Nos différences

De Quartier Japon Wiki.

(Différences entre les versions)
(Les distances des Japonais)
(Les distances des Japonais)
 
Ligne 1 605 : Ligne 1 605 :
En une sorte de réflexe quasi inné dû à l’activité de notre cerveau reptilien.  
En une sorte de réflexe quasi inné dû à l’activité de notre cerveau reptilien.  
-
Au Japon, où quasiment chacun sait être à sa place, cette position « de défense » n’est pas nécessaire et, de la sorte, on peut être tranquille à attendre.  
+
Au Japon, où quasiment chacun sait être à sa place, cette position « de défense » n’est pas nécessaire et, de la sorte, on peut ainsi être tranquille à attendre.  
-
Notre attention pourra se laisser toucher par autre chose qui nous viendra de notre environnement et nos énergies ne seront pas retenues mais circuleront fluidement.
+
Notre attention pourra se laisser toucher par autre chose qui nous viendra de notre environnement et nos énergies ne seront pas bloquées mais circuleront fluidement.
 +
 +
*Les distances, ça s’apprend, comme le respect
 +
 +
Comme chacun sait où est sa place et celles des autres et que majoritairement cela est respecté, chacun peut évoluer tranquillement dans ce cadre fixé et respecté. Mais cela implique que chacun ait et respecte ce même code de savoir être avec les autres.
 +
 +
Cette anecdote me rappelle la réponse de plusieurs amies japonaises, à une enquête que je leur avais proposée : « Qu’est-ce qui vous manque le plus du Japon en France, où vous habitez depuis longtemps ? ».
 +
 +
« Vous les Français, vous ne pensez pas aux autres quand vous marchez dehors ! », m’avaient répondu deux d’entre elles.
 +
 +
« Sur le trottoir, vous marchez de front, bloquant le passage aux autres qui voudraient vous dépasser. Et c’est parfois compliqué de vous faire vous déplacer et vous mettre les uns derrière les autres, pour laisser le passage aux personnes derrière vous ! Parfois même vous rouspétez !
 +
 +
Aussi, vous vous arrêtez pile en haut des escalators, sans vous mettre de côté pour laisser le passage aux gens qui arrivent par l’escalator. Ce n’est pas possible, ça, au Japon !! ».
 +
 +
Ces comportements, en effet, sont mal vécus par les Japonais, qui sont habitués dès leur plus jeune âge à prendre en considération les autres.
 +
Chacun sait quelle est sa place et comment il doit se positionner, d’autant plus pour faciliter la circulation des autres.
''Article paru le 19/03/2020''
''Article paru le 19/03/2020''

Version actuelle en date du 20 mars 2020 à 10:54

Comment faire part de nos différences respectives autrement qu’en les expliquant et en recourant aux mots pour bâtir des idées, des théories, des livres, des encyclopédies de savoirs qui nourrissent partiellement et seulement nos intellects ?

Cette rubrique est là pour vous le faire découvrir.



Sommaire

Tout d'abord...

サンタクロース



Avant de parler de nos différences, en fait, pourquoi ne pas plutôt parler de ce qui nous est commun, au-delà de nos cultures et de nos particularités ?

Dans ce court texte, voici comment Tomoya nous explique que le Père Noël est interculturel !





  • 智也 - Tomoya

(9 ans) - En France depuis 9 ans

Comment j’ai rencontré le Père Noël.

La nuit de Noël, alors quand je contemplais Vénus, un point rouge est apparu sur Vénus, puis est devenu de plus en plus gros. Et ce point rouge a transformé Vénus en une planète toute rouge !

J’ai été tellement surpris que j’ai failli m’évanouir face à ce point rouge qui semblait devenir gigantesque. Mais ce point rouge n’était pas en train de s’étendre ; il était plutôt en train de tomber.

Ce qui était étonnant, c’est que ce météorite rouge était en fait le Père Noël ! Avec ses rennes, il venait du ciel vers moi ! Mais dès son arrivée au sol, le Père Noël m’a crié « Comment se fait-il que tu sois levé à cette heure-là » !

Finalement, je n’ai pas eu de cadeau…


どうやってサンタクロースを見つけたか。

クリスマスイブの夜、金星を見ていたら、急に金星に小さい赤い点が現れて、それはどんどん大きくなって、金星を赤い星に変えてしまったではないか!

ボクは驚いて気絶しそうになったら、巨大化していたように見えた点は大きくなるんじゃなくて落ちてくるではないか!!

なんと、その赤い隕石はサンタさんだった!ボクのほうへトナカイと一緒に空からこちらへ向かってくる!

だが、地上についたとたん、サンタは「なんでこんな時間に起きてるんだー!」とボクにどなった。ボクはプレゼントをもらえずにおわった。

Article paru le 16/01/2011



Petite histoire culturelle de toilettes

Toilettes japonaises

Je suis parti au Japon la première fois il y a bientôt un an. J’avais des amis japonais qui m’attendaient à l’aéroport et qui m’accompagneraient ensuite jusqu’à l’auberge conseillée. Tout le temps de mon séjour, je devais également contacter les uns et les autres pour les rencontrer. Enfin, j’avais un portable au cas où et je connais la langue. La culture et les Japonais ne me sont enfin pas inconnus.

Bref, je suis donc parti, un peu comme si j’allais dans la famille, sans vraiment préparer mon voyage…

Toute la première partie de mon séjour, une dizaine de jours environ, il m’arrivait parfois, au cours de mes pérégrinations en solitaire dans les rues de Tokyo, d’être soudain pris d’une envie pressante. Heureusement, au Japon, ce ne sont pas les toilettes qui manquent !!

Mais quand même, me disais-je une fois en position... "Les Japonais sont habituellement si ingénieux pour faciliter la vie de tous, mais concernant les toilettes « à la Turc », là, ce n’est pas top… Pour prendre le papier, derrière soi, cela nécessite une véritable acrobatie… Mais bon, on ne peut pas être parfait en tout", me disais-je, chaque fois sur les toilettes.

Une dizaine de jours après mon arrivée et alors que j’étais à proximité du jardin impérial de Kyoto, je me rends là encore aux WC. Et là, je comprends, grâce à un dessin affiché dans les toilettes et expliquant en anglais comment les utiliser...

En fait, depuis mon arrivée, je faisais comme en France, m’accroupissant face à la porte. Alors qu’au Japon, dans ces toilettes « à la Turc », eh bien, il faut se mettre dans le sens inverse. Comme ça, prendre le papier devient tellement plus facile !!

Article paru le 16/03/2011


Le Syndrome de Paris

  • Eléonore de Reynal

Etudiante en journalisme à l'IPJ


Le mal du pays persiste chez les Japonais de Paris.

Paris rendrait malade une partie de ses résidents japonais ? C’est ce qu’affirme, depuis vingt ans, Hiroaki Ota, psychiatre japonais exerçant au centre hospitalier Sainte-Anne à Paris. Premier à avoir évoqué la notion de « syndrome de Paris », il estime que « le phénomène se manifeste chez ceux qui n’ont pas la capacité de s’adapter à la France à cause d’un choc issu de la confrontation entre deux cultures ». Hiroaki Ota impute, par ailleurs, ce spleen à la déception éprouvée par les Japonais en découvrant un Paris bien différent de celui auquel ils rêvaient - le Montparnasse des Années folles, le Paris du Siècle des Lumières ou bien le Paris d’Amélie Poulain -. Selon lui, ce mal-être qui se traduit par une forme de dépression aigue frappant chaque année une centaine de Japonais, conduirait dans 25 % des cas à l’hospitalisation, puis au rapatriement. Philippe Adam, écrivain français auteur de la nouvelle Le syndrome de Paris, s’est lui aussi intéressé au sujet. « Les jeunes filles sont les plus touchées. Elles ont entre 20 et 25 ans, étudient l’histoire de l’art plutôt que les sciences et s’imaginent un Paris plein d’esthètes et de garçon délicats », raconte-t-il.

Mauvais souvenir de la préfecture

Pour Stéphane Paumier, responsable administratif et commercial de l’école de japonais Neko Institute, les personnes affectées souffriraient déjà de problèmes relationnels avant leur arrivée en France. « Au départ, elles sont très ouvertes et avides de découvrir la culture française mais petit à petit elles commencent à ressentir une pression de plus en plus forte dont elles tentent de se protéger en se renfermant », relate-t-il. Et de poursuivre, « Au Japon tout est fait pour faciliter la vie des Japonais. Ils ont peu d’initiatives à prendre et sont terrorisés à l’idée de se retrouver face à l’inconnu. Or, en France toutes les démarches sont longues et compliquées.» Les Japonais qui sont particulièrement blessés par les moqueries dont ils sont victimes à cause de leur accent, gardent, d’ailleurs, un très mauvais souvenir de la préfecture.

Les Japonais pensent que les Français sont comme eux

Fort heureusement ce mal-être ne gagne pas tous les Japonais - selon le recensement effectué en octobre 2010 par l’ambassade du Japon, il y aurait 30 947 résidents nippons en France et 12 512 d’entre eux vivraient dans la capitale -. Et cela n’empêche pas ceux qui ont été épargnés d’avoir un avis sur l’origine de ce syndrome, dont les premiers symptômes - pouls rapide, vertiges, évanouissements, hallucinations, ou encore tachycardie - se déclareraient au bout de trois mois. C’est le cas de Tomoko, fondatrice de l’association culturelle Bonjour Paris en 2005. « Beaucoup de magazines japonais écrivent sur Paris, explique cette Japonaise mariée à un Français. Ils présentent les Parisiens comme des personnes élégantes habitant dans de grands appartements et n’évoquent pas la vie quotidienne et populaire. Les Japonais s’imaginent donc que la vie parisienne est plus luxueuse mais en réalité elle est beaucoup plus modeste que la leur. » Pour cette jeune femme arrivée en 1997 en provenance d’Osaka, ce sont les Japonais qui ne parviennent pas à accepter cette vérité qui tombent malades. D’autres, comme Masako Wang Mizuta, professeur de Japonais à l’ILERI, pensent que le problème est lié au fait que certains Japonais n’ont pour ainsi dire jamais vu de Français. « Il y a très peu de touristes au Japon – le pays accueille chaque année 7,33 millions de visiteurs quand la France en voit défiler dix fois plus – , souligne cette professeur installée à Paris, où elle a suivi des études de littérature, depuis 1991. Et les quelques voyageurs qui s’y rendent vont soit à Tokyo, soit à Kyoto si bien que les Japonais ne connaissent pas vraiment les étrangers et pensent qu’ils sont comme eux. » Mariée à un chinois, Masako Wang Mizuta, dont l’une des anciennes amies de fac, frappée par le syndrome de Paris, a été contrainte de rentrer au pays, met également en cause la grande différence culturelle et sociale qui réside entre les deux pays. « Les Japonais se brident eux-mêmes, ils ont toujours peur de déranger et pensent en permanence « il faut faire comme ça ». Mon mari, lui, n’a eu aucun problème à se faire à la vie parisienne. Les chinois sont plus simples et plus directs dans leurs relations », poursuit-elle.

Reconnaître ses difficultés est vécu comme un échec

Plutôt que de parler de leurs problèmes, les Japonais préfèrent souvent s’enfermer dans le mutisme. « Reconnaître ses difficultés d’adaptation ou rentrer au pays serait vécu comme un échec, alors nombreux sont ceux qui restent et vivotent comme ils le peuvent », relate Stéphane Paumier tout en expliquant quelle serait la bonne marche à suivre pour éviter d’ébranler les Japonais. « Au quotidien, il faut vraiment essayer d’être le plus efficace et le plus rapide possible pour qu’ils n’aient pas à « demander ». Il est également très important de les remercier et de leur faire savoir qu’ils ont quelqu’un sur qui compter », conclut-il.

Chiffres clés

- En 2010 il y avait 24 444 résidents japonais longue durée (> 5 ans) en France et 6 503 résidents permanents. - La majorité d’entre eux se compose d’étudiants, de chercheurs et de professeurs (8 487 personnes). Viennent ensuite les employés dans une entreprise privée (6 541 personnes), puis les professionnels libéraux (2 800 personnes) et les salariés d'organismes gouvernementaux japonais (1 278 personnes). Les derniers sont journalistes (176 personnes) ou bien exercent une autre profession (5 162). - Sur les 30 947 résidents japonais, 20 921 habitent en Ile de France et 12 512 vivent à Paris. - Depuis 1971, le nombre de résidents japonais a été multiplié par 7,7. - C’est en 2007 qu’on dénombrait le plus de ressortissants sur le territoire français, à savoir 39 279 personnes. (source : Ambassade du Japon en France)

Article paru le 18/06/2011



A propos du stage intensif de Jiuta Maï

  • 宇納 小百合 - Uno Sayuri

Danseuse et enseignante de Jiuta Maï (danse traditionnelle japonaise

Habite en Italie

Danse Jiuta Mai - oct 2011 2.JPG

Au début d’octobre (2011), j’ai donné un stage intensif de Jiuta Maï à Quartier Japon. Même si je dis que j’ai « enseigné à des Français », chacun avait un profil différent et une personnalité propre ; aussi était-ce facile ou difficile, c’est difficile à dire. Chacun des participants a accepté une culture différente, l’a respectée, chacun avec curiosité. Pour toutes ces raisons, l’impression la plus forte pour moi quant à cette expérience, c’est que ça a été très intéressant.

Pour enseigner, la curiosité et la passion des élèves sont des points très importants. Sur ce point, moi-même, j’enseigne également la danse Jiuta Mai en Italie, mais à Paris, la curiosité et la passion sont fréquemment plus fortes. Peut-être que dans le monde entier, les personnes à Paris sont les plus ouvertes concernant l’art. Bien que la culture soit radicalement différente, cette barrière est dépassée et ces personnes portent même plus d’intérêt que les Japonais eux-mêmes, ce qui me rend vraiment contente.

Au Japon, traditionnellement, les élèves ne posent quasiment pas de question au maître pendant les leçons. Si je pense à mon propre cas, mon maître disait toujours « la danse est le coeur », c'est-à-dire que l'on danse sans penser à la théorie, mais avec le cœur. C’est la raison pour laquelle mieux vaut éviter de poser des questions, me semble-t-il. De plus, je pense qu’il y de nombreuses choses qui ne sont pas transmissibles par les mots. Cependant, en dehors du Japon, il me semble que si on n’utilise pas de mots, on ne peut absolument rien faire comprendre. Contrairement à cette réserve que j’avais, il y a eu de nombreuses questions auxquelles je n’avais jamais pensé et cela a été une expérience très vivifiante pour moi.

D’un côté, les arts traditionnels japonais, particulièrement le Jiuta Mai, ne peuvent pas être analysables un à un. Ainsi, « L’espace » est une notion abstraite importante pour tout art. Il y a des aspects que l’on peut expliquer avec des mots alors que les autres aspects restants sont confiés à l’analyse de la propre sensibilité de chacun. Je garde toujours à l’esprit qu’il est important de maintenir cet équilibre lorsque j’enseigne.

De plus, le Jiuta Mai est complètement à l’inverse du ballet en occident, qui est une danse au cours de laquelle on saute toujours vers le haut. Pour la danse Jiuta Mai, on danse en frottant toujours le talon entier sur le sol comme la racine d’un arbre qui pousserait vers en bas.

De plus, si nombreuses sont les personnes à pouvoir marcher en balançant les hanches comme un mannequin, pour la danse Jiuta Mai, on marche en maintenant l’équilibre en bas du corps et les hanches sont pratiquement stables. Ces deux aspects, surtout pour les personnes européennes sont radicalement opposés à leur conception et des mouvements qu’elles n’ont jamais faits. Je pense que c’est quelque chose de très difficile pour elles.


Danse Jiuta Mai - oct 2011.JPG

La danse Jiuta Mai semble facile au premier regard, une danse tranquille. Mais en vérité, les muscles des épaules, du dos, de la partie inférieure des fesses, du bas de l’abdomen, et des cuisses, sont toujours sous tension, ce qui fait que l’on est en sueur rien que par le seul fait de marcher. Comme on sollicite des muscles qui ne sont pas sollicités habituellement dans un travail habituel, on dit que c’est une bonne activité pour se prémunir contre le vieillissement. Comme il s’agit d’une pratique sportive douce, même des grands-mères de 80 ans peuvent pratiquer la danse Jiuta Mai. A ce sujet, on dit que plus on vieillit d’une année de plus et ainsi, plus les années s’accumulent, plus la danse devient superbe.

Je me suis éloignée du sujet principal concernant cette danse unique dont on ne peut pas rendre compte que par les mots seuls et dont la seule chose à laquelle on doive faire attention est le corps. C’est en prenant du plaisir que l’on peut progresser naturellement.

