beaucoup d’entraide, tout est possible !


Eric, 24 ans – en seconde année de formation de mangaka

Interview réalisée quelques semaines avant Japan Expo, courant juin, avant la publication du fanzine.

QJ : Il y a des choses que tu veux dire au sujet de ce projet et de cette expérience, du fanzine 2, toi qui a participé au fanzine 1 l’an passé ?

ES : Les premiers mots qui me viendraient : « Je suis content, content du travail accompli, de la présence des nouveaux participants dans le fanzine : ils ont assuré ». L’an passé, pour la première édition du fanzine, nous l’avons terminé à l’arrache, car nous n’étions pas prêts, pour pouvoir être diffusés à Japan Expo. Cette fois, pour le tome deux, on s’est préparé bien à l’avance. Plein de personnes voulaient participer et être publiés dans le fanzine deux, mais finalement, c’est le travail qui a fait le tri : le travail que certains ont pu fournir tout au long de ce projet, de façon constante. Je suis fier de ce qu’on a réussi à faire ; c’est la couleur générale de mon ressenti. L’an passé, pour ma part, j’étais déçu par mon manga : j’avais sorti le truc mais je n’étais pas prêt et cela ne reflétait pas ce que je voulais créer. Cette année, je suis content d’avoir pu publier mon manga tel que j’avais envie qu’il apparaisse. A chaque fin de fanzine, je suis content d’avoir fini, mais j’ai aussi envie de reprendre et supprimer les défauts qui persistent, de les effacer et de m’améliorer. Cette fois, même si je suis content de ce qu’on a fait, j’ai aussi envie d’aller encore plus loin.

QJ : Y a-t-il autre chose pour lesquelles tu es content ?

ES : Surtout par rapport aux planches que j’ai faites : cette année, j’ai vraiment le sentiment d’avoir passé un cap. J’ai fait un pas en avant vers quelque chose de mieux. Je ne sais pas comment dire ça parfaitement… Auparavant, je sentais depuis deux ans que je dessinais que ne je m’améliorais pas mais avec le fanzine, j’ai senti que j’ai franchi un pas et que je me suis amélioré. Un pas qui va peut-être déboucher sur un autre pas, une première marche ?

QJ : Qu’est ce qui a fait qu’il y a eu ce pas, ce déclanchement en toi ?

ES : David est toujours là pour me pousser, il me disait « si tu n’es pas content, refais tes planches et je t’accompagne ». C’est ce que j’ai fait et il était bien derrière moi. J’ai ainsi pris une petite confiance en moi. Ce que j’ai publié dans le fanzine de cette année, ce sont les planches de l’an passé, car je ne voulais pas que les gens gardent uniquement en tête l’image des planches de l’an passé. Cette année, j’ai voulu refaire les planches de l’an passé mais avec le trait que j’ai à présent et qui me correspond plus. Oui, mon trait a sensiblement changé, d’autant que je prends plus le temps de dessiner et de dessiner les détails. Ce qui fait que le résultat est beaucoup plus proche de ce que je souhaite dessiner au départ.

QJ : Pour toi, le fanzine c’est quoi finalement, cette année ?

ES : C’est le diplôme de Quartier Japon, c’est l’examen des cours de David. Si on réussit, on est publié et si on ne l’est pas, ce sera pour l’année prochaine ou les suivantes. Comme ce sont des cours assez ludiques et pour lesquels il n’y a pas d’examen, ce ne sont pas des cours académiques, si on ne veut pas progresser, on ne peut pas être publié. C’est David qui fait le choix de te publier ou de ne pas te publier dans le fanzine, s’il pressent que ton style tu l’as ou ne l’as pas assez travaillé pendant l’année. Clairement, c’est un examen. C’est normal que ce soit David qui choisisse, car c’est le professeur. Il est très juste dans ses choix. Au départ, on était une douzaine à vouloir faire le fanzine, en début d’année, et au final on s’est retrouvé à 6. Certains ont essayé d’aller jusqu’au bout du projet et de dessiner autant de planches que nécessaires pour être publié, mais ils n’ont pas été choisis. Car leur histoire n’était pas finie, le travail ne correspondait pas à la ligne éditoriale que David souhaitait préserver (des valeurs mises en avant comme la collaboration, plutôt que vouloir s’imposer en écrasant les autres…), ou tout simplement parce que les planches produites dénotaient un manque de travail et n’étaient pas abouties.

QJ : Par rapport aux autres élèves ou par rapport à l’ambiance autour du projet du fanzine, tu as des choses que tu voudrais dire ?

ES : Comparé à l’an passé, les élèves étaient quand même meilleurs et plus attentifs. Ils avaient le sentiment que David pouvait les pousser à s’améliorer et ils n’hésitaient donc pas à lui poser des questions ou à rester plus longtemps en cours, après le cours, pour s’améliorer. Cette année, beaucoup d’élèves souhaitaient monter d’une marche et s’améliorer. Quand on regarde le style de dessin de certains en début et en fin d’année, on voit une nette amélioration ; c’est ce qui est intéressant.

QJ : Toi, en tant qu’ancien, ayant déjà vécue cette expérience, comment as-tu vécu cette expérience cette seconde année ?

ES : Les premières années pendant lesquelles j’ai pris des cours chez Quartier Japon, j’ai appris des trucs tout en s’amusant, chacun venait avec son style de dessin, on voyait de nouvelles techniques mais cela restait assez simple. A l’époque, j’ai eu du mal à m’améliorer et mon style n’avait pas tant évolué pendant ces deux années. Avec le projet du fanzine, j’ai commencé à changer mon coup de crayon et j’avais désormais pour but de m’améliorer. Aujourd’hui, c’est vraiment mon objectif, que, d’être de nouveau publié sur le fanzine et de travailler pour y arriver. Auparavant je ne travaillais pas vraiment chez moi en dehors des cours. Aujourd’hui, même si j’ai encore du mal, je le fais beaucoup plus.

QJ : D’après ce que j’entends, le projet fanzine est vraiment un aiguillon ?

ES : Oui, tout à fait. Réaliser une histoire manga, ça oblige à s’améliorer : on travaille tout, les plans, l’histoire, l’anatomie, beaucoup d’aspects dont on ne se rend pas compte qu’ils existent quand on lit le manga. Par contre, on s’en rend compte quand on créé l’histoire, par exemple il y a beaucoup d’éléments auquel il faut prêter attention afin que la lecture soit fluide et ne soit pas un calvaire pour le lecteur. C’est ce sentiment qui me fait dire que le projet fa=anzine, c’est le coup de pieds aux fesses pour s’améliorer.

QJ : Cette année aussi, comme l’an passé, il y a eu des moments difficiles ?

ES : Oui, car je ne voulais pas avoir aboutir au même résultat que l’an passé quand le fanzine avait été terminé. Vouloir s’améliorer, c’est une chose, mais souvent, c’est un processus lent, pas immédiat. Mais quand on a à peine deux mois pour faire son manga pour le fanzine, et que l’on doit changer son style de dessin… C’est sûr, c’est plus difficile. Comment ça s’est traduit cette difficulté ? Quand on n’arrive pas à voir le bout du tunnel pendant longtemps puis quand enfin on passe ces épreuves, ce tunnel, et que l’on arrive à être satisfait de ce que l’on a réalisé ! Ce qui fait que l’on sait que l’on a passé les épreuves, je pense que c’est la satisfaction que l’on ressent. A de nombreuses reprises, je n’avais pas envie de dessiner, mais il me fallait le faire si je voulais terminer mon manga en en étant satisfait et, au final, quand on achève ce que l’on devait faire et que l’on est content, c’est ça, le sentiment de satisfaction. Je me suis basé sur mes sentiments pour savoir que j’avais passé les épreuves ; toujours au feeling

QJ : A travers cette seconde expérience, tu as acquis quelque chose ?

ES: Oui, totalement, aussi bien techniquement au niveau du dessin, qu’au niveau de mes sentiments : pour la première fois, j’ai senti une grosse fierté de sortir quelque chose dont j’étais satisfait. Au bout d’un moment, c’est beau de se remettre en question, mais c’est bien aussi d’être content et fier de ce que l’on a accompli !

QJ : Comparé à l’interview de l’an passé, au vu de ce que je ressens, la tonalité de ce que tu me dis est complètement différent par rapport à ce que tu me disais l’an passé. Ce qui s’en dégage, c’est le jour et la nuit. Ca te dit quelque chose ?

ES : Ah oui ? Quand j’y repense, alors qu’on était en plein encrage l’an passé, j’étais déçu par mon travail, mais je poursuivais quand même. Cette année, une fois le fanzine fini, j’ai même eu des moments où j’ai eu envie de montrer ce que j’ai fait. L’année dernière, quand je leur avais montré le fanzine, des amis m’avaient dit « Ce n’est pas toi ce que tu as dessiné ! » Ils attendaient beaucoup plus de moi. L’an passé, je m’étais mis la barre très haute, quant à ce que je voulais obtenir comme résultat, mais je n’avais pas fait le nécessaire pour la franchir. Cette année, je l’ai atteinte et l’année prochaine, je pense même la franchir. Cette année, j’ai placé la barre justement pas trop haute, mais à la fin de cette année, je me suis dit je vais la dépasser. L’an passé, je pense aussi que ma déception tenait au fait que j’avais mis la barre trop haute, quant à ce que je voulais réaliser. Je n’avais pas respecté certaines des étapes intermédiaires. Je crois que je te l’avais dit l’an passé, que j’avais été un peu arrogant. Je pensais que tout allait bien marcher, facilement. L’an passé, à cette même période, je faisais encore mon encrage, alors que cette année, mon manga pour le fanzine est fini et, limite, j’ai envie de le montrer. L’an prochain, il faut que je me donne les moyens pour dépasser cette barre.

QJ : A travers toute ton expérience, y compris l’expérience, humaine, tu penses que cela peut avoir ou avoir une action vis-à-vis des autres élèves et des autres participants au projet ?

ES : Je ne pense pas… Quoique, si, peut-être. Cette année, je ne l’ai pas beaucoup montré, mon sentiment de fierté pour mon travail. Certains élèves, qui avaient lu le fanzine 1 connaissaient le premier chapitre de mon manga et en voyant le second ils m’ont félicité. Mais je ne l’ai pas beaucoup montré. J’ai quand même toujours voulu bien faire mon travail, comme quand on fait un travail et je ne vais pas chercher de félicitation. Et au final, cela a payé. Vis-à-vis des autres participants, des autres élèves de la formation de mangaka et notamment des nouveaux ? Parmi les nouveaux qui sont dans le fanzine cette année il y a Evane et Mila, Alex et Lucy, il y a pas mal de nouveaux cette année. Ces trois-là ont accompli un travail formidable : ils ont respecté les délais, ils n’ont pas fait les erreurs que nous avions faites l’an passé, alors que c’est pourtant leur premier fanzine. Je ne les ai pas énormément conseillés, je ne leur ai pas dit grand-chose. C’est David qui a trouvé les erreurs sur leur manga et qui les a guidés. Parmi les élèves de la formation, il y en a qui sont très très bons, qui savent dans quelle direction ils vont. Le travail, ça se paient et forcément, ceux qui ont travaillé se retrouvent dans le fanzine. Pour d’autres, c’est dommage mais ils ne sont pas dans le fanzine. Cette adulte du mercredi, je trouvais qu’elle avait pas mal travaillé, mais pour David, son travail ne pouvait pas apparaitre sur le fanzine. Il a reconnu qu’elle s’était donné les moyens pour être publiée mais malheureusement pour elle, ça ne pouvait pas être pour cette année, pas pour la Japan Expo.

QJ : Autre chose ?

ES : Oui, je suis encore déçu que mon frère (13 ans) ne soit pas encore cette année sur le fanzine. Je pense qu’il le veut mais qu’il ne le veut pas assez fort. Il pourrait tellement se donner les moyens, mais il se bride tout seul. David lui donne pourtant des conseils, mais il se bride. Il ne fait pas le nécessaire. Au niveau de l’histoire, il déborde d’idées. Il se bride lui-même au sens où il essaye de filtrer ses idées. Mais comme il filtre toute ses idées, au final on obtient des trucs pas potables, qui ne vont pas ensemble. Par mon expérience, je pourrais l’aider et d’ailleurs, je ne m’en prive pas, de lui donner des conseils. J’ai pas à dire que j’ai la science infuse parce que je suis élève depuis plus longtemps que lui ; il a des moment où je sais que ce n’est pas facile, car je les ai moi-même vécus. Je peux lui dire « si tu veux, je te donne mon avis sur ça ou ça ». Je peux lui fais bénéficier de mon vécue, comme d’ailleurs également auprès des autres élèves. Malheureusement, avec mon frère, on ne discute pas beaucoup : il ne montre pas forcément son travail, tout court. Malheureusement, il y a cette distance. Les autres élèves, je n’ai pas eu le sentiment qu’ils m’aient posé beaucoup de questions quand cela devenait difficile, quand ils avaient besoin de conseils. Ils étaient déjà motivés et ils savaient dans quelle direction ils allaient. Dans quelques petits moments de doutes, je leur parlais un peu, mais ce n’était pas énormément. Félicitation aux autres, à ceux qui ont participé au fanzine comme à ceux qui ont essayé. Souvent, on oublie qu’ils ont travaillé, c’est important de les féliciter. Pour cette interview, en plus de David et moi, et en remplacement d’Ernest l’an passé, je pense que tu peux demander à Alex. Alex m’a fait penser au Ernest de l’an passé, quant à sa motivation, à son envie. L’an passé, Ernest s’était donné a 200 %, mais malheureusement, on l’a perdu de vue cette année. Alex, c’est le poulain de David, cette année, comme l’était Ernest l’an passé. C’est peut-être une de mes déception de cette année : il s’était tellement donné l’an passé, et il était même déjà prêt à faire la suite de son manga pour le fanzine deux, alors qu’il venait tout juste de finir son manga pour le fanzine un, mais en deux mois, pendant les vacances d’été, il a complètement disparu (bien qu’il soit resté élève de la formation). Alex, c’est le même profil ; son dessin, son trait, je pense qu’ils ont les mêmes influences tous les deux. Entre eux deux, je pense qu’il y a quelque chose, un petit truc qui fait que c’est sensiblement la même chose.


Alex, 15 ans – en première année de formation de mangaka

Interview réalisée quelques jours après Japan Expo, le 10 juillet, après la publication du fanzine.

QJ : Comment tu as vécu ce projet ?