Uno Sayuri


地歌舞集中講習について

10月に初めてQuartier Japonさんで地歌舞の集中講習をさせて頂きました。「フランス人に教える」と言いましても,一人一人違った性格、個性を持っていらっしゃるので、簡単とか,難しいとか言いにくいですが、参加された方は皆さん、異なった文化を受け入れ、尊重し、好奇心旺盛なかたがたですので、私としては皆さんとの出会いがとても「楽しい」というのが一番の感想です。 教えるにあたって生徒さんの好奇心とパッションは大変重要なポイントです。 その点、私はイタリアでも地歌舞を教えていますが、地歌舞にたいする好奇心、パッションを持たれるかたは、パリが圧倒的に多いです。 おそらく世界中でもパリの人々が最も芸術にたいしてオープンなのではないでしょうか。文化が全く違うのに、そのバリアを越えて、日本人以上に興味を持って頂けるのは本当に嬉しいことです。 日本では伝統的な習慣として、お稽古中、生徒が師匠に質問するということはあまりありません。 自分で考えろということでしょうが,特に私の師匠が常に仰る,「舞は心」という言葉,つまり理屈ではなく心で舞うということから、質問はできるだけ避けるようになったのかもしれません。 また,言葉では伝えられないものもたくさんあると思います。けれど日本以外では、言葉なしには全く理解されないでしょう。実際生徒さんは歌詞や振りに対し細かく質問してこられます。私が疑問に思ったことのない質問が多く,これはとても新鮮でいい経験をさせて頂いていると思います。 一方、日本の伝統芸術、特に地歌舞は、一つ一つを分析しクリアーにしていくものではなく、「間(ま)」を大切にした抽象的な要素の強い芸術であるため、ある程度は言葉で説明し、残りの部分は個人の感性に委ねる、そのバランスを保ちながらお教えすることが重要だと、いつも念頭においています。 また、地歌舞は西洋のバレエのように、高く上へ上へとジャンプする踊りとは全く逆で、地面に下へ下へと根が生えた木のように、 足の裏全体を床から離すことなく動きます。 また、歩くときは腰を振ってモデルのように歩くかたが大勢いらっしゃいますが、地歌舞は腰を低く落として固定して歩きます。 この二点は,特にヨーロッパの人々にとって、全く逆の発想に近く、今まで経験したことのない所作ですので、とても難しいと思われます。 地歌舞は、一見簡単そうな、静かな舞に見えますが、実は、肩や背中,臀部下部、下腹、太ももの内側などの筋肉を常にとても緊張させるので、歩くだけでじんわりと汗をかきます。 自然の動きの中で、普段使わない筋肉を使い、老化を防ぐのに役立っているといえます。緩やかな運動ですので、地歌舞は80歳のおばあちゃんでも舞われます。 というよりも、年を経るごとに舞に味がでてきますので、かえって年を重ねる方が舞はすばらしいと言われています。 話はそれてしまいましたが、この独特な舞をあまり言葉ばかりにとらわれずに、体のどこか一つに注意するだけでもいいですので、楽しく受けとめて頂ければ自然と上達できるのではないかと思っています。


宇納 小百合

Article paru le 13/02/2012


Les objets ont une âme

Takatori Yaki par M. Onimaru Hezikan


A plusieurs reprises, auparavant, j’avais lu des articles et entendu des personnes affirmer que les objets communiquent des sensations aux humains ; sensations qui peuvent ainsi les aider à vivre.

« Oui, effectivement », m’étais-je alors dit intérieurement. Pour moi, c’était une affirmation qui allait de soi, intellectuellement.

La semaine passée, en déjeunant avec Kevin, de la boutique de céramiques japonaises Yakimono (http://www.yakimonos.com/) et en parlant des céramiques de sa boutique, qu’il m’avait été donné d’apprécier la semaine précédente, je l’entendis me dire : « Tous les matins, au Japon (où il vit), je bois le thé dans un bol en céramique artisanale. En voyant les motifs bleus du bol prendre une coloration différentes= à travers les nuances vertes du thé, cela me fait penser à plein de choses . Je rêve un instant, chaque matin… »

« C’est vrai », me suis-je dit, soudain. Et là, à ce moment-là, j’ai ressenti et donc compris en quoi les objets nous communiquent quelque chose, qui entre en nous-mêmes comme au contact d’une personne ou d’un paysage.

C’est ce que j’avais ressent la semaine précédent en rendant visite à sa boutique. Un vase, surtout, tout en formes fluides, avec planté dedans une simple branche présentant un angle quasiment droit. Je suis resté un moment devant, lorsque mon regard s’est posé dessus. J’ai mis du temps à en détourner les yeux. Puis, il a fallu que je le regarde encore à différentes reprises. En repartant, j’ai eu bien du mal à ne pas le regarder une fois de plus, pour ne pas repartir en emportant tout le poids de la séparation…


Article paru le 30/04/2012



Les toilettes japonaises – Le recyclage intelligent de l’eau

Toilettes pour le site.jpg


Avant de partir au Japon pour la première fois, j’avais beaucoup entendu parlé des fameuses toilettes japonaises, avec siège chauffant et surtout le jet de lavage et toutes les options informatiques. Un couple d’amis franco-japonais en avait même dans sa maison près de Paris. J’étais donc déjà habitué avant même d’aller au Japon.

Plutôt que les toilettes, ce qui m’a donc vraiment surpris, c’est le lavabo au-dessus du réservoir pour la chasse d’eau. Ainsi, l’eau utilisée au moment de se laver les mains, avant et après s’être soulagé, cette eau tombe directement dans le réservoir et le remplit, après qu’il s’était vidé lorsque la chasse d’eau avait été tirée.

« Quelle ingéniosité ! Quelle économie d’eau ainsi réalisée ! », je me suis immédiatement étonné. « Pourquoi un tel mécanisme n’existe pas chez nous ? » me suis-je ensuite demandé. « Ce serait tellement économe, surtout en ce moment quand l’eau devient plus précieuse. Et également si pratique, car le lavabo ne prend aucune place dans les toilettes où la place est bien souvent comptée. »

Pourquoi n’avons-nous pas ça chez nous ? Même si nous n’y avons pas pensé les premiers, à présent que les relations avec le Japon sont si nombreuses, pourquoi aucun industriel français ou japonais n’a pensé à l’importer chez nous ?

Il y a quelques semaines, j’ai lu dans le journal gratuit du métro, qu’un Coréen avait gagné un prix dans un concours en France, pour des toilettes dans lesquelles l’eau du lavabo sert à remplir le réservoir de la chasse d’eau. Enfin !


Article paru le 08/07/2012


Deux petites expériences survenues dans les rues de Paris

  • Keiko Muroi

Keiko est une artiste peintre, qui réside au Japon et qui se rend régulièrement en France.

Ville au bout de la route - 2012

Mon anniversaire est le 14 juillet, le jour de la fête nationale française (en japonais, on l’appelle « fête de Paris »). C’est pour cela que, depuis que j’étais toute petite, je pensais que Paris était ma ville et que je me sens avoir des affinités avec la France. Mais la France est un pays lointain et c’est un pays que je peux juste admirer.

Depuis que j’ai commencé à peindre et à exposer mes œuvres dans des expositions organisées par des musées, je pensais sérieusement à aller étudier la peinture en France. Finalement, il y a 10 ans, j’ai réalisé mon rêve en allant dans une école des Beaux Arts à Paris. Après ces études, je me rends à Paris chaque automne. J’ai toujours envie d’étudier à Paris avec les gens des différents pays.

Stéphane, vous vous occupez de la gestion d’une école de japonais, n’est-ce pas ? A propos d’un article sur la France, on dirait que vous m’avez donné un devoir difficile. Donc, j’ai un peu réfléchi. Cette fois, à l’occasion de cette exposition de groupe (en juin 2012), j’ai eu pas mal de contacts avec des Français, ce qui m’a permis d’avoir plein d’expériences. Je me suis cassé la tête pour choisir le sujet de l’article. Enfin, j’ai décidé d’écrire cette fois-ci à propos de deux petites expériences survenues dans la rue.


Une expérience alors que j’allais au marché aux puces de Vanves

Le premier week-end de mon séjour à Paris, comme j’avais du temps, j’ai décidé d’aller au marché aux puces de Vanves. J’ai pris un bus à proximité de mon hôtel, puis je suis descendue aux environs du marché aux puces. Mais ensuite, je ne savais pas quelle direction prendre. A une dame qui promenait son chien, j’ai demandé avec mon français maladroit « Le marché aux Puces, par où est-ce ? »

D’un visage aimable, la dame m’a expliqué quelque chose, mais je n’ai pas bien compris. Je l’ai d’abord remerciée puis j’ai avancé dans la direction que la dame m’avait indiquée du doigt. Mais tout pendant que je marchais, je ne voyais pas le marché aux puces. Une seconde fois, j’ai demandé à un monsieur « Le marché aux Puces, par où est-ce ? ». Le monsieur m’a dit ; « En métro, c’est plus rapide, car c’est la prochaine station. » et a commencé à marcher rapidement avec un geste comme s’il voulait dire « Allez, par-là ! ».

En me méfiant un peu de ce monsieur, je le suivais, et nous sommes arrivés à la station du métro. Quand j’ai essayé de le remercier, il a passé le portillon du métro puis a continué d’avancer. Un peu surprise, je l’ai poursuivi, puis nous avons pris ensemble le métro, et je suis descendue avec lui à la station suivante.

Une fois sortie de la station, nombreuses étaient les personnes à se diriger, en touristes, vers le marché aux puces. Le monsieur m’a dit «  le marché aux puces est dans cette direction, vous n’avez qu’à suivre les gens. Au revoir. » Et il est reparti rapidement.

Pour me guider jusqu’au marché aux puces, il avait pris spécialement le métro. Je lui ai juste demandé mon chemin, mais il a consacré pour moi tout ce temps et ces efforts. Sa gentillesse est inimaginable au Japon ; un événement qu‘il ne me suffit pas de remercier. C’était un événement touchant.


Une anecdote dans un café, à Paris

Je buvais un thé, à la terrasse d’un café. Sur une chaise à proximité, une femme habillée correctement était assise et fumait une cigarette. Et un homme, d’un air SDF, a marché vers elle, puis il s’est arrêté devant elle. L’homme a dit quelque chose à la dame, elle a sorti tout de suite de son sac un paquet neuf de cigarettes, a retiré la protection, a tendu une cigarette à l’homme puis lui a donné du feu. L’homme a remercié faiblement puis est parti.

Au Japon, je n’ai jamais vu s’échanger ainsi une cigarette entre inconnus. C’était un spectacle étrange, mais j’ai trouvé que leur attitude était chic et quelque chose de beau.

Dans les cafés parisiens, il y a plus de monde à la terrasse qu’à l’intérieur. Souvent, à l’extérieur, sur le trottoir, on prend le thé, on mange. Quand il fait beau, je peux comprendre, mais même dans la chaleur de l’été et dans le froid de l’’hiver...

J’ai entendu parler que c’est parce que les Français aiment le soleil. Pourtant comment peut-on manger tranquillement quand il y a autant de monde qui passe ? A l’intérieur, on peut davantage être tranquille ? Je me pose toujours cette question. A la différence des Japonais, on ne prête pas vraiment attention au regard des autres ? Par exemple, demander une cigarette à un inconnu.

Les Parisiens, sans prêter attention à ceux qui les entourent, semblent agir et vivre librement, de leur propre manière.


私の誕生日は7月14日、パリ祭です。そのため物心ついた頃から自分の街はパリ、と思っていて、フランスには特別な親近感がありました。でもフランスは遠い国、あこがれの国でした。

絵を描き始め、公募展などで発表をするようになってからは、フランス、パリへ行って本気で絵の勉強をしたいと考えるようになりました。そしてもう10年前になりますが、ついにパリの美術学校へ行く夢が実現しました。それ以来、秋には毎年のようにパリに渡っています。これからも、パリでいろいろな国の人たちと共に勉強をしたいと思っています。

ステファンは日本語学校の運営をしているのですね。フランスに関する記事の件、何か難しい宿題を出されたようで、少々考え込みました。この度の展覧会開催では、フランス人との接点が多々あり、いろいろな経験をしました。何を記事にするか、とても悩みましたが、今回は、街でのささやかな出来事を2つ書きます。


バンブーの蚤の市へ行く途中での出来事です。

パリでの最初の週末、時間ができたのでバンブーの蚤の市へ行くことにしました。ホテルの近くからバスに乗り、蚤の市の最寄りのバス停で下車したのですが、どちらの方向へ行けばいいのかわかりません。そこに犬の散歩をしているマダムが通りかかったので、片言のフランス語で蚤の市はどっち?と尋ねました。

マダムは笑顔で何か説明してくれましたが、どうもよくわかりません。とりあえずお礼を言い、マダムが指差していた方向へ歩いて行きました。ですがいくら歩いても蚤の市の気配はありません。そこで再度、すれ違ったムッシューに、蚤の市はどっち?と訪ねました。するとムッシューは、それなら地下鉄が早いよ、ひとつとなりの駅だから、さあこっち、こっち、といった仕草で、すたすたと歩き始めました。

私は少々警戒しながらもムッシューについていくと、地下鉄の駅に到着しました。お礼を言おうとすると、ムッシューは地下鉄の改札をぬけ、さらに進んでいきました。驚きつつ、彼を追いかけて、一緒に地下鉄に乗り、次の駅で彼も一緒に下車しました。

地上に出ると、蚤の市へ向かう観光客らしい人たちがたくさん歩いていました。ムッシューは、蚤の市はあっちだよ、あとはあの人達についていってね、さようなら。と言い、さっさと引き返して行きました。彼は、蚤の市まで案内するために、わざわざ地下鉄に乗ってくれたのでした。ちょっと道を聞いただけなのに、こんなに手間と時間を割いてくれるとは。日本では考えられないような親切で、感謝を通り越して、感動的な出来事でした。


パリのとあるカフェでの出来事です。

私はテラス席でお茶を飲んでいました。近くの席にはきちんとした身なりのマダムが座り、タバコを吸っていました。そこへホームレス風の男性が歩いてきて、マダムの前で立ち止まりました。

男性がマダムに何やら言うと、マダムは鞄からさっと新しいタバコの箱を取り出し、封を開けて1本を抜き出すと男性に差し出し、火をつけてあげました。その男性は軽くお礼を言って去って行きました。日本では見知らぬ人同士でのタバコのやり取りなど見たことがありません。不思議な光景でしたが、その様子はスマートで、何かかっこよく感じました。 パリのカフェでは室内よりもテラス席の方が混んでいますね。

ほとんど外、歩道でお茶を飲んだり食事をしたりしています。気候の良い時は理解できますが、夏の暑い日も冬の寒い日もです。太陽が好きだから、と言うのを聞いたことがありますが、でも、こんなに人通りがあって、落ち着いて食事ができるのでしょうか?室内の方がゆっくりできるのでは?とかねがね疑問に思っています。 日本人と違って、あまり人目は気にならないのでしょうか。 例えばタバコを無心することも。 パリの人たちは、人目を気にせず、自由に、自分流に行動して生きているように感じます。


Article paru le 02/10/2012

Ce n’est pas de la froideur !

  • Stéphane

J’étais à Kyôto pour quelques jours lors de mon premier voyage au Japon, hébergé dans la maison réservée aux visiteurs des parents d’une amie japonaise de longue date, dans le quartier d’Uzumasa. Très certainement, je devais être l’un des rares étrangers européens, sinon le seul français dans ce quartier loin des sites touristiques de l’ancienne capitale impériale.

Un soir, en rentrant justement de l’un de ces sites, au sortir du train, je me retrouve tout seul dans une petite rue, incapable de me repérer pour rentrer jusqu’à la maison. Venant en face et arrêtée au feu tricolore, une Japonaise attendait sur son vélo, la seule autre personne présente dans la rue en cette fin de journée.

Uzumasa.jpg
D’un pas décidé, donc, je me dirige vers elle, avec dans l’idée de lui demander mon chemin. Mais en me voyant approcher dans sa direction, la femme penche son visage vers son guidon, soudainement prise d’une myopie sévère… Elle ne bouge pas d’un pouce ; je perçois même toute sa persévérance à ne pas regarder dans ma direction à mesure que je me rapproche d’elle. Si seulement le feu pouvait passer au bleu (l‘équivalent du vert au Japon) ; si seulement… Elle le pensait si fort, si fort !!

Mais, hélas pour elle, ce ne fut pas le cas. Et, arrivé près d’elle, je la salue puis lui indique que je suis perdu. Je l’apostrophe en japonais. Alors, miracle !! Le visage se relève, son expression se détend et, sans ne plus prêter aucune attention au feu, elle fait le maximum pour me renseigner. Elle m’a même semblé contente de me voir comprendre et lui assurer que j’avais compris et la remerciait. Puis, sur un signe de la main, elle a enfourché son vélo puis a poursuivi ta route.

Eh oui ! J’aurais pu être et certainement que je l’ai été, désarçonné par sa première réaction. J’aurais pu le prendre pour de la froideur, voire de l’antipathie pour l’étranger que je suis…

Mais ce n’était pas ça, pas du tout, m’a expliqué une amie japonaise, une fois de retour à Paris. Très certainement que cette femme, ne sachant pas que je pouvais m’exprimer et comprendre le japonais, très certainement donc, qu’elle avait été sûre, avant même de m’entendre, de ne pas être capable de comprendre ce que je lui aurais dit puis qu’elle n’aurait pas su non plus en quelle langue me parler. Au final, elle était déjà persuadée de ne pas être capable de me venir en aide. Alors, plutôt que cela et risquer de me décevoir, elle avait opté pour cette tentative d’invisibilité, cette fermeture de tout son comportement.


Article paru le 11/10/2012

Les Japonais visitent à toute vitesse

  • Stéphane

Récemment, j’ai pris en charge un monsieur japonais pendant les trois jours de son séjour à Paris. A partir de son arrivée à l’aéroport jusqu’à la veille de son départ, j’ai passé trois journées entières avec cet homme de 71 ans, Directeur d’une société familiale fondée en 1861 dans la fabrication et la commercialisation de Taïko(percussions japonaises) et d’autels portatifs (Mikoshi).