AV : J’étais très excité à l’idée de créer ma propre histoire. Depuis tout petit, c’est mon rêve de devenir dessinateur et quand David m’a donné l’opportunité de créer mon manga et mon histoire, je n'ai pas hésité une minute ! On ne peut pas y être indifférent. Dès l’annonce du projet, pendant le cours, je me suis mis à avoir plus d’idées et à penser au rendu final. J’étais aux anges à l'idée d'avoir la chance de créer mon propre manga ! Quand on regarde le parcours des grands mangakas, on est en admiration par rapport à ce qu’ils dessinent et ce qu'ils ont réalisé et on se dit qu’ils ont eux aussi commencé jeunes et qu'il y a peut-être une chance de suivre le même parcours. Avec ce projet, de me dire qu’à 15 ans j’ai l’opportunité d’être publié, c’est juste incroyable ! En créant son manga, on est aussi maître du monde que l’on créé, on instaure nos propres règles, notre monde, et partageons nos messages. C’est aussi un droit et une liberté d’expression.

QJ : Y a-t-il eu des aspects difficiles au cours de ce projet ?

AV : Évidemment : on a nos idées en tête, mais ce qui est difficile c’est qu’il y a certaines règles à respecter dans le manga ; par exemple, les changements de plans dans chaque case, la mise en scène ou le scénario. Maintenant, j’ai appris que le manga ce n’est pas que le dessin, c'est aussi une question de mise en scène, de théâtralisation. Ma deuxième difficulté était la gestion du temps : je suis en seconde au lycée et j’ai de plus en plus de devoirs le soir, je n'ai donc pas de temps pour dessiner. Le plus dur a été de combiner ces deux points, d’autant plus qu’on a un temps limité pour réaliser le manga. Maintenant que je sais comment ça se passe, l’an prochain, je saurai comment m’organiser, que ce soit au niveau de la gestion du temps ou pour dessiner davantage de planches. Ces quelques difficultés m'ont cependant beaucoup motivé : on entre dans la peau d'un vrai mangaka, c’est le métier qui rentre ! Plus on avance dans ce projet et plus mon rêve de devenir mangaka se concrétise...

QJ : Et y a-t-il eu des aspects difficiles au cours de ce projet, cette fois par rapport aux autres élèves, aux autres participants ?

AV : Pas du tout ! Par exemple Il n'y a pas eu de jalousie entre nous, mais ceux qui réussissaient un peu plus vite et qui avaient plus d'expérience aidaient ceux qui en avaient besoins, afin d’arriver eux aussi à dépasser leurs difficultés. Chacun était motivé et admirait le travail de l’autre : On s’entraide beaucoup parce qu'au final on est comme une famille - la famille de Quartier Japon ! C’est la magie du manga et de Quartier Japon au sens où les relations que l’on a avec notre professeur David et les autres élèves sont très agréables : on échange, on rit mais surtout on apprend beaucoup et très vite !

QJ : C’est différent par rapport aux méthodes d’enseignements du lycée ?

AV : Si le lycée pouvait être comme les cours de Quartier Japon, ce serait le rêve ! Au lycée, on ne ressent pas forcément la passion des profs qui enseignent, contrairement à David qui est toujours là pour nous motiver et nous pousser à réussir. A la fin de chaque cours, je ne veux pas quitter la salle car on s’amuse bien, on s’enrichit mais surtout on passe un excellent moment ! On sent de la part de David un plaisir de transmettre. Quand je vois les dessins et les démonstrations de David au tableau, à chaque fois, je me dis que je veux faire aussi bien que lui et arriver un jour à son niveau ! Comme je l’ai dit dans le fanzine, ce n’est pas qu’un professeur, c’est un modèle !

QJ : Parle-nous de ton histoire !

AV : Dans mon histoire intitulée « Wisland Chest », je raconte l'aventure de deux frères : Jack et Mike qui ont reçu de la part de leur grand-père la mission de trouver un coffre caché dans l'île de Wisland qui renfermerait apparemment le véritable trésor, le trésor le plus important de leurs vies ! J'ai choisi ce thème car j’ai un frère plus jeune, Anthony qui a 12 ans, avec lequel je passe la majeure partie de mon temps, parce que pour moi il n'y a rien de plus important qu'un frère ! Dans le premier extrait de Wisland Chest, je me suis beaucoup concentré sur la complicité entre les deux frères ainsi que leurs liens avec les autres personnages et j’avais beaucoup d’idées. Mais il a fallu que je retranscrive ce que j’avais dans la tête, de sorte que les gens sentent cette complicité et, pour y parvenir, je me suis inspiré de plusieurs mangas : par exemple One Piece, car il y a aussi une histoire entre deux frères ! Ce que j'admire dans One Piece, c'est l'émotion que Mr Echiro Oda (l'auteur du manga) arrive à transmettre ! Certaines parties du manga m'ont beaucoup ému ; c’est ça qui est beau dans le manga !

QJ : Y a-t-il eu des choses que tu as aimées et auxquelles tu ne t‘attendais pas ?

AV : Je ne m’attendais pas à avoir cette chance si jeune, de publier mon manga. Pendant que je faisais mes planches, je me disais « ce n’est pas bon ». Je comparais ce que je dessinais avec des mangas que j’avais sur ma table ainsi qu'aux planches de David et je trouvais que mon niveau n’était pas suffisant. Pendant les cours, quand David passait à ma table, il m'aidait et m’encourageait et ça, ça me faisait super plaisir ! Une fois le manga terminé, je ne m'attendais pas à ce retour des personnes qui lisaient le fanzine : ils voulaient même des dédicaces lors de la Japan Expo ! Je n'ai montré mon manga à ma famille que lorsqu'il a été terminé ! Et tous étaient surpris de mon premier extrait ainsi que du fanzine ! On a même fait une petite fête pour célébrer ce premier accomplissement hehe^^ Cette année, avec le projet manga en plus de mes cours, je n’ai pas eu beaucoup de temps pour sortir et voir mes amis et malgré cela ils m’ont encouragé , c'est à ça qu'on reconnaît les vrais amis^^.

QJ : Tu penses que cette expérience te servira à l’avenir ?

AV : Évidemment ! Car comme je l'ai dit précédemment, mon rêve est de devenir mangaka ! Et puis si j'ai la chance d'exercer cette profession un jour, je dirai que ce manga c’était le point de départ d'une carrière, grâce à Quartier Japon et mon professeur David. Cela m’a aussi appris à bien gérer mon temps, mais aussi à améliorer la technique : on redessine les personnages et les décors plusieurs fois, ainsi on entraîne notre main à dessiner plus rapidement en faisant ainsi de moins en moins d'erreurs ! Depuis que cette première partie du projet est terminée et depuis que j’ai recommencé à dessiner des fan arts, j’ai vu qu’il y avait une évolution de mon coup de crayon et c’est aussi valable pour tous les participants à mon avis ^^ J’ai tendance à vouloir travailler seul et cette expérience m’a aidé à travailler en groupe : chacun m’apportait des idées, des conseils ! Justement, un grand merci à Eric qui m’a aidé à finir mon manga, au niveau de l’organisation des pages, du découpage pour créer un effet de suspense par exemple ou encore pour limiter le nombre de cases… Avec David, c’est celui qui m’a le plus aidé. Pour moi, Eric c’est un peu le grand frère du groupe !

QJ : Tu as autre chose à ajouter ?

AV : Je voulais vous remercier Mr Stéphane Paumier de nous avoir permis de réaliser ce projet, Merci beaucoup à David-sensei , qui m’a donné l’opportunité de réaliser une grande partie de mon rêve et surtout un grand merci à Quartier Japon !!! Maintenant c’est sûr : je ferai tout mon possible pour devenir mangaka, même si ce ne sera pas facile ! A ceux qui liront cette interview et qui ont les mêmes ambitions que moi : habituellement, quand on me demande ce que je veux faire plus tard, les gens ne me prennent pas au sérieux et disent que ce n'est pas possible d'exercer cette profession de mangaka,qui n'en est même pas une pour certaines personnes ! Dans ce cas, il ne faut pas se décourager parce que tout est possible si on se donne les moyens ! Il faut croire en ses rêves, ne rien lâcher ! J’ai adoré cette interview, qui était ma toute première ; ça a été un vrai plaisir !!!! Arigatoooooo !

Alexandre alias ---A.V Arts ---


Article paru le 03/09/2017

Lucie, couturière de kimonos et de hakamas pour l'Aïkido

Pantalon-de-kimono L ROY.jpg
Mon intérêt pour la culture japonaise naît lorsque je commence à pratiquer l'Aïkido, en 2004.

Comme peu après mes débuts en Aïkido je me forme au métier de couturière, je commence à m'intéresser de plus près aux tenues que nous portons pour pratiquer : une veste et un pantalon de kimono blancs ainsi qu'une ceinture qui se noue sur les hanches, et un hakama, sorte de pantalon très large comportant sept plis, que les pratiquants plus avancés portent par-dessus le kimono. C'est un vêtement traditionnel jadis porté par les nobles du Japon médiéval et notamment les samouraïs, avant de se généraliser à d'autres classes de la société japonaise. Aujourd'hui, il continue à être porté dans différents arts martiaux comme le Kyudo, le Kendo, le Iaïdo, l'Aïkido etc., ou comme vêtement de cérémonie ; on peut également en voir de très beaux dans les costumes de théâtre Nô ou de Kabuki.

Dans le commerce, les hakamas de bonne qualité proviennent généralement du Japon, et demandent donc un investissement important. Quant aux kimonos, les vestes en tissu « grain de riz » sont lourdes et raides, les cols se fripent au lavage. La plupart du temps, veste et pantalon de kimono sont vendus ensemble pour une taille qui ne correspond qu'à la stature de la personne (1m80, 1m 90…). Cela ne satisfait pas toujours les besoins des pratiquants : la veste peut être à la bonne taille tandis que le pantalon est trop large, ou inversement.

Après l'élaboration de mes deux premières collections de pièces uniques de vêtements pour femmes, en parallèle à la création de robes, manteaux, jupes et pantalons, je me lance alors dans la réalisation d'un kimono pour l'Aïkido. Je teste plusieurs tissus, recherche différents types de coupes, pour proposer des vestes et des pantalons adaptés aux pratiquants de mon école, qui deviennent mes premiers clients. Puis je passe à la fabrication d'un hakama, tâche un peu plus ardue de par la complexité de forme de ce vêtement qui comporte de nombreux plis, un dosseret (koshiita) sur l'arrière, et s'attache par de très longues ceintures (himo) à l'avant et à l'arrière, ce qui requiert et favorise une certaine posture.

Hakama L ROY.jpg
Par la suite, ma clientèle s'étend à des pratiquants issus d'autres écoles ou clubs, et depuis 2012, je fabrique à la demande kimonos, ceintures, hakamas et housses pour les armes, que l'on peut commander sur le site www.lucieroy.fr.

Je n'ai donc pas de stock, et cela me permet de proposer une large gamme de tailles qui tient compte des morphologies différentes, chacun pouvant choisir à la fois la longueur et la largeur, après vérification de quelques mensurations simples. J'ai également élaboré un modèle de pantalon de grossesse, car dans certaines écoles d'Aïkido souple comme la mienne, les femmes pratiquent pendant la grossesse souvent jusqu'au dernier mois. J'utilise un tissu à la fois souple et résistant, qui est le même pour la veste et le pantalon. Grâce à cela et à la qualité des finitions, mes kimonos sont élégants et confortables. Depuis cette année, je propose aussi des kimonos en coton biologique et équitable, et les premiers retours sont très positifs.

Pratiquer un budo (art martial) et faire un travail sur soi passe aussi par des attentions concrètes comme le soin de sa tenue. C'est pourquoi il peut être important pour un pratiquant de porter un beau kimono et un beau hakama, de savoir le porter, l'entretenir et le plier correctement.

A certaines occasions (stages d'Aïkido, forums autour du Japon) où j'expose et vends mes fabrications, je présente des pièces uniques dans des tissus japonais à motifs traditionnels : yukatas, vestes haori, et housses et sacs pour les accessoires d'arts martiaux.

Les pratiquants toulousains ou des environs ont la possibilité de me rencontrer dans mon atelier sur rendez-vous pour voir mon travail.

Site :

https://www.lucieroy.fr


Article paru le 25/09/2017


David, un mangaka sur l’île de Saint-Pierre et Miquelon

En avril 2017, Quartier Japon est contacté par la Directrice de la Bibliothèque Municipale de Saint-Pierre (à Saint-Pierre et Miquelon - 97).

Chaque année, la bibliothèque invite un intervenant extérieur à venir animer des rencontres dans ses locaux.

Pour l'automne 2017, l'équipe de la bibliothèque souhaitait proposer des rencontres avec un mangaka, pour présenter le manga à des scolaires et à des adultes.

Dans ce cadre, David Dao Ngam a accepté avec joie et curiosité de laisser de côté ses animations habituelles sur la région parisienne, pour partir toute une semaine jusqu’à cette partie du territoire française située près du Canada et de Terre-Neuve.

ST PIERRE 3.jpg

QJ : Comment s’est passé ton séjour à Saint-Pierre ? Tu peux nous en parler, comme cela te vient ?

DD : C’était vraiment une belle expérience.

C’était la première où je prenais l’avion pour donner des cours de manga ! Depuis tout petit, je rêvais de faire un métier où je voyagerais et où je parcourrais le monde.

Grâce à ce projet, j’ai pu le faire et en plus, je suis parti en compagnie de Johanna, ma copine (ses frais étaient bien sûr à sa propre charge) Ainsi, c’était faire d’une pierre deux coups !

Avant de partir, j’avais un peu la pression. Les organisateurs avaient en effet mis beaucoup d’argent pour nous faire venir, entre le billet d’avion et l’hébergement… Pour se faire un ordre d’idée, pour son propre billet d’avion, Johanna a payé 1600 €. C’est super cher, car on passe par Montréal, au Canada ; il n’y a pas de vol direct.

En moi-même, je me demandais « Est-ce que je vais assurer ? » Depuis quelques années, j’ai un peu plus confiance en moi que par rapport au début, il y a 6 ans environ, quand on a commencé à travailler ensemble. Car j’ai de l’expérience maintenant, pour les ateliers et les stages de manga. Mais cette fois, j’avais un peu de crainte… Finalement, aussi bien les élèves que les filles de la bibliothèque de Saint-Pierre, tous étaient adorables !

Je compare mes premiers cours et maintenant : auparavant, à chaque fois qu’approchait un cours de manga, je stressais et je me posais des questions… Je n’avais pas confiance en moi, mais je cherchais à le cacher, à travers ma bonne humeur, des blagues que je faisais...

QJ : Y avait-il aussi une autre raison, à ce que tu stressais un peu avant de partir à Saint-Pierre ?