A Provins
C’était la première fois pour moi, que j’accompagnais ainsi un client, qui plus est, qui connaissait déjà bien Paris pour y être venu à de nombreuses reprises. Jusqu’à présent, j’avais en effet accompagné des amis ou des collègues d’amis, qui n’étaient jamais venus en France.

Le troisième jours, alors que nous nous promenions, je le voyais régulièrement consulter sa montre. Nous n’avions pourtant pas spécialement planifié de rendez-vous à venir. Comme nous étions aussi devenus plus familiers, j’osais lui demander pourquoi il regardait ainsi si souvent sa montre.

Voici ce qu’il me répondit en japonais (je traduis) :

« Le rythme en France est différent de celui que nous avons, nous Japonais. Quand nous sommes en voyage, nous avons toujours tout de planifié et nous pensons toujours à ce qui est prévu et à ce que nous allons faire ensuite. Alors qu’ici, c’est plus tranquille, moins prévu à l’avance.

_ Peut-être, lui dis-je, parce que nous savons que nous avons le temps. Les monuments ne sont pas près de disparaître : ils sont là. Nous ne sommes pas obligés de tout voir, nous pouvons revenir une fois suivante. A Paris, nous sommes qui plus est entourés de vieux bâtiments, qui datent depuis un siècle ou plus, en plus des monuments…

_ Au Japon, tout peut disparaître en peu de temps. A cause des risques de séismes et autres. Tout peut changer et disparaître soudainement. Et les matériaux des constructions sont différents, avec beaucoup de papier et de bois. C’est pour cela que nous sommes pressés, même quand nous visitons l’étranger. »

A une professeur à laquelle je racontais cette anecdote, elle me précisa comme suit :

« Pour les Japonais, l’important c’est d’avoir été là ou là, dans des lieux connus. De pouvoir dire « j’y suis allé ». Ensuite, comme nous filmons ou prenons beaucoup de photos, c’est une fois rentrés au Japon que nous prenons le temps de regarder les films et les photos des lieux où nous sommes allés ».


Pour être sûr de ne pas colporter d’idée fausse, j’ai donc donné à lire ce texte ci-dessus à Masako, une autre amie japonaise, en lui demandant ce qu’elle en pense. Voici sa réponse :

« Merci de m’avoir fait lire ton texte. Concernant ce Japonais de 71 ans, je pense qu’il est de Tôkyô, non ?

Je pense qu’en France c’est la même chose : au Japon, dans une grande ville ou une petite de province ou à la campagne, c’est complètement différent. Dans ma ville de Tsuyama (Préfecture d’Okayama située à l'ouest de la région de Chūgoku, sur l'île de Honshū), le temps passe très lentement (^_^). Pour cette raison, les gens de Tsuyama, même quand ils voyagent, je pense qu’ils ne sont pas aussi pressés que ça.

Les Japonais, quand ils planifient quelque chose, ils veulent toujours tout décider, jusque dans les détails.

Par exemple, mon ami Olivier, quand il est allé faire une conférence à l’université d’Ehimé, il est resté plus de deux heures à discuter dans la salle de réunion à propos de l’endroit où on allait lui installer une chaise pour qu'il s'y assois pendant la conférence. Puis il s’est finalement levé et a dit « Ici, c’est bien » en positionnant une chaise. »


Article paru le 22/07/2013


L’engouement « fou » des Japonais pour les mascottes

  • Stéphane

Cette année, à l’occasion du festival Japan Expo – Impact 15, j’ai eu l’occasion de faire office de MC (Maître de Cérémonie – présentateur) auprès d’une des scènes.

Parmi les artistes qui se sont produits sur la scène, l’un d’entre eux semblait bénéficier d’une grande popularité auprès des Japonais… Pourtant, entre autres artistes, il y avait également un danseur très renommé au Japon depuis plusieurs décennies, un danseur de claquette fameux, un Trésor National Vivant, …, entre autres groupes certainement connus au Japon mais méconnus en France.

« Kumamon va venir danser ! » « Oui ! Kumamon, c’est demain qu’il vient ! », avaient dit entre elles mes collègues japonaises, toutes impatientes à l’idée de la venue de cet illustre artiste.

Mais qui est Kumamon ???, pensais-je…

Kumamon
Le lendemain, Kumamon est arrivé, accompagné de sa jeune danseuse- interprète et de leur traducteur français. Un gros ours en peluche, une peluche à taille humaine animée par une personne à l’intérieur.

Aussitôt, quel engouement de la part des Japonais présents face à la scène. Et pas que des enfants : des adultes, des ado, des personnes plus âgées… Toutes n’avaient d’yeux que pour Kumamon !! Les appareils photos étaient de sortie et les flash ont rapidement crépité !

Pendant 30 mn, s’est ensuivi un show pendant lequel Kumamon, le nounours mascotte de la région de Kumamoto (île de Kyûhû) s’est trémoussé tant et tant, a réalisé nombre de facéties annoncées par sa compagne danseuse et présentatrice. La gymnastique de Kumamon, puis la chanson de Kumamon-mon puis la version française, spécialement créée pour Japan expo 2014, pour présenter les charmes et les sites touristiques de la région de Kumamoto : Kumamon a enchanté les chansons en dansant sur des rythmes endiablés !

Kumamon
Car en effet, Kumamon est une mascotte créée pour mettre en avant la région de Kumamoto, dont il est en quelque sorte l’ambassadeur dans tout le Japon et au-delà.

Kumamon est la première des mascottes « régionales » créée par Koyama Kundo il y a 4 ans. Depuis, chacune des régions japonaises a sa propre mascotte, des villes, des villages, des préfectures, des groupes, des magasins, …, ont désormais eux aussi leur mascotte.

A la lecture d’un article sur les mascottes japonaises, il s’avère qu’elles sont de très efficaces ambassadeurs, qui contribuent à la montée en puissance des entités qu’elles représentent et qui génèrent des chiffres d’affaires très importants (880 millions d’euros en deux ans générés par Kumamon pour sa région, selon la Banque du Japon).

Toujours est-il que sa popularité n’est plus à démontrer, rien qu’à voir les Japonais, les Franco-Japonais présents alors dans le public lors du dernier Japan-Expo. Les Français ont été tout pareillement conquis !

Quelle découverte !!

Pour découvrir Kumamon, ses chansons et ses danses : http://columbia.jp/kumamoncd/

Article paru le 29/07/2014



Tremper pain ou croissant, cela peut paraître étrange pour les Japonais

  • Tomoko

Tomoko (70 ans) habite depuis plus de 40 ans en France, où elle est artiste-peintre.

Apparemment, les Japonais s’étonnent de voir certaines personnes tremper leur pain ou leur croissant dans leur café, thé ou autres, avant de les manger. J’ai donc demandé à Tomoko son avis.

Croissant trempé.JPG

Ce n’est que mon avis mais j’aime bien manger le pain et les croissants quand ils sont encore chaud et croustillants à leur sortie du four. Si on les trempe, au départ, ils ont la couleur du pain, mais ensuite, dans le thé ou dans le café, ils prennent une couleur comme celle des excréments et ils deviennent tout mou ; cela me fait penser à une diarrhée… Au Japon autrefois aussi on trempait le riz dans la soupe miso avant de le manger, mais comme le riz est blanc, il ne prenait pas cette couleur de merde.

L’imagination des Français est différente de celle Japonais, n’est-ce pas ! C’est pour cela que les Japonais n’aiment pas le riz au lait que l’on vend en France.

J’ai vécu pendant quatre années et demie au Nigéria, et j’ai le projet d’écrire un article sur la nourriture, pour le journal de ma sœur cadette.

Il y a plein de choses très intéressantes à ce sujet et je pense que je vais les écrire, pour ne pas les oublier.

私の個人的な意見ですが、パンやクロワッサン等は理想としては、出来立てのパリパリを食べたいでしょう。 それを漬けてしまうとね-、色がパン、お茶、コ-ヒ-等がうんこ色になって、べたべた下痢うんこみたいになるでしょう。 日本も昔、ご飯に味噌汁をかけて食べましたが、ご飯は白いしベタベタうんこ色にならない。 フランス人の脳の想像力は日本人とは違いますね。それからフランスで売っている ’ご飯のプリン’ も日本人はあまり好きではありません よ。 私がナイジェリアで過ごした4年半の間で経験した、食べる事に関して妹の新聞に書く予定です。 すごい面白かったことが一杯あるので、忘れないうちに書くつもりです。

J'ai ensuite demandé à Emi, ce qu'elle en pense.

  • Emi

Emi (35 ans) depuis 4 ans en France, où elle est étudiante en master Franco-Chinois.

出来立てのクロワッサンは柔らかくて、かみしめるとバターの香りが口いっぱいに広がって文句なしに美味しい。 でも、時間のたって冷え切ってしまったクロワッサンはこの「じゅわっ」という感じがなかなかしない。 パン・オ・ショコラだってそうだ。美味しいけれど、チョコレートが固くなってしまって出来立てのあのおいしさにはかなわない。 でも、いつしか自然と身に着いた食べ方がある。 それは暖かい飲物と一緒に食べること。

まず、先にクロワッサンを少し噛みしめてから暖かいコーヒーをそっと口に含んでみる。 そうすると、口いっぱいにバターの香りが広がる。 パン・オ・ショコラなら、ショコラのうまみがコーヒーに溶け込んで何とも言えない美味しさになる。ステファンも、ぜひ試してみて!!

Les croissants tout juste sortis du four sont moelleux et quand on les mange, on a la bouche pleine de l’odeur du beurre. C’est bon ! Mais quand les croissants ont refroidi et qu’on les déchiquette, on n’a plus du tout cette sensation de « bon goût juteux ». C’est la même chose pour les pains au chocolat. Le chocolat se durcit et ils ne sont plus incomparablement bons comme ceux tout juste sortis du four. Mais j’ai plus l’habitude de les manger tout naturellement, sans m’en apercevoir. Souvent, on les déguste avec une boisson chaude. Comme je l’ai dit au début, la mie moelleuse du croissant se mélange bien doucement avec un café chaud. De cette façon, l’odeur du beurre se répand dans toute la bouche. Dans le cas du pain au chocolat, le goût du chocolat se marrie admirablement bien avec le café ; c’est indiciblement délicieux. Stéphane, il faut absolument que tu essaies !!


Article paru le 26/03/2015

Les Japonais, les amendes et les excuses

  • Mayu

Professeur de cuisine chez Quartier Japon - En France depuis 2002

Amende.jpg

A la suite d’un cours de cuisine effectué dans notre établissement, Mayu, notre professeur, a trouvé une amende de stationnement sur le pare-brise de sa voiture.

En retard en venant au cours, elle n’avait pas pris la précaution de régler son stationnement pour la durée du cours, à l’horodateur, espérant que les contractuels ne passeraient pas, un samedi après-midi, dans la petite rue où elle s’était garée.

Quelle réaction a été la sienne, en découvrant l’avis d’amende ! Mayu était presque paniquée, comme si elle avait commis une effroyable infraction !

Etonné, surtout par contraste avec la réaction de la majorité des Français, après l’avoir rassurée, je lui ai demandé de m’écrire un petit texte, qui pourrait nous éclairer sur sa réaction.


Excuses-moi de ne pas avoir écrit au sujet mon expérience quant à l’amende.

Si je réfléchis, je pense qu'il y a une différence de perception entre les Japonais et les Français quant à l'éducation que les parents donnent à leurs enfants.

Par exemple, au Japon, on nous apprend « si on fait une mauvaise chose, avant toute chose, d’abord, on s’excuse ».

Il est important de ne pas donner de justification ou d’expliquer pourquoi les choses en sont arrivées là. Mais, pour les enfants français, j’ai l’impression qu’il est important de justifier de ce qui a mené à faire une mauvaise chose comme de faire part de son état d’esprit qui a amené à le faire.

Même si les parents ne disent rien et qu’ils comprennent pas la raison et se fâchent, les enfants japonais s’excusent. A la fin, on clôt l’incident d’un simple « pardon ». Même si tous ne le font pas, c'est ce que je constate en élevant mon enfant.


Récemment, j’ai regardé une série TV japonaise sur You tube, « Les jeunes hommes », qui est sortie en 2014 au Japon C’est une série qui porte sur des jeunes pendant la haute période de croissance économique du Japon pendant les années 60. Si tu as le temps, regardes-là ! Il y a 11 épisodes ; c’est un peu long. Je me demande ce que toi, Stéphane, tu en penseras…

Pour moi qui suis Japonaise, comme il y a des scènes de pleurs à propos des relations entre frères, ça m’a ému et j’ai trouvé ça intéressant.

De nos jours, je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de familles au sein desquelles il y a autant de communication. De tels frères aînés, comme dans la série, sont eux aussi peu nombreux.

C’était une époque, je pense, pendant laquelle les garçons grandissaient en prenant des coups mais cela renforçait les liens. Autour de moi, il y avait des familles comme celle-ci.


罰金についての感想文を書いてなくてすみません。

考えていたら日本人がどういう風な教育を親にされているか?

でフランス人との感 覚の ずれ があると思います。 たとえば日本は「悪いことをしたらとりあえず謝る」っと教えられます。

言い訳や過程は大事にしません。でもフランス児だと悪いことをしたまでの過程や 心境を大事にしてくると思います。 良くないこともでてくるのは日本の子供は親が怒ったら訳も理解せずただ謝る。 それで終わりになるから、簡単に「ごめんなさい」という。 皆がそうではないですが育児をしていて感じる面です。

最近、日本のドラマをユーチューブで見ました。 「若者たち」2014年に日本でやっていました。 日本が高度経済成長期の1960年代の話を話題にした若者の青春ドラマ。 時間があるときに見てみてください。

11話あるので長いですが。ステファンさんはどうおもうだろう。。。


日本人の私には、兄弟の人間関係に涙する場面、感動があっておもしろかったです。 今はこんなに干渉しあう家庭は少ないと思います。 こういうお兄さんも少ないと思う。

あと男兄弟で育つとこうやって殴り合って絆を深めるという時代だったのかな。

私の周りでもそんな家族がいました。


Article paru le 07/06/2015

Eeeh, les cerisiers au Japon n'ont pas de cerise ??

  • Stéphane
Sakura Tokyo site.JPG

Au début quand je m'intéressais au Japon et à sa culture, j'étais ravi d'apprendre qu'il y a plein de "sakura" (cerisier) au Japon. Le sakura est même un élément essentiel de la culture et de la société japonaises, même de nos jours.

Quand j'avais deux ou trois ans, mes parents avaient en effet planté un guignier dans le jardin, qui avait le même âge que moi.

Trois ans plus tard, mes parents ont fait de même à la naissance de mon frère, en plantant cette fois un cerisier.

Ainsi, pendant toute mon enfance puis jusqu'à il n'y a pas si longtemps, les cerises ont joué un rôle important dans ma vie.

Chaque printemps, mon frère et moi, nous guettions avec impatience la saison des cerises et le moment où nous pourrions, enfin, aller les cueillir dans les arbres avant de les déguster goulûment.

Je me rappelle encore le goût sucré des guignes et leur couleur violette foncée !

Le Japon, quel merveilleux pays !, pensais-je, en voyant ce pays rempli de cerisiers et donc de cerises !!


Wagashi hanabira.jpg

Mais non, la grande majorité des cerisiers au Japon ne donne pas de cerise. "Les "sakura" ne donnent que des fleurs...", m'a, un jour, appris une amie japonaise...

Ahhh, la surprise ! Jamais, je n'avais imaginé qu'existe une variété de cerisiers ne donnant pas de cerises...

En effet, les "sakura" font partie de l'espèce "Prunus serrulata", une espèce originaire d'Asie, comprenant plus de 600 variétés, appréciées pour leur qualités ornementales.

Leurs nombreuses fleurs, roses ou / et blanches, et même rouges foncées, sont très fournies sur l'ensemble de l'arbre et tombent comme de la neige environ une semaine avant l'apparition des feuilles (entre mars et fin avril, selon la localisation).

Les "sakura" et leurs fleurs sont très importantes pour la culture japonaise, notamment à travers la période du "hanami" (regarder les fleurs), période qui constitue un moment socialement festif participant de la cohésion de la société japonaise.

En outre, à défaut de cerises, les fleurs entrent dans la composition de nombreux plats et pâtisseries japonaise du printemps.

Tous comptes faits, finalement, c'est bien aussi, les "sakuras", ça change des cerises !


Article paru le 28/07/2015

La gestion / notion du temps des Japonais / des Français

  • Stéphane, Keishi (58 ans - En France depuis 29 ans) et Masako (50 ans, en France depuis 1991)


Hier, avec Keishi, nous avons abordé la question de l’organisation et de la gestion /notion du temps des Japonais, au détour d’une autre conversation. Alors que je lui citais un exemple de point faible des Japonais et de la société japonaise, «  les Japonais sont mal organisés », lui ai-je ainsi affirmé.

Surprise de la part de Keishi, comme généralement des Français auxquels j’en avais déjà parlé à différentes reprises auparavant. En effet, pour du moins les Français n’ayant jamais travaillé avec des Japonais, leur image des Japonais et de la société japonaise est bien toute autre ! : la société et ses membres japonais apparaissent plutôt comme étant hyper et efficacement organisés !