DD : En gros, c’est comme je l’ai dit plus tôt

Après, le fait de donner des cours, ça ne me stresse plus : je me dis que je vais me donner à fond, comme je le fais pour les élèves à Paris. Et ça c’est bien passé. Je voulais aussi que les filles de la bibliothèque soient contentes de nous avoir faits venir, moi et Quartier Japon, que je représentais. Je représentais Quartier Japon et c’est une image ; pour cela, il fallait que j’assure.

QJ : Ta semaine, ça c’est passé comment ?

DD : J’ai enchaîné les cours ! Ce n’était d’ailleurs pas évident d’enchaîner autant de cours ! Par jours, il y avait 3-4 cours, chacun d’1h30. Mercredi a été la journée la plus dure, puisque c’était de 8h30 jusqu’à 22h. Mais j’avais toute l’après-midi de libre pour me reposer. En fait, le soir, le dernier cours de20h30 à 22H, c’était pour les adultes.

QJ : C’était quel type d’atelier pour les adultes ?

DD : Avant l’atelier, je ne connaissais pas trop leur niveau. D’habitude, en début d’intervention, je commence en discutant avec les participants, pour faire connaissance, connaître leurs goûts en matière de manga. En fait, cela me permet de voir s’ils connaissent ou pas le manga, selon le type de manga qu’ils évoquent. Ensuite, si je pense que ce sont des débutants, je commence par leur proposer de dessiner le portrait en manga, car c’est facile et aussi, parce qu’une fois qu’ils en ont fait un, ils sont fiers d’eux-mêmes et de ce qu’ils ont réussi à faire.

Il y a eu un autre cours avec des jeunes ado, qui s’y connaissaient bien en manga. Avec eux, nous sommes allés plus loin : nous avons fait le portrait, mais aussi le corps, en postures dynamiques. Ce n’était certes pas facile, mais je leur ai dit que même s’ils ont galéré pendant le cours, ils vont ensuite progresser.

ST PIERRE 2.jpg
QJ : Au total, tu as fait combien d’interventions ?

DD : 90 %, c’était avec des collégiens, de la classe de 6ème à la classe de 3ème. Il y a eu aussi 2 groupes de primaires, pour lesquels j’ai proposé des ateliers plus simples : dessiner des mascottes. Car souvent, ils ne connaissent pas trop le manga sauf Pokemon. Je leur ai donc appris à faire des mascottes, des Pokémons

Les cours sur les mascottes et sur les portraits, ce sont deux cours où même un débutant peut réussir et sortir avec un dessin fini. Je le leur disais d’ailleurs, à ceux qui ne savaient pas dessiner, que l’objectif du cours était qu’ils ressortent du cours avec un dessin fini.

Des cours adultes, il y en a eu 2 : le premier le mercredi soir et le second, le vendredi soir. C’était des adultes de la génération du Club Dorothée, donc ils ont un autre regard sur le manga, par rapport aux mangas que voient les jeunes d’aujourd’hui. Moi aussi, j’ai grandi avec le Club Dorothée et d’en parler avec eux, comme des séries qu’ils voyaient à l’époque, cela me rappelait des souvenirs.

QJ : Et il y a eu aussi d’autres faits marquants ?

DD : Les interviews ! : un pour le journal TV, avec la chaine de Saint-Pierre et Miquelon, et un pour la radio locale.

En fait, je n’étais pas au courant avant l’interview pour la TV que l’allais passer en direct dans le JT du 20h, le premier jour de mes interventions. La directrice de la bibliothèque de Saint-Pierre me l’avait proposé et j’ai dit oui. Elle m’avait aussi donné une mission : parler de la bibliothèque et surtout faire de la publicité pour le cours des adultes, car il y avait peu d’inscrits pour le cours du mercredi soir. Les cours pour les enfants et les adolescents étaient, par contre, déjà remplis. Donc, je devais faire de la pub pendant le JT. J’ai un peu échoué.

Pendant le JT, je voulais parler de deux choses et j’en avais parlé avec la journaliste en préparant l’intervieuw : je voulais parler de la bibliothèque de Saint-Pierre, à l’origine du projet, et en remercier l’équipe. Je voulais aussi annoncer le cours pour les adultes. Et je voulais parler de Quartier Japon, car c’est grâce à Quartier Japon que je suis venu.

Mais je n’ai pas pu, car les questions de la journaliste ne m’ont pas permis d’en parler. Je pensais qu’elle allait laisser un temps à la fin de l’interview pour me permettre d’en parler… Mais en fait, c’était surtout pour parler de la venue d’un mangaka à Saint-Pierre qu’elle avait organisé cette interview.

Heureusement, à la fin, la journaliste a donné les horaires des cours mais sans parler qu’il restait des places. Et après le JT, il y a eu pas mal d’inscrits, de la part de jeunes motivés.

QJ : Tu as vécu comment, cette interview et sa préparation ?

DD : C’était une première ! Très stressant, car j’étais en direct : je devais faire attention à ce que je disais. Je passe très mal derrière la caméra, mais heureusement, Johanna était là pour me donner des conseils et pour me déstresser et me soutenir. Je voyais dans ses yeux qu’elle était fière de moi et ça m’a aidé. On avait aussi discuté avec la journaliste avant l’interview et j’avais vu qu’elle était sympa et cela m’a rassuré. J’ai essayé de cacher mon stress le plus possible.

Après l’interview, j’ai eu pas mal de retour. Tous les jeunes adultes sont réunis derrière leur écran pour voir le JT le soir. Et aussi, il avait été fait beaucoup de pub pour notre venue, la venue de Quartier Japon et d’un mangaka et tous les jeunes attendaient cela ^^

Ils n’ont pas la chance d’avoir des cours de dessin de manga sur l’île, ni de boutiques en rapport avec le manga et le Japon. Ils n’ont aucun cours, même de dessin et ils attendaient vraiment l’évènement.

Donc, cette semaine était LEUR semaine à eux, pour découvrir le manga et le Japon. Il y a eu un cours, qui a réuni des jeunes filles, qui ont un Club Japon et elles m’ont posé plein de questions ; une petite interview. C’était adorable. A la fin des cours, comme je le fais à Paris, j’ai organisé des petits jeux, et j’avais apporté avec moi des poster pour donner aux gagnants. C’était vraiment sympa !

QJ : Tu as parlé de ce que cela a apporté aux gens. Est-ce qu’il y a autre chose que tu voudrais, que, toi, tu as ressenti ?

DD : Comme ici à Paris ou chez Quartier Japon, c’est pour moi un pur bonheur de transmettre ma passion et mon univers à travers les cours, de voir des jeunes à fond sur le manga et des jeunes qui ne connaissaient rien au manga et qui, après le cours, ont envie de dessiner et de lire des mangas.

C’était un peu le but, d’ailleurs, de ma venue à Saint-Pierre, le pourquoi la bibliothèque nous a fait venir. Pour qu’on parle de tous les mangas et des différents genres de manga qui existent et que les jeunes s’ouvrent de plus en plus. J’ai vu leur bibliothèque et ils ont pas mal de manga, ils ont un bon budget pour l’achat de manga. C’était pour donner envie à ceux qui ne connaissent pas le manga ou certains genres de manga, de s’y intéresser.