Mais cela n’est pas mon impression, et j’ai déjà reçu le même avis de nombre de Français travaillant ou ayant travaillé avec des Japonais.


Gestion du temps.png
Que de fois ai-je ainsi constaté combien il est exténuant de travailler avec des Japonais, notamment quant à la question des délais et de la gestion du temps !!

Déjà, lorsque je travaillais au Centre culturel franco-japonais, avec mes collègues franco-japonais, nous nous arrachions les cheveux pour avoir, de la part de nos contacts japonais, les informations et les documents nécessaires afin de les envoyer chez l’imprimeur et pour commencer la communication avant leur exposition ou leur spectacle à Paris. C’était aussi bien valable pour les artistes japonais vivant en France que pour les Japonais du Japon. Plus tard, que de fois ai-je noté un problème d’organisation lors d’évènements culturels japonais organisés par des Japonais à Paris. A chaque fois, il y a avait quelque chose qui n’allait pas. Ainsi, lors d’un concert classique dans un lieu renommé de la capitale avec un orchestre symphonique venu du Japon, pour lequel le public avait été obligé d’attendre bien au-delà de l’heure annoncée du début du spectacle. Le spectacle avait commencé bien en retard ! Pourtant, le concert n’était pas payant mais le public avait dû réserver en amont sa place et les places étaient donc nominatives.

A présent que j’anime une association de présentation de la langue et de la culture japonaises, j’aurais à gérer tant de problèmes de dernières minutes et ce dans le stress pour moi, pour cette même raison, si je n’y prêtais pas garde !

Keishi, en homme sage, me demanda un exemple pour lui permettre de se faire une idée concrète de la situation.

Récemment, un client habitué m’a contacté pour organiser un goûter d’anniversaire japonais pour sa femme, en demandant à faire réaliser une carte d’anniversaire japonaise (etegami) pour l’offrir à sa femme le jour du goûter. Cette demande, je l’ai confiée à l’une des professeurs japonaise avec laquelle je travaille depuis quelques mois : une jeune femme, en France depuis déjà une année environ, parlant français. Quelques temps plus tard, et bien longtemps avant le jour J du goûter, j’avais fait en sorte de demander au client le texte souhaité à écrire sur la etegami et je l’avais ensuite mailé à l’intervenante, lui demandant de revenir vers moi si elle avait des questions. Puis, environ deux semaines avant le goûter, j’ai fait le nécessaire auprès du client pour avoir le complément d’informations pour permettre à l’intervenante de se rendre chez lui et j’ai mailé la fiche préparatoire à l’intervenante, en précisant que je partirai en congés à la fin de la semaine et que je ne serai plus en mesure de consulter mes courriels à partir du vendredi matin. Finalement, le jeudi soir, l’intervenante m’envoie un courriel vers 22h30, pour me demander des précisions sur le texte souhaité par le client à écrire sur la etegami ! Le texte demandé, en japonais, par le client, français, lui semblait en effet bizarre pour un Japonais et elle voulait que je le contacte pour confirmer son texte. La veille de mon départ en congés, qui plus est à 22h30 et alors que j’avais bien précisé que je partais en congés le lendemain et que j’avais envoyé le texte bien longtemps auparavant !

Je décidai donc de ne pas répondre et de laisser l’intervenante se débrouiller seule et de prendre l’initiative de contacter et confirmer directement auprès du client. Elle avait les coordonnées du client et elle me demandait justement, dans son courriel, si elle pouvait le contacter directement. Précédemment, pour une autre intervention, je lui avais indiqué que je ne souhaitais pas qu’elle contacte directement les clients après les interventions, et que je préférais m’en charger. Face à ce dilemme, elle allait donc devoir prendre une initiative seule, ce que je savais qu’elle était capable d’endosser. Je faisais ainsi me disant que cela allait lui permettre de changer sa façon de faire et ainsi gagner en efficacité. Effectivement, finalement, elle a demandé directement au client et tout s’est bien passé.

Ainsi, si j’avais fait comme elle le demandait, j’aurais être obligé de rouvrir mon ordinateur et me remettre à travailler à 22h30 à la veille de mon départ en congés, alors que moi-même j’avais veillé à faire le nécessaire pour qu’elle ait bien toutes les informations avant mon départ en congés, afin de ne pas se retrouver en position inconfortable du fait de mon départ. J’avais anticipé, en pensant à elle, alors qu’en retour, elle me mettait dans une situation inconfortable.

Keishi réagit seulement en me disant qu’elle est jeune

Mais c’est un exemple parmi tant d’autres où je me suis retrouvé ainsi dans ce type de situations ! Mes anciens collègues du centre culturel franco-japonais, également, bien des fois !! A cette époque, nous organisions des expositions et des spectacles avec des Japonais vivant en France comme au Japon et, souvent, cette même situation s’était répétée. Que de fois mon collègue graphiste japonais avait dû rester la nuit pour terminer un flyer ou un autre document de communication parce que nous avions reçu les informations demandées aux artistes japonais au dernier moment et qu’il fallait tout boucler pour que ça puisse partir chez l’imprimeur ou pour commencer la publicité pour leur exposition ou spectacle ! Et pourtant, mes collègues japonais le leur demandaient bien de nous remettre les documents et informations avant telle date, de nous envoyer la dernière version censée prête à partir chez l’imprimeur pour telle date. Eh bien, à chaque fois, il y avait toujours un problème. Pendant x temps, on n’entendait plus parler d’eux, on n’avait aucun retour malgré les relances puis, au dernier moment, une question, une demande de changement ou un changement arrivait au dernier moment et cela obligeait notre collègue graphiste à passer la nuit pour boucler le document et tout en mettant tout le monde en stress !

Vraiment, du fait de ces nombreuses expériences, je pense à présent que les Japonais ne sont pas organisés. Ou peut-être qu’ils auraient une autre conception du temps que la nôtre… ? Ils ont véritablement une difficulté de projection et d’étalement des tâches dans le temps, une difficulté d’anticipation et d’organisation des tâches dans le temps. Une difficulté dans le séquencement des tâches avec, pour chacune d’entre elles une estimation du temps nécessaire à prévoir pour la réaliser et ainsi de suite pour l’anticipation de toutes les tâches nécessaires à la réalisation d’un projet. J’ai l’impression que les Japonais, du moins ceux rencontrés - mais comme cela s’est produit quasi chaque fois, j’ai donc tendance à le généraliser à tous les Japonais - eh bien, les Japonais ne peuvent ou ne se mettent pas à la place de l’autre. Pourtant, c’est quelque chose qui semble très propre aux Japonais que de se mettre à la place de l’autre ??? Ils ne se mettent pas à la place de l’autre au sens où ils ne se rendent pas compte que, du fait de leur action, cela va obliger l’autre, leur interlocuteur, leur partenaire, à se retrouver dans une position inconfortable, cela va l’obliger à travailler dans le stress, cela va l’obliger à travailler toute la nuit…

Peut-être qu’au Japon c’est ce qui se passe mais que ce n’est pas su à l’extérieur ? En effet, s’il y a une date butoir pour remettre un travail, …, quelque chose que l’on s’est engagé à remettre au client pour telle date, les Japonais, l’entreprise, …, fera le nécessaire pour respecter le délai et sa parole. Mais à quel prix ? Suite à une accumulation de retard, du fait notamment des délais dans la prise de décision, dans les problèmes d’organisation, on arrive à la veille de remettre ce qui a été promis et on est en retard. Mais au Japon, du fait de la pression et de l’organisation sociale, il est tout à fait possible de réquisitionner tout le monde, toute l’équipe toute la nuit, pour qu’au petit matin ce soit prêt. Mais en France, c’est impossible ! Les gens ne voudraient pas, il y a des règles, les syndicats… Au Japon, certes on parvient finalement à remplir ses engagement et à respecter les délais, mais à quel prix ! Les salariés, je pense, seraient bien content de rentrer chez eux le soir plutôt que de passer la nuit au bureau. Leur femme, leurs enfants aussi… ? Qu’en penses-tu ?

Keishi, après un moment de réflexion, me demande si j’ai déjà écrit sur ce sujet.

_ Non.

_ Parce que c’est gênant ?

_ Oui, il y a de ça. »

En nous quittant, je lui dis que je vais l’écrire puis le lui soumettre. Pour qu’il me dise ce qu’il en pense et qu’il le transmette à d’autres Japonais. Je suis intéressé d’avoir leurs retours !


Autre exemple, auquel je repense avant d’envoyer ma réflexion à Keishi… Chaque année, alors que des écoles de japonais et / ou de manga au Japon viennent à Paris pour la Japan Expo, pour attirer des élèves à venir étudier chez elles à l’occasion d’un séjour au Japon, chaque année, je reçois de leur part des demandes de rendez-vous afin de nouer des partenariats. Mais c’est toujours au dernier moment, soit à leur arrivée en France soit 2-3 jours avant, tout en sachant que leur séjour ne dure que le temps du festival, 4-5 jours, et qu’ils n’ont que peu de disponibilités, généralement le soir après la fermeture du festival… Et ils sont tout étonnés qu’il sera impossible de nous rencontrer, car mon agenda est déjà rempli !



Réponse de Keishi

ポミちゃん

原稿面白かったです。

ここに書かれていることは、事実(じじつ)だと受け入れた上(うえ)で、いろいろ考えるべきことがあると思います。

日本からフランスに来る人は、日本と同じようにフランスでも物事(ものごと)が進むと考えています。

これは、間違いです。しかし、この先入観(せんにゅうかん)があるので、約束をとるのが遅いのです。

考えておきます。

けいし


Stéphane

C’est un manuscrit intéressant.

Je suis prêt à accepter ce que tu as écrit comme étant un fait.

Les personnes qui viennent, du Japon, en France pensent que l’on peut avancer dans la réalisation des choses en France comme on le fait au Japon.

C’est une erreur. Si on a cette idée préconçue, quand on prend un rendez-vous, c’est trop tard.

A réfléchir.

Keishi


Pour élargir l'échange, j'ai également proposé mon texte et notre échange avec Keishi, à Masako, notre amie commune.

Réponse de Masako :

文章、読ませてもらいました。 以前もこのテーマについて話しましたよね。

Matsuba.JPG
確かにこの通りだし、私も同様の経験をしているので知っています。

ただ、日本で運動会や音楽会などを主催すると、必ず時間通りです。 また分刻みで予定が組まれているので、終了時刻も予定通りです。 フランスで同様のことを行うと、必ず1時間以上の遅れがあります。

だから1日という短いスパンの中で予定を組むことはできても、2週間あるいは1ヶ月以上の長い期間において、物事をどのように進めるかということに関しては、 問題が生じるというふうに考えた方がいいでしょう。つまり日本人は長期的な将来の計画をすることができないということです。

これは農耕民族だからということで説明できるかもしれません。 日本は気候が恵まれているので、だいたい食物が取れます。 来年もきっと米が取れるだろうという楽観的な考えが生まれます。 ヨーロッパは狩猟民族なので、今日、獲物が捕れても、次回がいつかはわかりません。 だから、計画的に取れた肉を使わなければなりません(干し肉にするとか、1日にどのぐらい食べるとか計算する)。

Merci de m’avoir soumis ce texte. Auparavant déjà, nous avons parlé de ce sujet, n’est-ce pas. Moi aussi, j’ai eu ce même type d’expériences. Seulement, au Japon, lors des fêtes sportives de l’école ou les fêtes musicales, les organisateurs sont impérativement à l’heure. Et aussi, si on séquence les projets minutes par minutes, jusqu’à la fin tout se déroule comme prévu. Si on fait ainsi en France, on aboutit au final à des retards d’une heure et plus.

C’est pour cette raison que si cela ne pose pas de problème pour une courte durée d’une journée, je pense qu’il est correct de penser que les problèmes s’accumulent dans le cas d’une période longue de deux semaines ou un mois et plus. Plus explicitement, les Japonais ne peuvent pas organiser un futur sur du long terme. Cela s'explique par le fait que les Japonais sont un peuple agricole. Comme le climat est très favorable pour la culture agricole au Japon, on peut toujours produire des aliments.

De ce fait, « L’année prochaine également, nous aurons du riz », une telle façon de penser optimiste est née. Comme les Européens sont un peuple de chasseurs, si aujourd’hui, on a réussi à en attraper un, de gibier, un peu comme un jeu, on ne sait pas ce qu’il en sera le lendemain

C’est pour cette raison qu’il fallait s’organiser quant à la viande qui avait été prise (faire sécher la viande ou calculer qu’on ne peut manger la viande que sur un laps de temps d’une journée) C'est pour cela que les Européens sont capables de programmer sur du long terme.


Article paru le 31/08/2015

Culture et langue japonaises : "ura" et "omote"

  • Stéphane
Masque de No.jpg
"Ura" signifie "derrière, en deça" et "omote" signifie "devant, le visible, ce qui est directement accessible". Ce sont en quelque sorte les deux faces d'une même chose.

Ces deux concepts, ainsi que l'association de l'un et de l'autre, sont des concepts essentiels de la culture et de la société japonaises, traditionnelles comme contemporaines. En effet, on les retrouve à l'échelle de chaque personne, ce qui influence forcément la société.

Il y a ce que la personne montre, à travers ce que son visage traduit (même dans le cas où il ne traduit aucune émotion), tout comme à travers son comportement et sa vie quotidienne au travail et avec sa famille et ses amis, ..., ou encore à travers ce qu'elle dit avec les mots. C'est l'aspect "omote". D'autre part, il y a ce que la personne ressent, ce qu'elle pense, ses émotions... Il y a également ce que cette personne peut faire en dehors de son travail et hors de son cercle familial et amical, mais qu'elle ne montre pas ou que dans des occasions et dans des cercles très choisis. C'est l'aspect "ura".

Dans la culture et la société japonaises, montrer ses sentiments, ses désirs, ses ambitions, exprimer le fond de sa pensée, ..., cela n'est pas valorisé et bien plus, cela est très mal considéré. C'est, au mieux, considéré comme impoli. Plus généralement, c'est considéré comme un manque cruel de savoir être avec les autres.

Prenons par exemple l'échange de cadeaux. Traditionnellement, le cadeau était offert enveloppé dans un joli emballage, de tissu (furoshiki) ou de papier. Il n'est cependant pas ouvert en face de la personne qui vous l'offre, mais plus tard, en l'absence de la personne. De la sorte, la personne réceptrice du cadeau n'impose pas sa réaction et son émotion à la personne qui a fait le cadeau. De même, celui qui a fait le cadeau n'impose pas son impatience, son attente et sa réaction à la personne qui reçoit le cadeau. En ce sens, c'est différent, dans nos sociétés et nos cultures occidentales.


Parfois, les intervenants japonais de Quartier Japon, soit lorsqu'ils me parlent d'un de leurs élèves, soit lorsque je leur parle d'un de leurs élèves, un client de Quartier Japon, me disent "Je me demande pourquoi il/elle prend des cours", "Je ne comprends pas pourquoi il/elle s'intéresse à la culture japonaise..." "En fait, je ne trouve pas qu'il/elle comprenne vraiment la culture japonaise." Et parfois d'ajouter "Il/elle ne comprend pas vraiment la culture japonaise. Ce n'est pas étonnant qu'il/elle ne progresse pas en japonais : il/elle ne pense pas à l'autre ; c'est il/elle qui compte !".

Idem, parfois, lorsque certains de nos intervenants croisent un nouvel élève ou une personne venant prendre des renseignements, dans nos locaux. Si parfois je le leur en parle, justement parce que moi-même j'ai eu une mauvaise impression ou parce que ces personnes ont été source de complications, voire de désagréments, ces professeurs me parlent de la mauvaise impression qu'elles-mêmes ont eu de cette personne. Pourtant, elles n'avaient même pas adressé la parole à ces personnes ; elles n'avaient même fait que les croiser !

Depuis longtemps, ainsi, je sais que les Japonais ont un sens très développé de l'intuition, une capacité à sentir ce qui est au-delà de ce qui est dit et mis en avant.

Dans nos société et peut-être plus encore actuellement, chacun de la majorité d'entre nous s'efforce de se présenter sous ce qu'il considère être son meilleur jour. Chacun utilise beaucoup d'énergie à se mettre en avant et à correspondre à l'image qu'il se fait de lui-même.


Pour de nombreuses personnes qui s'y intéressent, la culture japonaise est considérée comme "cool", comme valorisante.

C'est sympa la culture japonaise ! Il y a en plus un côté un peu magique et facile associé à la langue et à la culture japonaise, pour certaines personnes. "La langue et la culture japonaise = l'univers magique du manga, des Lolita et du cosplay", pour certaines personnes.

Mais ce n'est pas le cas. Ce n'est qu'une première impression. Et encore, dans la mesure où on ne l'appréhende que sous un certain angle...

La culture japonaise et, logiquement, la langue japonaise, ça ne s'acquière pas comme ça, d'un coup de baguette magique, d'un seul clignement de paupière ou par le seul fait que ça nous intéresse ^^. Comme pour toute culture et l'apprentissage de toute langue étrangère, cela nécessite du temps, de la ténacité et des efforts pour peu à peu s'y habituer et l'acquérir. Et peut-être, pour nous autres Français, encore plus que certaines autres langues européennes !

Car, dans le cas de la langue japonaise, c'est toute une autre façon, à la fois et de "penser" et d'être, qui sous-tendent la langue, la communication et la culture !

Alors, forcément, quand certaines personnes sont plus tournées vers leur petit nombril que vers l'autre, la différence de l'autre et la rencontre, eh bien, "ça ne le fait pas vraiment"... Pour de telles personnes, au début de l'apprentissage, il y a certes un peu d'acquisition et de progression, mais bien vite cela stagne puis cela bloque. Ces personnes ne peuvent pas progresser dans leur apprentissage...

Tant que quelque chose en elles-même n'aura pas changé, qu'un "lâcher prise" ne se sera pas opéré au niveau de leur personnalité et de leur rapport à l'autre, toute progression sera impossible. Les Japonais, en premier lieu, sentiront rapidement, sinon immédiatement, que quelque chose en ces personnes les empêche de progresser et d'être communicantes. Ils ne souhaiteront plus / pas les avoir comme élève, comme apprenant. Ils sauront que ce type de relation sera toujours à sens unique et ils s'en détourneront.

Article paru le 16/12/2015

Suite à ma participation à l'atelier de présentation-dégustation des thés japonais

  • Marie - étudiante chez Quartier Japon en cours collectifs de japonais et de calligraphie, depuis 2015


Bonsoir Stéphane,

THE JETRO.JPG

J'ai été plus qu'heureuse de participer à l'atelier thés japonais et j'espère y revenir dès que possible. J'ai déjà dit "oui oui oui" quand Misako a demandé si on reviendrait !

Les thés sont hors du commun. Rien que la découverte est extrêmement intéressante. Je n'avais par exemple aucune idée qu'il existait un thé fait à partir de tiges !

Ensuite l'odeur est fabuleuse. Non seulement elle m'a rappelé mon voyage au Japon, en particulier le macha qui m'a évoqué celui du temple de Kyoto, mais elle m'a aussi évoqué des souvenirs personnels et heureux, comme la campagne chez mes grand-parents.

La vaisselle a une âme. Je suis un peu une ignare inculte sur le thème "vaisselle" au quotidien, mais là les bols de Misako san - où on avait l'impression que de la lumière avait été emprisonnée- donnaient l'impression de rattacher le thé à la terre et à la nature.

J'ai admiré les gestes de Misako san, à la fois lents et maîtrisés (un peu comme ce que l'on apprend en calligraphie). Moi qui suis toujours trop speed (ce qui ne veut pas forcément dire efficace), j'ai entrevu une autre manière de vivre, dont j'aimerais bien au moins me souvenir - m'inspirer un peu? - au quotidien.

Et le goût est superbe. Le thé de bienvenue est je crois mon préféré, mais le deuxième rendait l'esprit plus clair, on avait l'impression que ça permettait de penser mieux. Les sencha étaient très bien aussi : j'ai assuré l'intermède comique par mon incapacité à mesurer deux tasses égales quand nous avons pratiqué.

Quant aux gâteaux de Misako san, ce sont de vraies oeuvres d'art et ils sont aussi bons que beaux. Et je suis un peu polie quand même: j'ai proposé les deux chocolats au macha restants aux autres participants avant de les engloutir avec ma voisine d'en face.

Donc c'était vraiment un super moment...

Merci beaucoup.

Cordialement.

Marie

Article paru le 16/02/2016

Enseigner l'ikebana, en France, auprès de Français

  • Akiko Gishi

En France depuis 2004, cofondatrice de l’Atelier Mizuki de Paris et enseignante d’ikebana


Akiko vase rond.jpg
J’ai fondé l’Atelier Mizuki de Paris il y a 12 ans (en 2004) et, depuis, j’enseigne à des Français.

Y-a-t-il une différence entre enseigner à des Japonais et à des Français ? Oui, c’est différent avec les Français : ils ont besoin de comprendre pour faire, quand les Japonais ont besoin de faire pour comprendre. Pour les Japonais, la théorie vient après la pratique. On essaye de sentir d’abord, en faisant, puis la théorie et les explications viennent après.

La plupart des Français ne sont pas capable de sentir ; ils ont donc besoin de la théorie en premier : ils ont d’abord besoin de comprendre avant de faire et pour faire. Je commence donc généralement mes cours en leur donnant un maximum d’explications avant de pratiquer. Mais parfois, je sens aussi que certaines personnes françaises peuvent sentir les choses. Dans ce cas, je leur propose d’abord de faire avant d’expliquer.

Les professeurs japonais ne sont généralement pas trop pédagogiques : ils montrent d’abord puis leurs élèves réfléchissent ensuite et essaye de comprendre par eux-mêmes pourquoi leur maître a fait comme-ci ou comme ça, avant de faire à leur tour. C’est adapté à la culture japonaise.

En fait, indépendamment de la nationalité, les personnes qui comprennent l’ikebana sont toutes capables de sentir d’abord les choses, sans avoir forcément besoin d’explication. Par exemple, une de mes élèves, Jacqueline, faisait du yoga avant de pratiquer l’ikebana. Maintenant, elle fait de l’ikebana en place du yoga : elle sent d’abord puis elle voit après et fait.

Pourquoi ? Les gens « bons », ils savent faire sans forcément besoin d’explication. Donc, la pédagogie japonaise est bien adaptée pour eux. Par contre, les forts en blabla, certes ils peuvent raconter et beaucoup expliquer, mais il n’y a rien. Dans leurs ikebanas, il n’y a rien…

C’est difficile à expliquer ce que ça veut dire « il n’y a rien »… C’est au niveau de l’esprit de l’ikebana ; il n’y a pas de cœur. Le cœur, c’est un peu la simplicité, le dépouillement… Leurs ikebanas ne sont pas dépouillés et ils ont aussi tendance à souvent changer. Changer dans leurs réalisations… Chez ces gens quand il n’y a rien, je ne sens rien…. Je le sens mais je ne peux pas l’expliquer. Je n’ai pas assez de vocabulaire en français pour l’expliquer…

Ca m’énerve les gens qui parlent trop. C’est certes une question de culture et pourtant il a des gens qui ne sont pas comme ça parmi les Français. Ce sont généralement des gens simples. D’ailleurs, en vieillissant, on accorde plus d’importance aux choses simples, ont tend vers le plus de simplicité.

Ca me fait plaisir d’enseigner aux Français. C’est l’occasion de pleins de découvertes. Je découvre la beauté de la simplicité avec des élèves français, chose dont je ne me rendrais pas compte si je vivais au Japon et que j’enseignais à des Japonais. Car il n’y en a pas beaucoup ici, en France, de la simplicité et des gens attirés par ce qui est simple, et donc c’est précieux !

J’aime bien rencontrer des personnes qui pensent comme moi, au sens où elles apprécient ce que j’aime. Dans le fait de donner des cours, c’est ce que j’apprécie le plus, de partager avec les élèves : ils t’apportent, ils réalisent d’autres compositions, les gens apprécient ce que je propose. Quand je leur propose une composition ou quand je vois leurs compositions, on discute, on échange sur tel ou tel aspect des compositions, telle ou telle proposition, …, et les gens apprécient cela, tout comme je l’apprécie également.

Transmettre, j’aime bien. J’apprécie beaucoup le partage. Ce n’était pas comme cela avec mon maître. Il n’y avait pas ce même type de partage, ce n’était pas pareil. Je ne me rappelle pas que cela se passait comme ça ; ce n’était pas pareil, pas la même situation, pas la même approche.

Article paru le 23/02/2016

Deux concepts importants de la culture japonaise "Honne et Tatemae"

  • Keishi (59 ans - En France depuis 30 ans)

昨年、メールで受け取った文章を何度か読みました。(http://www.quartier-japon.fr/wiki/index.php/Nos_diff%C3%A9rences#Culture_et_langue_japonaises_:_.22ura.22_et_.22omote.22) 重要な点について書かれていると思います。 裏と表、ほかの言い方だと本音(ほんね)と建前(たてまえ)ですね。 本音(ほんね)と建前(たてまえ)は、本当と嘘(うそ)が様式化(ようしきか)されたものです。

(挿入 : 様式化されたために、「本当」と「嘘」という日常言語以外に「本音」と「建前」と言う様式化された言葉があるのです。 本当と嘘について話すとき、私たちが道徳のことを思い浮かべているのがわかります。 しかし、本音と建前について話すときは、むしろ社会的な規則のことを考えています。 裏と表についてですが、私の考えでは、様式化されるまでには至(いた)っていません。 それらは、物事(ものごと)の二面(にめん)を表しています。 例えば、社会の裏表とかある人の裏表とかです。)


日本人の場合は、直接いわないで、間接的(かんせつてき)にとなるので気持ちがその分(ぶん)歪(ゆが)みます。 盆栽(ぼんさい)のような歪(ゆが)んだものになるのです。 でも、盆栽が美しいように建前の表現も美しいものになります。 それは、様式化されているからです。

能、歌舞などにも様式化された美(び)があります。建前(たてまえ)は、謙譲語(けんじょうご)にはっきり表れています。 謙譲語は、自分を低く見せます。 直接的な自己評価(じこひょうか)とは異なることをいいます。 ですから、歪(ゆが)んだ表現です。 でも、美しいのです。それは、様式化されているからです。 贈り物(プレゼント)の話は、重要な点です。 これも、直接を避(さ)けるわけですね。 直接の感情が表現されるのをしないわけです。 どうしてか?ここが興味深い点です。 次回、一緒に考えましょう。


J’ai lu à plusieurs reprises les phrases de ton courriel de l’an passé (envoyé en décembre)(http://www.quartier-japon.fr/wiki/index.php/Nos_diff%C3%A9rences#Culture_et_langue_japonaises_:_.22ura.22_et_.22omote.22). Je pense que tu as écrit à propos des points les plus importants. « Le recto et le devant », tels que tu les désignes, on peut également les dénommer « le fond de sa pensée (ou les vrais sentiments) et les faux semblants ». Le fond de sa pensée et les faux semblants sont une stylisation des deux concepts que sont la vérité et le mensonge.

(insertion : Les termes stylisés « Honné - le fond de sa pensée » et « Tatemaé - les faux semblants » ont été inventés du fait que les notions de « vérité » et de « mensonge » se sont retrouvées transformées en un style élevé (de niveau de langue japonaise) dans la conversation quotidienne. En effet, quand on parle de « la vérité et du mensonge », on sent qu’on est dans des termes ayant à voir avec la morale alors que quand on parle de « Honné et de Tatemaé », on est plutôt dans une référence à une règle sociale à laquelle on se plie.

Quant aux termes « Le recto et le devant », à mon avis, ils ne sont pas parvenus à accéder à une stylisation et représentent seulement les deux faces d’une même chose : le recto et le devant de la société, le recto et le devant d’une personne.)


Dans le cas des Japonais, les choses ne sont pas dites directement et il y a une distorsion avec les sentiments, qui sont donc transmis indirectement. Une déformation (au sein freudien renvoyant au mécanisme de déformation des contenus des rêves aboutissant à un message dont le sens est masqué) qui intervient aussi dans l’expression en quelque sorte ; tout comme le bonsai est une création, complexe, de déformation de l’arbre à l’état naturel. Tout comme le bonsai, le faux semblant se manifeste sous la forme d’une belle expression, qui est agréable à regarder. C’est en cela, la stylisation. On peut trouver la même beauté stylisée dans le théâtre Noh et le Kabuki.

(*Insertion : à mon avis, de mêmes forces latentes agissent sur les japonais ou sur le Japon au sens où elles les poussent à réaliser des choses stylisées.)

Les faux semblants sont clairement exprimés par l’emploi d’un niveau japonais d’humilité (kenjôgo). Par l’emploi de ce niveau de japonais humble, on se montre soi-même comme quelqu’un de humble. Tout en s’étant auto-évalué, on se montre sous un angle de sous-estimation de soi-même. C’est une expression de la distorsion. Mais c’est beau. Cela a été stylisé.

Si on parle des cadeaux que l’on offre, c’est un point important. Dans ce domaine, on évite que ce soit direct, n’est-ce pas ? (en effet, la personne qui reçoit un cadeau ne le déballe pas devant la personne qui le lui a offert, mais après son départ) Pour ne pas avoir à exprimer directement sa réaction (face à celui qui vous offre le cadeau, face à la réaction de celui qui le reçoit, dans le cas de la personne qui offre le cadeau). Pourquoi ? C’est un point très intéressant. La prochaine fois, nous réfléchirons ensemble sur ce point.


Article paru le 08/03/2016


Mes impressions à propos des ateliers de présentation des thés japonais animés chez Quartier Japon.

  • Misako (53 ans - En France depuis 2007)

Traduction : Stéphane - Remerciement à l'amie de Misako pour sa relecture et ses corrections.

Misako.png
Je vis en France depuis 2007.

Avant, j’ai toujours vécu au Japon à part une année d’études passée à Berlin.

Lorsque j’habitais au Japon, le thé japonais, n’était pour moi que quelque chose de normal, d’habituel. Mais depuis que j’habite ici, en France, ce « quelque chose qui va de soi » est devenu pour moi « quelque chose de spécial ».

De la même manière que pour les Français, le vin est nécessaire et indispensable, le thé vert japonais est pour nous les Japonais une évidence dont personne ou presque ne peut se passer. Bien sûr, les temps changent et il y a malheureusement aujourd’hui des Japonais qui peuvent s’en passer sans difficulté.

Il y a quelques années la cuisine japonaise a été inscrite au « patrimoine mondial de l’humanité ». Elle est bonne pour la santé, belle à voir, et cela me semble normal qu’elle soit ainsi appréciée, mais le thé japonais qui l’a toujours accompagnée ne reçoit pas l’attention qu’il mérite.

Toutefois, ces derniers temps, j’ai le sentiment que l’intérêt pour le thé japonais grandit progressivement. Le thé comprend différents composants reconnus comme étant bons pour la beauté et pour la santé, mais je crois que c’est son goût qui lui vaut cette nouvelle popularité. Je souhaite faire connaître en France les délices du thé japonais, afin que même ici, il soit un moment de détente. Pour cela, j’enseigne la bonne façon de le préparer et de de le boire, et aussi comment on peut l’utiliser dans différentes préparations culinaires, sucrées et salées.

Lorsque j’explique que je suis « instructrice pour le thé japonais », on me demande presque immanquablement si cela a un rapport avec la cérémonie du thé. Cela n’arrive pas seulement qu’en France ; même au Japon, c’est fréquent.

C’est que le thé est au Japon une boisson on ne peut plus banal et que l’on a du mal à imaginer qu’il y ait des choses à apprendre à son sujet. Au Japon, on peut boire du thé facilement partout, à n’importe quel moment de la nuit et de la journée. Si l’on en demande au restaurant, on vous en sert gratuitement. Dans les restaurants de niveau supérieur, on ne vous servira pas le même thé avant le repas qu’après le repas ‒ cela encore, sans rien vous faire payer. Voilà pourquoi les Japonais continuent à en boire sans y prêter attention, quotidiennement, en le préparant de la même manière qu’autrefois, sans se préoccuper de son type. Sans même non plus comprendre qu’en réalité il existe une grande variété de thés et que c’est bien meilleur, et encore plus agréable lorsqu’on sait ce qu’on boit et qu’on le prépare de la manière appropriée.

C’est ce que je faisais moi aussi avant de vivre en France. Mais quand j’ai quitté le Japon, j’ai remarqué que le thé que je préparais n’avait pas du tout le même goût, la même odeur. Je me suis demandée pourquoi, j’ai commencé à m’informer, et j’ai découvert énormément de choses. Cela a fait grandir encore mon intérêt, j’ai continué à étudier, et j’ai fini par obtenir le diplôme d’instructrice du thé vert japonais.


J’ai eu le plaisir d’organiser deux ateliers de présentation des thés japonais chez Quartier Japon. (il y aurait dû en avoir un troisième, en novembre mais il a été annulé du fait des attentats.) Ces ateliers sont pour moi un très bon moment, je les attends avec impatience.

Les personnes qui s’intéressent au thé japonais sont, en général, des personnes qui s’intéressent déjà au Japon. Celles qui viennent chez Quartier Japon connaissent déjà beaucoup de choses sur le Japon et parmi elles, nombreuses sont celles qui ont envie d’en savoir plus, d’approfondir leurs connaissances. Elles ont une qualité d’écoute remarquable, elles posent des questions tellement pointues que cela crée de la tension chez moi. Sans doute parce que je m’y suis un peu habituée, ce silence studieux des ateliers me plaît à présent, et je les fais en espérant transmettre un peu du Japon qui est en moi.

Stéphane, vous le savez certainement, mais au début, je m’inquiétais vraiment de savoir si j’allais être capable de bien transmettre, en français, toutes ces informations autour des thés japonais. En japonais, je suis capable de bien expliquer tout ce qu’est le thé japonais, mais je suis limitée dans le cas du français. Ce problème reste toujours présent mais récemment, j’ai enfin compris que de donner les explications en français, ce n’est finalement pas le plus important. (C’est ce que vous m’aviez dit, Stéphane, au début.) Ce qui relève de mes compétences, c’est seulement préparer les ateliers en y mettant tout mon cœur, préparer les thés japonais et expliquer au mieux avec mon pauvre français.

A la fin des ateliers, plusieurs participants viennent me dire « Pendant l’atelier, je me suis souvenu quand j’étais en voyage au Japon » ou « Les thés japonais, je pensais bien connaître le sujet, mais aujourd’hui, j’ai découvert plusieurs nouvelles choses. » S’il en est ainsi, mon bonheur est complet.