Même ici, à Paris, l’objectif des cours que je fais, c’est de montrer aux participants que tout est possible. Quand ils arrivent en début du cours, ils disent souvent « moi, je ne sais pas dessiner », ils sont toujours négatifs. Mais quand ils repartent, ils sont fiers de ce qu’ils ont dessiné. C’est une grande fierté pour moi.

QJ : Tu as beaucoup dit comment toi tu les avais perçu, les gens de Saint-Pierre ? Dans l’autre sens, les gens t’ont vu comment ?

DD : Pas comme une star, mais ils attendaient cette rencontre. Chaque cours était d’1h30, ce qui était court, car on parlait beaucoup au début et cela laissait moins de temps pour finir les dessiner, notamment pas de temps pour finir la couleur. Mais, le but de ces ateliers, c’était bien de parler, de discuter et d’échanger autour du manga et du Japon !

Comme j’étais passé dans le JT, les gens me reconnaissaient dans la rue, au restaurant… Sur l’île, on dit bonjour à tout le monde et quand j’arrivais au restaurant, les gens me disaient « Ah, c’est toi qui est passé au JT !? ». J’en profitais pour faire de la pub pour le cours adultes du mercredi soir… Un serveur du restaurant n’était pas au courant qu’il y avait aussi des cours pour adultes. Et il est venu au cours ^^

QJ : A chaud, t’en retire quoi de cette expérience ?

DD : Personnellement, cela me donne encore plus confiance en moi, par rapport aux cours de manga, au sens où cela me procure encore plus d’énergie, pour donner aux jeunes est comme pour les plus grands.

On a discuté avec directrice de la bibliothèque, à la fin de la semaine. Elle était méga contente : tous les jours, elle se redisait qu’ils avaient vraiment bien fait de faire appel à Quartier Japon et donc à moi. Car elle se rendait compte, chaque jour, du résultat des cours auprès des enfants, qui étaient contents en repartant des cours et c’est ce que confirmaient les retours de leurs professeurs.

QJ : Saint-Pierre, c’est comment ?

ST PIERRE 4.jpg
DD : Le paysage était beau, les maisons sont colorées avec plein de couleurs. Comme il manque du soleil, les habitants essayent de donner du bonheur en mettant de la couleur aux maisons. Les gens sont vraiment sympa et ça dépayse. C’est vraiment différent de Paris et ça m’a fait une bonne coupure.

QJ : T’as dessiné ?

DD : Quand je rentrais à l’hôtel, j’étais claqué donc dodo direct. Car on commençait tôt les cours le matin. Souvent, on m’avait laissé libre l’après-midi, à 16h. Le soleil se couchait tôt, vers 16h.

Je dessinais forcément pendant les cours, pour présenter le manga et dessiner des portraits, des personnages….

QJ : Tu vas dessiner sur Saint-Pierre une fois de retour à Paris ?

ST PIERRE 1.jpg
DD : Le paysage m’a donné des idées, m’a inspiré.

Pendant la formation de mangaka, chez Quartier Japon, on est sur le dessin du tome 3 du fanzine et moi aussi, je dessine mes planches. Cela m’a donné des idées, pour des ambiances, des décors, des paysages et des architectures.

J’avais d’ailleurs apporté avec moi le fanzine Tome 2 et Tome 1, à Saint-Pierre la bas et je les leur ai montrés et cela les a motivés ! Chaque fois, je prenais l’exemple d’Eric (http://wiki.quartier-japon.fr/wiki/index.php?title=Portraits_/_T%C3%A9moignages#David_et_ses_.C3.A9l.C3.A8ves_.22Notre_exp.C3.A9rience_de_la_2nde_.C3.A9dition_du_fanzine_.21.22) : je leur parlais d’Eric et leur montrait ses planches pour le Tome 1 du fanzine. Je leur racontais son sentiment d’échec et sa déception face à ce qu’il avait pu produire. Puis, je leur montrais les planches qu’il avait retouchées un an plus tard, pour le Tome 2 du fanzine et je leur disais toute la joie et la fierté d’Eric face à ce qu’il était parvenu à faire. Les élèves étaient émerveillés et motivés.

QJ : Tu souhaites ajouter autre chose ?

DD : J’ai hâte de les revoir, les gens de Saint-Pïerre et d’aller plus loin avec eux. Si on avait de nouveau la chance d’y retourner, je les ferais aller plus loin dans leurs réalisations. Cette fois, ce serait un même groupe, un stage que je proposerais de faire pour un même groupe, pour qu’à la fin du stage ils aient fait des planches manga pour dessiner un fanzine. Je donnerais ainsi l’impulsion à un groupe et, une fois que je serais reparti, ces personnes relais prendraient la suite pour donner l’envie aux autres et encadrer les autres personnes qui n’auraient pas pu participer au stage.

Ca m’a fait un bien fou cette semaine et cette expérience, car ça change de ce que j’ai toujours fait depuis le début. C’est rafraichissant, palpitant. Pour mes cours, je pensais avoir tout fait et finalement non.


Photos du séjour sur la page Facebook de David : https://www.facebook.com/MisterMangoIllustration/photos/ms.c.eJxFVEsORDEIutHEv~;b~_F5s8SenWWATEahw3c5dQHTH9KQqR0hPVfgtu26HnFlK2o~_YWerYQcgszodqniFHoSHZUoWC3YGcLc6dkfGN75BZK90nIfRKnO1J1~_hYwdjg2PL4O49jw~;jByqHZ8x3reKbFPhFrKZAsVFyN9QV35ZDG8k~_Ls63Aj08x9YhTntlqmbkFiiemdkharxZ64hLhiYdeQPgQdgAoxag3K2xEN6qrsWHFKcalLXZt7ObDwEFRBzJtxQGDoegYWRYxw3TgY1wCDjAZlCpZ9iYWBabGgSJAQQ86CBqfEYhx9u0VOn0G6TFPItPdJMw55YOFjGr6gQozeRUXQMYFjQy29xPrJzwXNIugg2nW4F3QwdKGIpSTVFtSycDD2PPnA6HdiMGgeDxhEk1NwQM2M4QhzHrHd3MzzI4HBFGLKPPlz9l4OL0oXoykuS9fCbG5~;lofxGg4SxHyUrfy25JO1sA8vqgIYvFvt7fC7qMJnIPwMKhp3~_zKGwHDZIQju~_7ZwhIdH6Gep27wCnnDZOaBe9EPA450p~;qDgHxSKm~_v3B23o~;LzfAT~_dOUGXhzQtRMa6zh~;8YjD7.bps.a.1493223020784716.1073741884.281131091993921/1493223304118021/?type=3&theater

Journal TV (du 13/11/2017) : https://la1ere.francetvinfo.fr/saintpierremiquelon/emissions/le-journal-de-saint-pierre-et-miquelon


Article paru le 24/11/2017


Nadine, "ma vision nippone !"

Boue volcanique Beppu
Sumo

Bonjour, et merci à Wiki Japon d'ouvrir une fenêtre sur "ma vision" nippone !

Photographe, j'ai passé 2 saisons au Japon, Automne 2015 et Printemps 2017 pour une pérégrination, plus poétique que documentaire…

J'en ai rapporté deux montages d'images, actuellement visibles sur mon site : http://www.nadinecabarrot.com

Titre générique : DANS LE CERCLE

Sous-titre : Le cercle n'a pas de porte. Où est la porte ?


Voyager dans un ESPACE géographique, c'est visiter l'un de nos TEMPS psychologiques…

Ici, le japon n'est pas le sujet ; il fut "mon lieu parfait" où méditer sur le cercle : cocon & prison - passage - quête - dedans & dehors - aliénation ou liberté…

Je suis heureuse de l'opportunité de partager ce regard avec vous et aurais plaisir à recevoir vos commentaires ; vous pouvez utiliser ma boîte mail : nadine.cabarrot@orange.fr

PS - c'est un peu un défi de visionner des photos via Youtube ; si la colorimétrie de votre ordinateur est trop éloignée de la mienne (Mac) le moins pire est de lire les vidéos sans ouvrir pleinement la fenêtre sinon, s'il vous plaît, renoncez ! et demandez à Quartier Japon de m'inviter - avec mon projecteur !


Article paru le 01/02/2019


Marina - ma Voie dans le Sumi-e

Marina.jpg
J’anime les ateliers de la peinture japonaise sumi-e au Quartier Japon depuis trois ans.

J’ai commencé à m’intéresser au Japon quand je faisais mes études en langue japonaise et histoire de l’art à Saint-Pétersbourg.

En même temps, j’ai commencé à apprendre plusieurs arts japonais, comme la cérémonie du thé ou sadô, l’art floral ikebana, la peinture à l’encre japonaise sumi-e.

Tout naturellement, je me suis intéressée au Japon dans mes recherches, en commençant par l’étude comparative de l’art de la peinture à l’encre des 14-16ème siècles jusqu’à l’art contemporain japonais et l’art décoratif.

Parmi tous les arts traditionnels japonais, j’ai trouvé plus de possibilités d’expression de mes vues artistiques dans le sumi-e.


Après avoir fini l’Ecole des arts, je n’ai pas voulu continuer à peindre de la façon académique mais j’ai voulu trouver mon style personnel.

Comme la peinture à l’encre japonaise est basée sur la pratique de la respiration et sur l’entraînement de notre corps, j’ai ainsi et aussi trouvé la façon d’équilibrer mes trois passions : la danse, le sport et la peinture.

Après avoir achevé mon mémoire de recherche sur l’influence des arts du Zen japonais sur la peinture abstraite américaine du 20ème siècle, j’ai compris l’importance d’apprendre l’esthétique de cette peinture à l’encre noire et son lien avec les arts japonais : les arts martiaux, les arts du jardin et autres.

Dans la création des œuvres selon la technique sumi-e, chaque geste et chaque ligne jouent un rôle considérable.

Par la suite, j’ai élaboré mon propre programme de l’enseignement de la peinture sumi-e, qui se base à la fois sur des sources anciennes comme sur des recherches en psychologie de l’art.

Je l’ai ensuite enseigné dans l’Institut Oriental de Saint-Pétersbourg, ainsi que dans les écoles de japonais de la ville, à partir de 2013.

Chaque année, j’y ai également organisé des expositions collectives de sumi-e dans les bibliothèques de la ville.

Après mon arrivée en France, pour y faire mon deuxième Master en esthétique et histoire d’Asie, j’ai commencé à enseigner cette peinture à Paris, au Quartier Japon.


Sumie.JPG
Pendant mes cours de sumi-e, je ne demande jamais aux élèves de copier la composition, mais de trouver plutôt leur propre geste et leur propre façon de représenter l'objet, bien sûr avec mon aide, en se basant toujours sur la technique traditionnelle que je montre au début de chaque cours.

L’intérêt de la peinture sumi-e consiste dans le fait qu’on ne peut pas refaire la composition ou la répéter telle qu'elle est.

Chaque réalisation sumi-e est en effet une empreinte du moment présent, de notre humeur et de notre vie quotidienne.

De ce fait, les sujets du cours sont traités de façon très différente par chaque participant du cours.


Cela m’intéresse beaucoup d'enseigner le sumi-e, car j’aime voir l’ouverture du potentiel artistique qui se cache, à mon avis, dans chaque personne.

C’est que dans la peinture sumi-e, le plus essentiel est d’exprimer les émotions, la sensation envers le sujet traité, plutôt que la réalité matérielle.

Toutefois, les participants des ateliers sont plus à l’aise avec le résultat final, qui n’est, en fait, pas si important que le processus même de la création.


J’ai travaillé avec des groupes d'enfants jusqu’avec des personnes retraitées.

J’ai également eu l’occasion d’enseigner à des personnes et des enfants en difficulté et aussi au cours d'expositions et des festivals culturels.

C’est toujours intéressant de voir comment la technique du sumi-e permet aux participants d’oublier leurs problèmes et de se plonger complètement dans la création.


Peut-être, vous pourrez vous aussi trouver votre voie de sumi-e ?


Article paru le 15/05/2019



"Ce que j'aime dans le Japon" : pour 12 enfants de 8-12 ans de la classe de japonais

LOUISE 12 ANS
En septembre 2018, Quartier Japon a ouvert une classe de japonais pour les enfants, de 7 à 11 ans (https://www.quartier-japon.fr/cours-de-japonais/cours-pour-enfants).

Quartier Japon avait déjà ouvert une classe pour les pré-ado et pour les adolescents, depuis septembre 2016.

Face au succès de ces deux sessions et devant la demande des parents qui nous contactaient face à l’intérêt de leurs enfants plus jeunes pour le Japon et pour le japonais, nous avons décidé d’ouvrir cette classe pour les plus jeunes.

Déjà, depuis de nombreuses années, nous avions des enfants de moins de 10 ans déjà inscrits à notre formation annuelle de manga, mais cette fois-ci, les enfants venaient non pour et par le manga à la culture et à la langue japonaise, mais directement parce qu’ils étaient fortement demandeurs d’apprendre le japonais, sans être pour autant de grands consommateurs de manga.


Pour animer cette nouvelle classe, nous avons fait appel à notre intervenante, Mariko Nakayama, habituée à animer auprès d’enfants français à l’occasion des nombreux ateliers qu’elle anime depuis plusieurs années au sein de Quartier Japon comme dans les médiathèques, festivals, …, qui nous demandent des ateliers de culture japonaise.

Mariko a également une grande habitude de l’animations auprès d’enfants français, du fait de son travail d’animatrice péri-scolaire et de centres de loisirs, qu’elle exerce pour la Mairie de Paris depuis plusieurs années.

Par ailleurs, Mariko étant elle-même une artiste, illustratrice principalement, elle est très créative et force de proposition auprès de Quartier Japon et des enfants.


Parmi les différents projets menés avec les enfants de la classe de japonais pendant l’année scolaire 2018-2019, nous présentons cette fois les réalisations des enfants sur le thème : 「私の好きな日本」« Ce que j’aime dans le Japon.


AMIN 11 ANS
  • Présentation du thème, par Mariko Nakayama (Professeur de la classe)

« J’avais d’abord proposé aux enfants comme thème « Ce que j’aime à Paris ».

C’était pour présenter Paris aux enfants japonais et plus généralement aux Japonais. Comme sont nombreux les Japonais intéressés par les Français, je voulais leur transmettre les avis et opinions honnêtes et directes d’enfants français.

Mais au début, les enfants ont souhaité écrire sur ce qu’ils aimaient au Japon. Comme aucun d’entre eux n’était jamais allé jusqu’à présent au Japon, je leur ai d’abord donné beaucoup d’explications sur le Japon, je leur ai présenté des images de Japonais (via Facebook) et tous étaient formidablement intéressés et attentifs !