Le mois dernier, j’ai aidé le JETRO ‒ Paris à organiser l’enquête « le thé vert japonais en France ». Pour cette occasion, nous avons utilisé, à deux reprises, la grande salle de Quartier Japon et grâce aux efforts de Stéphane, nombreux ont été les participants que nous avons reçus. (Il semble d’ailleurs que ce type d’enquête n’avait jamais été organisé à l’étranger.)

Pourquoi cette enquête a-t-elle été organisée ? Pour répondre à plusieurs interrogations : le thé vert japonais préparé avec de l’eau du robinet française ne nous paraît pas bon, à nous les Japonais, mais qu’en pensent les Français ? Le thé vert est très tendance aujourd’hui ici, mais principalement sous forme de thé aromatisé ‒ que penseraient les Français du thé vert tel qu’on le boit et tel qu’on l’apprécie au Japon? Si les Français le trouvent bon, quels sont les variétés qu’ils apprécient ?

Tels étaient les objectifs de cette enquête qui voulait produire des données à analyser et en tirer des conclusions.

Le JETRO souhaitait avoir un échantillon d’au moins 50 personnes, mais j’ai appris qu’en seulement quelques jours, grâce à l’efficacité de Stéphane, 60 personnes s’était inscrites. Mme Onishi du Jetro - Paris et moi-même, nous en avons été surprises. Nous en aurions presque poussé un cri de joie !

Au final, du fait de problèmes de trains et du mauvais temps, il y a eu un peu moins de participants que d’inscrits ‒ mais cependant 57 personnes sont venues, ce qui était déjà plus que notre objectif. Nous avons mené cette enquête également ailleurs que chez Quartier Japon et nous avons pu, au final, dépasser nos prévisions en termes de données récoltées.

L’enquête portait sur quatre différents thés et un thé infusé à froid, que nous avons proposés pour la dégustation. Chacun des participants a participé sérieusement et cela nous a beaucoup aidées (certains participants ont particulièrement apprécié les pâtisseries japonaises servies entre les différents thés). Après chaque dégustation, il était demandé à chaque participant de nous indiquer ses impressions concernant le thé qu’il venait de déguster et nous avons ainsi recueilli les impressions de chacun. Les résultats de cette enquête seront bientôt présentés, mais d’ores et déjà nous sommes très heureusement impressionnées qu’autant de personnes aient été aussi intéressées par les thés japonais.

Je pense en effet que l’avenir du thé japonais dépend de ce qu’il sera facile ou non d’y avoir accès.

Je rêve de faire découvrir et re-découvrir les thés japonais aux Français qui aiment le Japon, ceux de Quartier Japon comme de d’autres lieux en France, ou encore aux Français qui n’aiment pas encore le Japon.


Quartier Japon での活動を通して感じたこと。 2007年からフランスで暮らしています。それ以前は1年間のベルリン留学以外は日本で暮らしていました。 日本に住んでいる頃、日本茶は私にとって『普通』の『当たり前のもの』でしかなかったのです。 でも、こちらに住むようになり、『当たり前のもの』は『特別なもの』に変わりました。

フランス人にとってワインが必要不可欠のように、私たち日本人にとって日本茶は『在って当然』というくらい無くてはならないものです。 もちろん時代が変わり、『無くても問題ない』と思う人も残念ながら最近増えているようですが。 先年『和食』は “世界遺産” に登録されました。 健康にも良く、眼にも美しくおいしい和食がそれだけの評価を受けるのは当然だと思いますが、いつもその横にあった日本茶はそれ程注目されていません。

しかし最近、じわじわと関心が高まって来ているように感じます。美容や健康に良いといわれる様々な成分が含まれていることもありますが、何より味の良さが支持されているのでしょう。 日本から遠く離れたフランスで『日本茶でほっと一息』という時間を持っていただけるよう、 おいしく淹れる コツ や、スイーツ・料理のアクセントとして食べてもおいしい日本茶の魅力を紹介しています。

『日本茶インストラクターです』というと必ずと言っていいほど『それは茶道(cérémonie du thé)の関係ですね』と言われます。 これはフランスだけの反応ではなく、日本でもそういう反応が少なからずあります。

というのは、日本ではお茶があまりにもありきたりの飲み物だと思われていて、今更お茶について特別学ぶべきこともないだろうと考えられているからです。 日本にいれば、お茶はいつでもどこでも簡単に飲むことが出来ますし、レストランで『お茶下さい』と言うと、タダで運んでくれます。 ちょっと高級な料理店だと、食前と食後にそれぞれ違った種類のお茶を持って来てくれたりもします。 (もちろんサービスで) そういう状態ですから、日本人は今まで特に注目もせず、何種類かのお茶を昔からやっているやり方で毎日飲んで来たのです。 実際はものすごく多くの種類があり、それぞれの特徴を知った上でそのお茶に適した淹れ方をした方がずっとおいしいし、楽しみ方も広がるにもかかわらず。

実は私もフランスで暮らす前はそうでした。 でも日本を離れ、水質の違う欧州で日本茶を淹れると全く味や香りが違い、『なぜ?』と思って勉強を始めると驚くほど色々なことがわかります。 そうするとますます興味も湧いて、さらに勉強して、とうとうインストラクターにまでなってしまいました。


カルチエ・ジャポンで二度アトリエを開催致しました。 (3回だったはずが11月のテロで一度中止)ここでのアトリエは、とても楽しくいつもワクワクします。

日本茶に興味がある人は、既に日本に興味を持っている人がほとんどだと思いますが、特にここの方たちは日本のことを大変よくご存知で、さらなる探求心・向上心の強い人が多いと思います。 ですから説明をする時も、みなさん真剣に熱心に聞いてくれます。こちらが緊張するくらい真面目に聞いてくださいます。 私も少し慣れたのか、最近はその真剣さが生み出す静寂が心地よく、自分の中の『日本』を少しでもアトリエの中で伝えられたら、と思ってやっています。

ステファンさんはご存知ですが、フランス語でうまく日本茶のことを伝えることが出来るか、最初はとても心配でした。 日本語で日本茶のことは十分説明出来ても、フランス語ではまだまだ限界があります。 この問題は今でも残っていますが、最近やっとフランス語で説明することが一番大事なことではない、ということがわかりました。 (これはステファンさんも最初にそう言って下さいました。) 私が出来ることは心を込めて準備をし、お茶を淹れ、拙いフランス語でも精一杯説明をすることだけなのです。

アトリエのあと『日本を旅行していた時のことを思い出した』とか『日本茶のことは専門的に知っていると思っていたけれど、今日新しい発見がいくつもあった』なんて伝えに来て下さる方が幾人もおられました。 本当にそうであれば、私にとってこんな幸せなことはありません。


先月はJETROパリ主催の『フランスにおける緑茶に関する調査』のお手伝いをしました。カルチエ・ジャポンでも2日間会場を借り、ステファンさんの協力のもと多くの人に参加してもらいました。 (この種の調査が海外で行われたのは、おそらく初めてものではないかと思います。) なぜ、こんな調査をやったかというと、日本で飲む緑茶を知っている私たち(日本人)は、こちらの水道水で淹れた日本茶をおいしいと感じないけれど、実際フランス人たちはどう感じているのだろう? また、フランスで流行っている『thé vert』は、緑茶ベースのフレーバーティが主流だけど、彼らが日本人の飲むお茶を飲んでおいしいと感じるのだろうか、などの疑問があったからです。

もしそうであれば、どんなタイプの日本茶が好きなのか、一度アンケートをやって統計をとってみよう、ということになりました。

当初、少なくとも50人のアンケ―トは必要だ、と話しましたが、有能なステファンさんのおかげで、呼びかけを始めてほんの数日で60人の申込みがあったと聞きました。 これにはJETROパリの大西さんも私もビックリしてしまいました。嬉しい悲鳴、というのはこんな感じなのでしょうね。 当日、電車のダイヤの乱れや天候などで申込み数には達しませんでしたが、それでも目標以上の 57人のアンケートを実施することが出来ました。 このアンケートはカルチエ・ジャポン以外でも実施しましたので、総計としては予想以上のデーターが集まりました。

アンケートは4種類+水出し茶、という5種類のお茶を試飲してもらいましたが、みなさん本当に真剣に取り組んで下さっているのが良く伝わって来ました。 (中には“お茶請け”に出したお菓子を大変気に入って下さった方もいました。)試飲後、自分たちの飲んだお茶について色々な意見を伝えてもらえたのはとてもありがたく、参考になりました。 この結果の集計はそろそろ出ますが、こんなに多くの方が日本茶に少なからず興味を持っておられる、ということがわかったのは大変喜ばしい驚きでした。 日本茶の将来は私たちのアクセス次第だと思っています。

これからもカルチエ・ジャポンやフランス各地で日本を愛するフランス人たちと、あるいはまだそうでないフランス人たちとも一緒に日本茶の(再)発見をしていければ、と夢見ています。



Article paru le 07/04/2016


Les arts martiaux : "Sports de combat" ou "Budô" ?

La langue japonaise, c'est comme la pratique d'un art martial ou de toute autre pratique artistique et culturelle : il faut s'y tenir, persévérer, de pas lâcher prise et espérer un jour que l'on s'améliorera. D'un coup de baguette magique, on ne devient ni polyglotte ni maître de karaté ou de calligraphie...

En notons des points communs parmi les élèves des cours de japonais et les pratiquants d'arts martiaux d'un dôjô ami, nous avons entamé une réflexion, afin de pouvoir nous aider mutuellement et ainsi mieux soutenir nos élèves respectifs dans leurs apprentissages respectifs.

  • Masako (50 ans, en France depuis 1991)
Budô
Effectivement, nombreuses sont les personnes qui considèrent le karaté comme étant un sport de combat, alors qu’au Japon, c’est un art martial, parmi les autres formes d’arts martiaux, qui est apparu dans l’île d’Okinawa. Moi-même, lorsque j’étais enfant (au Japon), tous les jours, je m’entraînais au kendo. Désormais, j’apprends la Voie du Bâton (Jodo) et ces deux disciplines font partie des arts martiaux. Les guerriers samouraïs d’autrefois ont inventé ces disciplines, qui sont liées à l’esprit du samouraï.

Jacques se dévoue au Karaté en considérant cette discipline comme un art martial (sinon il n’aurait pas pu accéder jusqu’au 8e dan), mais les jeunes français qui viennent apprendre le Karaté sans bien réfléchir souhaitent pratiquer un sport de combat. Il y a une grande différence du point de vue.

Au Japon, tout le monde sait que le karaté est un des arts martiaux. Aussi, les personnes qui souhaitent pratiquer un sport de combat se tournent plutôt vers la boxe ou vers la lutte. Dans mon cas, la règle familiale d’apprendre le Kendo. Mon grand-père avait ainsi commencé à me donner des cours quand j’avais 6 ans. A cette époque, je n’ai pas aimé et j’ai abandonné tout de suite. Par contre, à la rentrée au collège, je me suis inscrite au club de kendo puis j’en ai fait presque chaque jour pendant les 4 années suivante. Pour cette raison, même si j’explique ma propre conception des arts martiaux, je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de Français qui puissent comprendre. Au lycée, les garçons ont des cours de « Kakugi », des arts martiaux orientés vers le combat (NB : l’aïkido, l’iaido sont des arts martiaux japonais, mais on ne fait pas le combat), (les filles avaient des cours d’enseignement ménager) et devaient faire du judô ou du kendô.

Pour les Japonais, on ne peut pas dire que les arts martiaux soient quelque chose de proche, mais ce n’est pas davantage quelque chose que les Japonais ignorent complètement. Les Japonais qui souhaitent se lancer dans la pratique des arts martiaux connaissent plus ou moins ce que c’est. Par comparaison, c’est difficile de faire comprendre les arts martiaux japonais aux jeunes français qui ne connaissent rien des arts martiaux. A moins que la personne connaisse assez bien la culture japonaise ou que la personne ait déjà appris les arts martiaux avec un maître japonais, c’est difficile de comprendre l’esprit de l’art martial. Je trouve que c’est un souci commun chez les maîtres français qui enseignent les arts martiaux en France. Je proposerai à Jaques de parler avec un grand maître de Jodo.


確かに空手を格闘技(sport de combat)だと考えている人は多いのですが、実際は日本の武道(art martial)の一つで、沖縄の人が作り出した武道です。

私自身は子供の頃に剣道の練習を毎日していましたし、今は杖道(じょうどう)を習っていますが、どちらも武道です。ですから、昔の武士が作り出したもので、武士の精神と結びついています。

ジャックさんは、空手を武道だと考えて精進しているのでしょうが(でないと八段までいけません)、軽い気持ちで空手を習いに来るフランス人の若者は格闘技がしたいので、ここで考え方に大きな差があります。

日 本だと、みんな空手が武道の一種だとわかっているので、格闘技をしたい人はだいたいボクシングやレスリングをやると思います。私の場合は、「剣道を習う」 ということが家の決まりのようになっていたので、6歳の時に祖父から少し教わりました。その時はいやだったので、すぐにやめましたが、中学校の時に剣道部 に入部して、それから4年間はほぼ毎日、剣道をやっていました。

だから、私の武道に対する考えを書いても、あまりフランス人には理解してもらえないかと思います。高校では「格技」という授業が男子にはあって(その時間、女子は「家庭科」の授業をします)、柔道か剣道をしなければなりません。 日 本人にとって、武道は身近とは言えなくても、まったく知らないものではないので、武道をやりたいという人は、それなりに武道がどのようなものか多少はわ かった状態で始めます。ですから、フランス人の何もわかっていない若者にどのように武道を知ってもらえばいいかというのは難しい問題です。

ある程度、日本文化に精通した人、あるいは実際に日本人の先生に武道を習ったという人でないと、なかなか武道の精神はわかりにくいです。 これはフランスで武道を教えるフランス人の先生に共通した悩みだと思うので、ジャックさんに杖道のえらい先生と話をしてみたらどうかと提案してみます。


  • Keishi (59 ans - En France depuis 30 ans)
Budo.jpg
Tout d’abord précisons les termes. En japonais, il y a deux mots pour désigner les arts martiaux, « kakutogi » et « Budô ». Dans le premier, « Kakutogi », que l’on peut traduire par « sports de combat », la notion de querelle, de dispute est forte. L’idée de « il est bien de se quereller » est présente dans ce mot, tout comme l’injonction « il faut gagner ». C’est cette idée-là.

Selon les écoles, le karaté est considéré comme un sport de combat. Dans la boxe, comme le fait de gagner est important, c’est donc un sport de combat.

Mais comme l’idée d’évolution est importante à travers ce que tu as écrit Stéphane (en effet, dans le courriel envoyé à Keishi pour solliciter son avis, j’avais indiqué que la pratique des arts martiaux implique l’idée d’une recherche d’évolution et de chercher à s’améliorer), il s’agit davantage de « Budô », plutôt que de « Kakutogi ». On le retrouve dans les disciplines suivantes : le karaté, l’aïkido, le judo, le kendo, le kyudo (l’archerie japonaise).

Le « Budô » est un chemin de formation de la personnalité du pratiquant. Il ne s’agit pas uniquement de penser à gagner et à être fort. Les Occidentaux ne comprennent pas bien cela.

Dans le « Budô », il ne faut pas se réjouir si l’on gagne. Ce serait insulter son partenaire-adversaire. Même si l’on gagne, on continue de respecter son partenaire. C’est cela, la voie du « Budô ». Dans un match, si gagner est important pour le pratiquant, cela signifie qu’il est encore vert, immature psychologiquement. Plutôt, l’objectif du « Budô » c’est de devenir adulte, psychologiquement.

Les Occidentaux ont tendance à comprendre, par la pensée, que le corps et l’esprit sont séparés, donc ils ne comprennent pas l’essence des arts martiaux.

Si on commence à considérer le corps et l’esprit comme étant une seule chose, alors, on commence à comprendre l’essence des arts martiaux. Les mouvements du corps et la croissance psychologique sont liés.

Pendant la coupe du monde de football, on a beaucoup loué les supporters japonais après les matchs. C’était le cas lors de la dernière coupe du monde de football au Brésil, parce que ces supporters japonais ont ramassé leurs déchets et les ont mis dans leur sac poubelle et sont repartis avec. C’est ce qu’ont noté les personnes brésiliennes en charge du nettoyage des sites. L’équipe du Japon a joué trois matchs, qu’elle a tous perdus. Malgré cela, ses supporters sont repartis après avoir ramassé et jeté leurs déchets. Leur état d’esprit n’est pas lié au fait de gagner ou de perdre. Il en va de même concernant l’état d’esprit des arts martiaux.

Lorsque j’étais collégien, j’ai pratiqué le kendo. J’étais capitaine de l’équipe. Je vais réfléchir à cette expérience.