Ensuite, chacun d’entre eux a réalisé sa présentation jusqu’à ce qu’ils soient pleinement satisfaits de leur réalisation et ceux qui ont fini rapidement ont pu réaliser une seconde présentation. »

子供達に提案したテーマは、「私の好きなパリ(フランス)」 日本の子どもたちや日本人にパリ(フランス)を紹介するため。フランス人に感心ある日本人は多いので、フランスの子どもたちの身近で素直な意見を日本人に伝えたかった! まず、皆、フランスじゃなくて、日本の好きなところを書きたい!とのこでした。でもまだ誰も実際に行ったことはないのできちんと説明して、実際に日本人も見る(facebookで公開済)と言ったら皆素晴らしい集中力でした! 皆自分の満足行くところまできちんと努力していたし、早く終わった子は2枚目も書きました。


  • En préambule, par Stéphane Paumier (Responsable de Quartier Japon)

Les scans des travaux des enfants étant de faible qualité, pour ne pas perdre les écrits des enfants, j’ai donc décidé de les recopier en dessous de chacune des présentations.

Ce faisant, j’ai compris quelle logique avait prévalu à la réalisation des travaux et j’ai ressenti tout l’investissement que les enfants avaient mis dans leurs présentations.

Ainsi, chacun peut voir en quoi consiste « Ce que j’aime dans le Japon » pour chacun des enfants.

Les enfants ont consulté de nombreux sites sur le Japon et sur les aspects qui les intéressaient dans le Japon.

A partir des informations reçues, ils ont sélectionné des photos, qu’ils ont ensuite collées, ils ont réalisé des dessins, ils ont repris des textes trouvés sur internet qu’ils ont recopiés sur leurs présentation (avec des fautes d’orthographes qui les rendent d’autant plus touchants ^_^) et en ajoutant des explications de leur cru. 


EMMA 12 ANS
  • AMIN (11 ans) « Ce que j’aime dans le Japon »

Tôkyô : les Pokemon cafés


  • AURELIEN (10 ans) « Ce que j’aime dans le Japon »

Tôkyô : Kaiyodo Hobby Lobby : des personnages populaires, en passant par des statues bouddhiques, jusqu’aux animaux et dinosaures, ce magasin du fabriquant de maquettes Kaiyodo possède un large choix de jouets en capsules et de figurines finement réalisées. Il existe également un coin où sont exposés les nouveaux produits Kaiyodo avec des échantillons que vous pouvez prendre dans vos mains. Akihabara : Akihabara est la ville électrique la plus réputée au monde pour ses fournitures individuelles en électronique. On peut même y trouver n’importe quel appareil électronique à des prix raisonnables. Il y a de plus en plus de magasins de manga ou d’animés.


  • CLEMENCE (11 ans) « Ce que j’aime dans le Japon »

Gifu Ken (Préfecture de Gifu) : Shirakawago Inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco, on peut voir sur les sites de Shirakawago et Gokayama des maisons de type Gassho Zukuri (toits de chaume) traditionnelles typiques de cette région.


CLEMENCE 11 ANS
  • COME (11 ans) « Ce que j’aime dans le Japon »

Tôkyô to (Préfecture de Tôkyô) : One Piece Tower, fleurs de cerisier Sakura, restaurant de sushi, One Punch Man, chat (Hello Kitty ?) Akihabara : Akihabara est la ville électrique la plus réputée au monde pour ses fournitures individuelles électroniques, informatiques et électriques.


  • EMMA (12 ans) « Ce que j’aime dans le Japon »

La région du Tôhoku : Aomori Nebuta Matsuri, Aomori ken (Préfecture d’Aomori), les pommes Ringo, Iwate ken (Préfecture d’Iwate) : le riz komé A Tôhoku, il y a beaucoup d’espace et d’agriculture et les fêtes traditionnelles sont réputées partout dans le pays.


  • ISAAK (12 ans) « Ce que j’aime dans le Japon »

Tôkyô to (Préfecture de Tôkyô) : Gundam, Sky Tree, Akihabara : jeux vidéo, manga, nouilles soba, feu d’artifice du fleuve Sumida, Tôkyô Towa (Tour de Tôkyô)


  • LEONIE (8 ans) « Ce que j’aime dans le Japon »

Gifu ken (Préfecture de Gifu) : le sanctuaire d’Isé, situé dans la partie Centre-Est. Maisons de type Gassho –Zukuri (toit de chaume) traditionnelles typiques de cette région. Cette ville est située dans la zone montagneuse de la préfecture de Gifu.


Kyôto fu (Préfecture de Kyôto) : Kimono, Mettre un joli kimono pour les jours de fête, Matsuri (fête traditionnelle) : des célébrations religieuses ont lieu pendant la période du mois de juillet Shinto Jinja (sanctuaires shinto) : sur le chemin qui mène du sanctuaire principal jusqu’au sommet du Mont Inari, environ 10000 toriis (portail sacré) s’alignent pour offrir un cadre spectaculaire qui fascine les touristes. Photo de pagode


  • LOUISE (12 ans) « Ce que j’aime dans le Japon »

L’île de Shikoku, avec ses préfectures : Kagawa : les nouilles udon, Tokushima : les festivals matsuri, Ehime : les mandarines mikan, Kochi : les agrumes Yuzu : on utilise yuzu pour la cuisine.


  • MAX (10 ans) « Ce que j’aime dans le Japon »

Tôkyô : Akihabara est le quartier le plus mouvementé de Tôkyô. C’est le quartier où il y a le plus d’appareils électroniques, de salles d’arcade, de boutiques de figurines, de boutiques de manga… En bref, Akihabara est le quartier rêvé pour petits et grands. La ville électrique d’Akihabara est la plus réputée au monde pour ses fournitures individuelles en électronique, informatique et électrique. On dit que l’on peut y trouver n’importe quel appareil électronique. Il y a de plus en plus de magasins de manga ou d’animé à Akihabara, qui prennent la place des magasins d’électronique. Shinjuku ouest prend progressivement de l’importance comme quartier de l’électronique grand public, tands qu’Akihabara est de plus en plus centré sur les passionnés. Kaiyodo Hobby Lobby à Tôkyô


  • MELISSA (9 ans) « Ce que j’aime dans le Japon »

Kyôto : Kyôto est l’ancienne capitale du Japon. Sa forme sur une carte ressemble à un couteau. Population 1, 475 million Jinja : Le sanctuaire Fushimi Inari Taisha a plus de 19 siècles d’histoire, mais c’est aussi quelque 30000 sous-sanctuaires répartis dans tout l’archipel. Tchikurin (bois de bambous) Durant la période Héan (784-1102), Arashiyama fut la destination de promenade favorite de la cour impériale. Le paysage garde l’empreinte de cette époque. Osaka Jô : château d’Osaka


  • NEIL (8 ans) « Ce que j’aime dans le Japon »

Tôkyô to (préfecture de Tôkyô) : Niijima, Shikinejima, Toshima

Okinawa ken (Préfecture d’Okinawa) : observation de baleines, l’île d’Aka, l’île de Zamami, l’île de Tokkashiki, les produits locaux, la cuisine, la nourriture et les boissons


Retrouvez l'ensemble de leurs réalisation sur notre dossier souvenir, accessible via la page dédiée à la classe de japonais pour enfants de Quartier Japon (https://www.quartier-japon.fr/cours-de-japonais/cours-pour-enfants)!


Article paru le 10/06/2019