まず、言葉の確認をしましょう。格闘技(かくとうぎ)と武道(ぶどう)という二つの言葉があります。格闘技は、喧嘩(けんか)的な意味が強いのです。喧嘩は強ければいいのです。勝てばいいのです。そういう考えです。空手も流派(りゅうは)によって、格闘技になります。ボクシングは勝てばいいという発想なので、格闘技です。

でも、ポミくんがいいたいのは、「精神」を大切にする武道(ぶどう)だと思います。空手、合気道、柔道、剣道、弓道とかです。

人格をどう創るかが、武道の道です。勝つこと、強いことを考えるだけではダメです。これが、欧米人がよくわからないところだと思います。 武道では、勝っても喜んではいけません。相手を侮辱(ぶじょく)することになるからです。勝っても相手に敬意(けいい)を保つ(たもつ)ことが、武道の道です。勝負に勝つことにこだわっているうちは、精神的に未熟(みじゅく)ということになります。 精神的に大人になることが目的なのです。欧米人は心身(しんしん)を分けて考える傾向(けいこう)があるので、武道の本質(ほんしつ)がわからないのです。 心身がひとつと考えられるようになれば、武道の本質がわかったことになるのです。体の動きと精神の成長は、一緒(いっしょ)なのです。

サッカーのワールドカップで、試合後(しあい ご)の日本人のサポーターがよく褒(ほ)められたことがあります。前回のブラジルでのサッカーのワールドカップがそうでした。日本人のサポーターは、きちんと自分たちの出したゴミを拾って(ひろって)帰ったのです。それをブラジル人の清掃(せいそう)する人たちなどに評価(ひょうか)されたのです。日本のチームは三試合(さん しあい)すべて負けました。でも、ゴミを拾って帰ったのです。これが、勝ち負けにこだわらない精神です。これも武道の精神と同じです。

中学生のとき、剣道をしていました。主将(しゅしょう)でした。これについては、考えておきます。


Le kendô, lorsque j’étais collégien.

Kendô
Au Japon, au sein des écoles, la plupart des activités de clubs sont celles de clubs organisés par l’école elle-même.

Ces clubs se tiennent après les cours. Il y a de nombreuses heures d’éducation physique à l’école et l’ensemble des élèves pratiquent différents sports. A l’époque quand j’étais collégien (dans les années 1970), personne ne pratiquait de sport au sein de club en-dehors de l’école. Les enseignants de l’école étaient conseillers au sein des clubs.

Dans mon cas, c’était le professeur d’anglais. Il avait un caractère excentrique et j’aimais sa façon de penser, mais il ne pratiquait malheureusement pas le kendô. La personne qui nous avait enseigné le kendô était un directeur d’école à la retraite. De temps en temps seulement, il enseignait dans un centre communautaire.

Quand je suis entré au collège, je me suis demandé si j’allais ou non continuer le baseball que je pratiquais à l’école primaire. Le baseball, c’était amusant, mais j’ai choisi le kendô, pour devenir plus fort. Devenir plus fort, cela voulait dire devenir plus fort pour la bagarre. Lorsque j’étais jeune, pourquoi admirais-je la force ?

Quand j’ai commencé le kendô, j’ai remarqué que dans le kendô, il n’y avait pas de sentiment d’exaltation lorsque l’on inscrit un point, contrairement aux sports de ballon, comme le hand-ball, le basket ball, le football… Pendant un match, lorsque l’on avait touché un endroit du corps que l’on avait choisi d’atteindre, comme le visage, l’avant-bras ou encore le torse, je ne savais pas comment apprécier cette sensation qui était la mienne, comme une sorte de sensation de joie. Lorsque l’on pratique le kendô, le sentiment de joie apparaît peu à peu.

Je n’ai pas été satisfait de cette sensation vague de joie et j’ai donc arrêté le kendô au bout de 3 années de pratique, à l’époque du collège. La 3ème année, je suis devenu capitaine et j’ai appris la difficulté inhérente à l’animation de condisciples ainsi que des élèves plus jeunes sous mon autorité.

Maintenant, je sais d’où provient la sensation de joie, que j’avais ressentie, lorsque j’étais collégien, qui n’était pas la joie habituelle. (Cette sensation de joie n’est pas la joie d’exaltation. Pour moi, c’était une joie inconnue, comme une joie nouvelle, mais je ne savais pas dans quelle catégorie de joie la classer.) Je pense que c’est une sensation qui naît d’un mélange provenant à la fois du corps et du mental. L’esprit du kendô est imprégné du sens de l’étiquette et de la bienséance. Dans le football ou les autres sports de ballon, ressentir de la joie lorsque l’on marque un point, je trouve que c’est une émotion primitive. C’est proche du sentiment primitif qui est éprouvé lorsque l’on tire un oiseau à la chasse. Pour cette raison, ce n’est qu’un sentiment fugitif de joie qui apparaît sur les visages des joueurs de football.

Le kendô est en quelque sorte un rituel de la vie, pour apporter la quiétude au cœur - esprit unifié. Parmi les deux protagonistes, lequel des deux est le plus fort, dans le kendô, c’est secondaire. Le plus important, c’est de se connaître soi-même. Se connaître soi-même, c’est savoir comment mon partenaire, lui-même, me voit. Se connaître soi-même, pour les Êtres Humains, cela signifie pouvoir découvrir comment se conduire idéalement. Au-delà de vivre, le plus important, c’est de se connaître soi-même.

Ainsi, son meilleur ennemi, ce n’est pas son adversaire, c’est plutôt soi-même. Parce que ce qui empêche de se connaitre soi-même n’est rien d’autre que soi-même. Mais pour s’en apercevoir, mon esprit d’alors était immature. Je me disais que ce serait bien s’il y avait un maître qui pouvait nous parler de l’esprit du kendô.

Je pense que tout simplement, je n’étais alors pas en mesure de comprendre ce que ce directeur d’école retraité m’aurait raconté.


中学生のときの剣道

日本では、学校内でのクラブ活動が中心です。 これは学校の授業のあとにやります。 学校の体育の授業もたくさんあり、様々なスポーツをすべての生徒がします。 私が中学生の時代には(1970年代)、学校外でクラブに入り、スポーツをしている人はいませんでした。 学校の先生がクラブの顧問となります。

私の場合は、英語の先生でした。 彼は変わった人で、私はこの先生の考え方が好きでしたが、残念ながら剣道ができたわけではありませんでした。 剣道を教えてくれたのは、別の学校の引退していた校長先生でした。 ただ、残念ながら、ときどき公民館で教えてくれただけでした。 中学生になったときに、小学生の時にやっていたベースボールを中学で続けるかどうか迷いました。 ベースボールはとても面白いのですが、強くなるために剣道を選びました。 この強くなるためには、というのは、喧嘩が強いというような意味です。 若いころは、どうしてもこの強さに憧れます。

剣道をやり始めて気づいたのは、剣道は野球やバスケットボールやサッカーなどの球技が持っている、点を入れたときの爽快な気分はないということです。 剣道の試合で、面や小手や胴などの技を決めたときも、どこかはっきりした嬉しさがないのです。 剣道をしていて感じるのは、「じわじわ」とやって来る喜びです。 この曖昧な喜びに満足できずに、中学時代の三年間だけやってやめてしまいました。 三年生のときは、主将をしていたので、同級生や後輩を指導する難しさも、学びました。

今なら、この中学生のときに感じていた、はっきりしない喜びがどこから来るかわかります。 これは精神と身体が混じったところから来る感覚だと思います。 剣道の精神には礼儀作法が入り込んでいます。 サッカーなどの球技で点を決めたときの喜びは、原始的な感情だと思います。 狩猟で、鳥を射止めたときの原始的な感覚に近いと思います。 だから、サッカー選手の喜びは単純な表現になって表れます。

武道には精神を統一して心に静けさを与える儀式性があります。 どちらが強いか、というのは剣道では二次的なことです。 一番重要なのは、自分を知ることです。 自分を知るというのは、どう相手が自分を見ているかを知ることでもあります。 自分を知ることで人間として、どう自分がふるまうのが最適かを発見することができます。 生きる上で重要なのは、この自分自身を知ることです。

したがって、最大の敵は、相手ではなく、自分自身ということになります。 自分がどうあるのかを知ろうとするのを、邪魔するのも自分自身だからです。 こういうことに気づくには、私の精神は未熟でした。 剣道の本質を経験的に語れる先生がいたら、とも思いました。 おそらく、退職した校長先生の言葉を聞くだけの力が、当時の私になかった、というのが本当だと思います。


Article paru le 26/04/2016 et le 11/12/2017

Le manga, le monde virtuel et la réalité ?

  • Keishi (59 ans - En France depuis 30 ans) et Stéphane

Lors de notre rencontre du 20/01/ 2017, Keishi m’a posé la question suivante : « Les enfants français qui lisent des mangas sont nombreux. Quels sont les effets de ces lectures sur les enfants ? »

Manga.jpg
_ Les enfants français lisent des mangas et ainsi, ils sont dans un monde idéalisé au lieu d’être dans le monde réel. Ils peuvent fuir le monde réel pour leur monde virtuel. Ce monde virtuel est, en quelque sorte, au même titre que le Paradis tel qu’il pouvait être présenté dans la religion chrétienne.

En fait, les Français ne connaissent pas le Japon réel (au sens où ils imaginent que le Japon des mangas correspond au Japon réel).

Dans les mangas américains, on peut comprendre immédiatement que la réalité et le monde présentés dans les histoires sont différents. Alors que dans les mangas japonais, on glisse insensiblement du monde réel à un monde virtuel. Le monde réel et le monde fantastique (fantômes, esprits…) sont intimement liés.

L’animisme et les choses ultra-modernes coexistent à un même niveau de réalité. En France, si la fiction, le monde virtuel, prend par trop le pas sur la réalité, on considère que c’est bizarre, voire que la personne n’est pas bien, a l’esprit plus ou moins dérangé. Au Japon, cette frontière entre la réalité et le virtuel est floue et moins marquée. Les deux sont indiciblement liés. Personnellement, je suis très impliqué dans cette recherche depuis 30 ans. Concernant les Français, la société française mute d’un monde réel vers un monde virtuel, ce qui amène de la folie, alors que pour la société japonaise, c’est naturel. »


質問 けいし:たくさんのフランス人の子供が、マンガを読んでいますが、どんな影響が、それを読んでいる子供たちに、あると思いますか? ポミ:フランス人の子供が漫画を読むのは、この世界にない理想の世界を夢みるからです。 この現実から虚構の世界に逃げて、そこに理想の世界を見つけるためです。 これは、キリスト教の天国と同じです。フランス人は実際の日本はわかっていません。 アメリカ映画の虚構の世界は、現実と異なる世界だとすぐわかりますが、日本映画では、現実から虚構へといつのまにか、ずれていってしまいます。現実と異界が、なだらかにつながっているのです。

アニミズムと超近代的なものと、ふつうの現実が、同じレベルで併存しています。 フランスでは現実と虚構の境目を超えると、頭がおかしいと思われますが、日本では現実と虚構の境目が曖昧です。 なだらかにつながっているのです。ぼくが30年前から探していたのは, まさにこのことと関係しています。 フランス人として、フランス社会の現実から虚構の世界に移るには, 狂気が代償として必要ですが、日本人が、日本社会で、現実から虚構の世界へ入るのは、自然なのです。


Article paru le 20/02/2017


Les odeurs, c'est aussi culturel

Mauvaise odeur.png
Récemment, parmi les sujets abordés dans un groupe Facebook, la question du jour était « Quand je suis allée au Japon, plusieurs fois, les Japonais ne s’asseyaient pas à côté de moi dans le métro. Vous savez pourquoi ? »

Selon les nombreux commentaires, nombre d’autres personnes avaient également fait cette même expérience, parfois alors même que le métro était plein de passagers. Il était surprenant de laisser ainsi une place assise vacante !! Que de réponses, de suggestions ou de certitudes étaient également laissées en commentaire, pour expliquer ce comportement plutôt surprenant pour nous autres Occidentaux. Moi-même, je n’en avais aucune idée.

Récemment, j’ai eu l’explication !

Une professeur de japonais, bien ennuyée, m’écrit un jour de début décembre. En ce moment, comme il fait froid et humide, les salles de l’école sont bien chauffées. Mais quand il fait bien chaud et que l’on est dans une petite pièce, pour un cours individuel, tout près de son élève, les odeurs ressortent. Et l’élève est une personne certes un peu forte, mais qui semble aussi ne pas forcément être soigneuse de son apparence. Bref, il s’en dégage une odeur « de moisi » qui oblige le professeur à faire entrer de l’air frais en ouvrant la fenêtre. Et la professeur s’est enrhumée.

Elle me demande donc de prévenir son élève, car elle ne veut plus lui faire cours. Elle s’est enrhumée et elle a été ainsi amenée à annuler des cours individuels, tout en se forçant à assurer ses cours collectifs, malgré de la fièvre et une extinction de voix. Mais comment annoncer cela à son élève, d’autant qu’il est sérieux et somme toute agréable, hormis cette odeur ?

Au final, nous avons trouvé une raison non offensante pour le lui annoncer. De plus, j’ai eu indirectement cette explication à la question « Quand je suis allée au Japon, plusieurs fois, les Japonais ne s’asseyaient pas à côté de moi dans le métro. Vous savez pourquoi ? »

« Au Japon, parfois on préfère ne pas s’assoir à côté d’un étranger. Car les étrangers, les Occidentaux, vous mangez de la viande et du gras, bien plus que nous les Japonais. Surtout si la personne ne prend pas de douche chaque jour, il s’en dégage une odeur.

C’est pour éviter d’être confronté à cette situation désagréable, que certains Japonais préfèrent ne pas s’assoir près d’un Occidental. D’autant plus qu’on ne peut pas en parler. Même entre Asiatiques, ce problème existe, mais à moins de se connaître depuis longtemps, on n’en parle pas entre nous. On ne peut pas dire à une autre personne qu’elle « sent », au risque que cela ne passe pour de la discrimination ».


Près d'une année plus tard, j'aborde cet aspect, avec l'amie japonaise avec laquelle je fais des échanges de langue, via Skype.

"Les gens qui dégagent une mauvaise odeur, c'est mal vu. Les personnes qui sentent le parfum, c'est aussi mal perçu", m'explique Yumiko.

Sur ce, j'ose lui demander : "Les Japonais, qui partent de bonne heure au travail et qui restent longtemps au travail, le soir, quand ils prennent le métro, ils doivent sentir le sueur, non ? D'ailleurs, le soir en fin de journée, ça sent la sueur dans les trains ?"

_ "Non, pas spécialement. Ca sent l'odeur des produits de lavage des vêtements. Les odeurs des produits sont souvent aussi des odeurs de parfum. Ces odeurs de produits de lavage, ce sont les odeurs de produits anti-bactériens".

Que ça sente les produits anti-bactériens, ça doit rassurer les Japonais ?, je lui dis sur le ton de la plaisanterie. Mais, pour autant, Yumiko ne me dément pas !!


Article paru le 18/12/2017 et complété le 25/07/2019

Quelles questions les enfants ont sur le Japon ?

  • Stéphane - Responsable de Quartier Japon

Au premier semestre 2018, Quartier Japon a organisé, auprès de la classe de CM2 d'Astrid, un programme d'ateliers de manga, de présentation de la culture japonaise, de calligraphie, d'origami et de présentation de la Fête des Enfants et la réalisation de koï nobori.

C'est un projet très motivant pour les enfants, porté par leur enseignante, une inconditionnelle de la culture japonaise.

Dans cette école du 13e arrondissement de Paris, les enfants eux-mêmes ou leurs parents proviennent de pleins de pays différents, sur plusieurs continents.

Comme aucun n'est Japonais ou n'a d'origine japonaise, le Japon et la culture japonaise sont étrangers à chacun d'entre eux.


Profitant de mon séjour au Japon, j'ai souhaité présenter aux enfants le Japon à travers des anecdotes et des photos de mon voyage.

Tout d'abord, j'ai demandé à la classe si certains d'entre eux étaient déjà allés au Japon.

Une seule fillette était déjà allée à Tôkyô, une seule fois.


Après cela, je leur ai présenté les grandes lignes de mon voyage :

• 3ème voyage au Japon, avec chaque fois 4 années entre chacun des voyages,

• voyage de 4 semaines, du 12 avril au 7 mai 2018,

• séjour à Tôkyô, Kyôto, Furikei (montagne à une heure et demi environ de Kyôto), Matsumoto, région de Toyama, puis retour à Tôkyô.


J'ai fait ensuite une rapide présentation de Tôkyô, en leur indiquant que Tôkyô est dix fois plus grande que Paris.

Pour l'illustrer, je leur ai montré le plan de métros et des trains de Tôkyô, en indiquant sur le plan que Paris correspond en gros à l’intérieur de la Yamanote sen.

shinkansen
Ensuite, j’ai parlé des shinkansen, avec lesquels je suis allé d’une ville et région à l’autre.

Je leur ai montré quelques photos des shinkansen, notamment pour montrer les nez et les lignes des trains, puis en expliquant certaines différences avec les TGV (le ménage est fait dans la station, les sièges sont retournés pour être, tous, placés dans le sens de la marche…)


WC
Puis, nous sommes passés aux questions des enfants :

• Le métro est pareil que celui de Paris ?

• Pourquoi les Japonais portent des masques ? (après avoir vu une photo d’une rame de métro, dans laquelle des voyageurs portent des masques)

• Les maris peuvent-ils entrer des wagons réservés aux femmes, quand ils sont avec leur femme ? (après avoir vu une photo de wagon réservé aux femmes)

• A quelle vitesse roulent les métros ?

• Il y a des tourniquets (portiques) dans le métro ?

• Si on gruge, en passant les barrières sans payer ? (après avoir vu une photo des barrières de péages)

• Dans les restaurants, on peut manger autre chose que japonais ?

• Il y a des Macdo au Japon ?

• Il y a de hautes montagnes au Japon (question de l’enseignante) ?

• Ils sont comment les bus au Japon ?

• Et les taxis ?

• Il y a des trottinettes ?

• On a le droit d’échanger des € en ¥ ?

• On a plus de billets (en ¥) quand on donne des € ?

• Il y a des centimes au Japon ?


Les enfants ont été également très intéressés quand je leur ai aussi parlé des sujets suivants :

• Le samouraï, quand je leur ai dit que j’en avais rencontré un, et dont j’avais pris la photo.

• Le saké : une majorité d’entre eux pensaient que le saké est plus fort que le vin, et quelques-uns pensaient que les deux titraient pareillement, alors qu’aucun ne pensait que le saké est moins fort que le vin.

• Les trains et le métro, l’intérieur des rames et la signalétique dans les gares.

• Les répliques des plats, en plastique, dans les devantures des restaurants.

• Les wc et leur fonctionnement, notamment les sons pour couvrir les bruits et le système de lavage et de séchage.

• Le Mont Fuji : si je l’avais vu ?

C'était un matinée très intéressante, car les enfants étaient intéressés et aussi très curieux. Moi-même, j'étais curieux de savoir quelles questions ils poseraient.


Article paru le 30/05/2018



Les dragons japonais et se purifier dans les temples.

  • Stéphane - Responsable de Quartier Japon

Lors de mon dernier séjour au Japon, cette fois aussi comme les précédents, j’ai retrouvé les habituels dragons dans les enceintes à l'entrée des temples, à l’endroit prévu pour se purifier avant de se présenter devant les divinités.

Chaque fois, ce dragon est différent des représentations occidentales de nos dragons des contes de fées et des épopées médiévales.

Et de sa bouche, se déverse l’eau purificatrice.

Dragon occidental
Dragon japonais
L’ami de Matsumoto, comme je le lui remarquais, m’a donné ces rapides explications : « les dragons japonais, comme d’ailleurs les dragons asiatiques, sont des dragons d’eau, alors que vos dragons occidentaux sont des dragons qui crachent le feu.

Les dragons japonais semblent aussi être proches des serpents.

Les dragons japonais viennent des dragons chinois. Ils sont proches des divinités.

Les dragons européens apportent aux humains des souffrances et des dommages. Leur existence est néfaste, je pense, n’est-ce pas ? »


En effet, en faisant quelques recherches, les dragons asiatiques sont associés à l’élément « eau » depuis fort longtemps.

On retrouve d’ailleurs nombre d’histoires de dragons chinois associés à l’eau, aux fleuves, aux précipitations indispensables aux rizières…

Une hypothèse explique cette association du dragon avec l’eau, du fait qu'à l'origine, le dragon chinois proviendrait du crocodile marin, animal qui était à l’époque considéré comme étant de la famille des serpents, d’ailleurs le plus grand des serpents.


C’est donc tout logiquement que, dans l’enceinte des temples, le dragon accueille les visiteurs à l’entrée, dans l’espace prévu pour se purifier.

De sa gueule coule l’eau, qui remplit le bassin au-dessus duquel sont généralement posées plusieurs louches, en bambou ou en plastique imitant le bambou (^^).


L’amie qui nous accompagnait, à Matsumoto, m’a également expliqué comment procéder pour se purifier :

DRAGON ET BASSIN SITE.jpg
1. De la main droite, on prend la louche, que l’on remplit d’eau, en la plongeant dans le bassin.

2. Puis, on verse un peu d’eau sur sa main gauche.

3. On change ensuite de main : alors que la louche est tenue par la main gauche, on asperge d’eau la main droite.

4. La louche passe de nouveau dans la main droite et on verse un peu d’eau au creux de la main gauche. On humecte alors ses lèvres (ou on se rince la bouche, selon les personnes) mais on n’avale surtout pas l’eau !! On la recrache, bien sûr en dehors du bassin.

J’ai eu le malheur d’avaler cette eau…

Que n’avais-je pas fait !!

Je me suis fait tancer par l’amie ^^

Surtout, parce l’on ne sait jamais si l’eau est si propre et saine que cela, et il ne s’agirait pas d’attraper des maladies !!

5. En tenant toujours la louche de la main droite, on incline alors la main tenant la louche, de façon à ce que de l’eau s’écoule de la louche le long du manche, de façon à nettoyer le manche.

6. Puis on repose la louche sur son support au-dessus du bassin.

7. On est alors prêt pour aller se présenter à la divinité !

Ainsi, dans les pratiques religieuses japonaises aussi, on retrouve le rite de la purification par l’eau, avant de rencontrer la divinité, comme chez les Musulmans, chez les Israélites, les Chrétiens – à travers l’eau bénite avec laquelle on se signe en entrant dans les églises, et certainement encore bon nombre de religions.

Eh oui, l’eau est vraiment à la base de la vie et est, à ce titre, vénérée aussi bien par les Hommes que par le Dragon !

Article paru le 11/06/2018



Les "voitures-cubes" japonaises

  • Stéphane - Responsable de Quartier Japon
VEHICULES DE VILLE (2).JPG
Chacune des fois quand je suis allé au Japon, j’ai toujours trouvé étonnant, voir surprenant, de voir partout au Japon ces nombreuses « voitures cubes ».

Vous savez, ces voitures de petits formats, toutes carrées-rectangulaires !

En France, il n’y en a pas, ou quasiment pas !

Honnêtement, jusqu’à mon voyage de cette année, je ne comprenais absolument pas le pourquoi de leur présence en si grand nombre au Japon, au XXIème siècle, un si grand pays de grands constructeurs automobiles. Je les trouve en effet moches et sans aérodynamisme, avec une prise au vent impossible !

Certes, elles sont petites et semblent faciles à parquer dans un pays et surtout dans une capitale où la place est comptée. Mais tout de même, cela n’explique pas tout.

Voiture japonaise coffre.JPG
Cette année 2018, et alors que j’interrogeais un amis japonais à Toyama, face à l’une de ces nombreuses « voitures-cubes » parquées sur le parking du centre commercial dans lequel nous nous rendions, cet ami s’arrêta devant la voiture en question, pour m’expliquer.

« Regardes le coffre. Le coffre des voitures occidentales est arrondi alors que celui de ces petites voitures est rectangulaire. Dans les voitures occidentales, il y a donc une partie du haut du coffre qui n’est pas pratique pour y empiler par exemple des cartons, alors que dans les voitures carrées, les cartons peuvent s’empiler sans perte de place. Dans les voitures occidentales, cette petite partie, au niveau de la partie arrondie du coffre, est le plus souvent perdue et non utilisée. »


C’est bien vrai ! Je reconnais bien là toute cette praticité toute japonaise !! Rien à redire à cela.

Puis il m’expliqua : « Généralement, les Japonais ont deux voitures : une petite comme celle-ci, fonctionnelle, pour la ville, la vie quotidienne, et une plus grosse, de type occidentale, pour les voyages. Et la fiscalité diffère selon les voitures : ces petites voitures carrées ont une plaque minéralogique de couleur jaune, donc une fiscalité réduite, alors que les voitures plus grosses ont leur plaque blanche, et une fiscalité plus importante.

Souvent, comme ce sont des voitures principalement utilisées pour la vie quotidienne, ce sont les voitures de la femme du foyer. Ces voitures sont d’ailleurs conçues dans ce sens-là, notamment, pour ne pas que les petits enfants puissent se cogner la tête en montant dans la voiture… »

Finalement, j’ai bien compris que l’apparence ne fait pas tout, y compris pour les voitures. Désormais, je les regarde d’un autre œil !


Article paru le 25/01/2019



L'art de la critique.

  • Stéphane - Responsable de Quartier Japon

Aujourd'hui, c'est la Journée du Compliment. En l'entendant à la radio ce matin, me revient la discussion de mercredi, avec un papa venu attendre son fils en fin de journée de notre stage de manga. Cette histoire qu'il me plaît de raconter souvent, aux parents, aux adultes, aux personnes en charge de l'éducation des enfants, mais aussi aux adolescents et aux enfants !

Pendant mon voyage au Japon au printemps 2018, je me suis retrouvé dans la ville de Toyama, à aider les organisateurs d'une exposition d'art contemporain réunissant 60 artistes du monde entier, dont une bonne délégation de Français.

Stéphane, vu par Théo
Quelques jours après le vernissage, une visite de l'exposition était organisée, en présence d'un critique d'art venu de Tôkyô.

Les oeuvres étant trop nombreuses pour qu'il s'arrête sur chacune, il avait été décidé qu'il ferait une critique en présence de l'artiste seulement pour les oeuvres des artistes venus de loin, dont les Européens, parmi lesquels les artistes français. A cette occasion, je faisais office d’interprète.

Après les premières critiques de leur tableau, les artistes français étaient tout étonné, mais très contents. Je les entendais louer les critiques de ce critique, habitué pourtant à voir des oeuvres de haut niveau !

Le lendemain, alors que ce monsieur était venu nous saluer pour repartir à Tôkyô, j'ai vraiment voulu lui transmettre les réactions des artistes français. Il a eu la gentillesse de prendre un instant pour m'écouter.

"Les artistes français sont vraiment très contents et très surpris, par votre façon de faire ! Dans chacune des oeuvres critiquées, vous avez parlé et donc mis en avant le point de l'oeuvre qui était intéressant pour vous, soit parce qu'il vous surprenait, soit parce qu'il vous interpellait de par sa fraîcheur, son angle de traitement, cette nouvelle vision de traiter un même sujet pourtant déjà traité maintes fois par tant d'artistes, dont de grands noms ! Vous vous êtes arrêté sur la technique utilisée, sur le sujet et sur ce qu'il évoquait pour vous ! Vous avez, chaque fois, relevé un point positif de l'oeuvre, à partir duquel vous avez mis en avant son aspect créatif, novateur, cet aspect que vous avez retenu comme étant le point positif de l'oeuvre.

En France, ce n'est pas du tout la façon de faire !

En général, certes on dit bien "ça, c'est bien, ça c'est pas mal... Mais cette partie-là, ça pêche, cette partie pourrait être améliorée... C'est dommage, ton tableau n'est pas homogène... Tout n'est pas au même niveau... Tu maîtrise bien les visages, mais les paysages, tu as encore à t'améliorer (ou l'inverse^^)..."


En réponse, voici ce qu'il me dit : "En mettant en avant le point positif de l'oeuvre, l'artiste est content, il se sent poussé vers le haut. Ainsi poussé vers le haut, en quelque sorte dynamisé, toute son oeuvre montera ensuite de niveau. Les points moins aboutis, eux aussi, bénéficieront de ce dynamisme, moteur de l'amélioration de ses oeuvres futures."


Article paru le 01/03/2019



Le port du masque de protection

  • Stéphane - Responsable de Quartier Japon
métro de Tôkyô, avril 2018
A l’heure où les Français sont eux aussi confrontés à l’épidémie de Coronavirus, on voit surgir dans de nombreux lieux de l’espace public des personnes porteuses de masques, on entend et on lit ici et là que les masques se vendent comme des petits pains et qu’il y a pénurie de masques… Bref, le masque et le port du masque se popularisent !

Jusqu’à présent, le port du masque se limitait principalement à des espaces spécialisés, les blocs opératoires, certains services hospitaliser, des lieux de préparation alimentaires, des chantiers de construction et de déconstruction… Il était rare de voir dans la rue et dans les transports publics des personnes porteuses de masques. Et quand on en croisait, le « porteur de masque » devenait inconsciemment pour la plupart d’entre nous « un masqué » ! et la dimension humaine disparaissait au profit du masque. « Ah, il porte un masque ! Pourquoi il se cache ! Qu’est-ce qu’il a à cacher ? » Un visage de lépreux ? Une sale gueule ? Il refuse les contacts et préfère rester cloîtré derrière son masque, tout comme ces personnes qui se calfeutrent derrière leurs verres fumés… ! Bref, le premier réflexe induit chez les autres, c’est bien souvent la défiance et la prise de distance.

Moi-même, surtout lors de mes premiers séjours au Japon, j’étais bien le premier à ne pas me sentir à l’aise face aux personnes masquées et même mal à l’aise face à une troupe de salarymen masquée, à la sortie du métro un matin vers 7h ! Qui plus est avec le bruit des pas marchant en cadence de ce groupe porteur du même dresscode, j’ai eu un instant de crainte face à ce qui me semblait inconsciemment être une armée en marche dont les visages se dissimulaient sous différentes sortes de masques. Outre les simples masques chirurgicaux plats, d’autres masques englobaient le nez en épousant toutes les formes du visage ; je n’en avais jamais vus de tels !

Plus tard, de retour en France, je parlais de tout cela avec une amie japonaise habitant depuis longtemps en France. Elle s’étonnait alors que les Français ne portent pas de masques quand ils sont enrhumés ou malade.

Puis, une différence culturelle, là encore, s’est faite jour au fil de notre échange : pour les Français, on porte une masque avant tout pour se protéger soi-même des autres et des contaminations que l’on pourrait recevoir des autres. Alors que pour les Japonais, c’est plutôt pour ne pas contaminer les autres que l’on porte un masque. Penser à l’autre et au groupe et se limiter et se contraindre de soi-même pour ne pas risquer de porter préjudice aux autres, c’est véritablement un trait que l’on retrouve dans de nombreux aspects de la société japonaise et qui se traduit dans tant de comportement de la vie quotidienne des Japonais.

Peut-être ainsi que « grâce au coronavirus », les comportements et surtout les mentalités vont chercher ? Ce qui donnerait lieu à une concrétisation de ce dicton japonais « 人生に、無駄がない!- dans la vie, rien n’est inutile ».


Article paru le 01/03/2020


Les distances des Japonais

  • Stéphane - Responsable de Quartier Japon

J’avais commencé cet article début mars 2020, si ma mémoire est bonne, après avoir pour moi-même ressenti la réalité de la distance avec ce qui m’entoure. Finalement, à l’heure où la France est en confinement, 15 jours plus tard, la notion de la distance est mise sur le devant et désormais plus investie que jusqu’à présent. Et mon texte se trouve encore plus actuel.

  • La distance innée ?
Gare de Shinagawa, 2014
Il y a plusieurs années, à l’occasion de mon second séjour au Japon, j’ai traversé la gare la plus fréquentée du monde, Shinjuku, en pleine heure de pointe, depuis une barrière de contrôle jusqu’au couloir menant au quai du métro, sans aucun contact avec les innombrables personnes autour de moi. Et sans rien changer à mon rythme de marche, comme si chacune des personnes autour de moi avait un système de gestion des distances intégré !!

Je repense souvent à cette expérience du printemps 2014. Je venais alors de prendre congé d’un ami japonais, qui m’avait raccompagné jusqu’aux portiques d’entrée dans la gare.

Comment était-ce possible ? Je n’avais jamais eu auparavant cette sensation de me mouvoir ainsi fluidement, comme un poisson dans l’eau, mais au milieu d’une foule d’humains, sur terre...

Depuis, j’essaye de me retrouver dans ce même état interne quand je traverse des gares parisiennes, plus petites, ou d’autres endroits pareillement bondés. Si je suis « dans cet état interne d’être avec moi-même », parfois cela fonctionne et je ne rencontre aucun contact physique avec autrui, ceci sans avoir à modifier mon rythme et donc sans avoir à « me brancher » sur la longueur d’onde d’un quelconque autre autour de moi, au détriment de la mienne.

Qu’est-ce que ça veut dire ?, vous pouvez vous le demander…

Un exemple, quand on fait la queue, au magasin comme ailleurs. Ceux qui ont fait cette expérience au Japon, vous saurez intellectuellement et émotionnellement ce que je veux dire : en France, de toujours surveiller un quelconque autre impoli qui chercherait à vous dépasser, cela mobilise une partie de notre attention et de nos énergies. En une sorte de réflexe quasi inné dû à l’activité de notre cerveau reptilien.

Au Japon, où quasiment chacun sait être à sa place, cette position « de défense » n’est pas nécessaire et, de la sorte, on peut ainsi être tranquille à attendre. Notre attention pourra se laisser toucher par autre chose qui nous viendra de notre environnement et nos énergies ne seront pas bloquées mais circuleront fluidement.


  • Les distances, ça s’apprend, comme le respect

Comme chacun sait où est sa place et celles des autres et que majoritairement cela est respecté, chacun peut évoluer tranquillement dans ce cadre fixé et respecté. Mais cela implique que chacun ait et respecte ce même code de savoir être avec les autres.

Cette anecdote me rappelle la réponse de plusieurs amies japonaises, à une enquête que je leur avais proposée : « Qu’est-ce qui vous manque le plus du Japon en France, où vous habitez depuis longtemps ? ».

« Vous les Français, vous ne pensez pas aux autres quand vous marchez dehors ! », m’avaient répondu deux d’entre elles.

« Sur le trottoir, vous marchez de front, bloquant le passage aux autres qui voudraient vous dépasser. Et c’est parfois compliqué de vous faire vous déplacer et vous mettre les uns derrière les autres, pour laisser le passage aux personnes derrière vous ! Parfois même vous rouspétez !

Aussi, vous vous arrêtez pile en haut des escalators, sans vous mettre de côté pour laisser le passage aux gens qui arrivent par l’escalator. Ce n’est pas possible, ça, au Japon !! ».

Ces comportements, en effet, sont mal vécus par les Japonais, qui sont habitués dès leur plus jeune âge à prendre en considération les autres. Chacun sait quelle est sa place et comment il doit se positionner, d’autant plus pour faciliter la circulation des autres.


Article paru le 19/03/2020